Avis de pro

Les sites d’achats groupés

sont-ils profitables aux restaurants et hôtels ?

24 février 2013 - Par Redaction Carufel, Hélène Demers

Depuis leur apparition, les sites d’achats groupés se multiplient. Une panoplie de commerçants y proposent des offres alléchantes pour les consommateurs. Mais comment s’en tirent les hôteliers et restaurateurs qui offrent ces promotions ?

Le phénomène des sites d’achats groupés en ligne est récent : il est né en 2008, aux États-Unis. Depuis, il prend de l’expansion ! Les Groupon, Tuango, Promo du jour, GoYuB et autres lancent des promotions quotidiennes offrant 50 % de rabais dans des commerces sélectionnés, moyennant une commission calculée selon le type de commerce, l’offre, etc. Les consommateurs en profitent ; les commerçants aussi, mais pour être rentable, leur offre doit être adaptée à leurs besoins.

Les sites d’achats groupés sélectionnent soigneusement les commerçants et effectuent un suivi avec chaque consommateur, car si le service reçu n’est pas conforme à l’offre, ils devront le rembourser. Par ailleurs, le commerçant doit être prêt et très bien servir cette nouvelle clientèle en vue de la fidéliser. Aussi doit-il gérer les revenus de la promotion avec prudence, surtout lorsqu’il les reçoit avant la prestation au consommateur.

Avantages et mises en garde

L’avis du professeur de marketing - Cette version moderne des bons de réduction a, pour Léonard Dumas, professeur de marketing à l’Université du Québec à Trois-Rivières, l’avantage de permettre une visibilité immédiate dans un court laps de temps. « Si cette approche est efficace pour faire la promotion d’un service en particulier, ce n’est pas pour autant une panacée, dit-il. Le commerçant doit faire attention à ne pas créer l’habitude des rabais. Les clients pourraient attendre la prochaine promotion avant d’acheter. »

L’avis du stratège publicitaire – Pour Dominic Cayer, président de l’agence Tapage Communication, les sites d’achats groupés sont un produit fort intéressant, mais pas pour tous les types d’établissement. « Tout dépend de son positionnement sur le marché ; le genre de produit offert et à quel genre de clientèle le commerçant s’adresse », précise-t-il.

Ainsi, il met en garde les établissements moyen et haut de gamme. « Pour ne pas diluer son positionnement, il faut faire attention à la répétition. Deux fois par année, à des moments où l’achalandage est plus faible, offrez un bon deal, allez chercher de nouveaux clients et occupez-vous en bien. » Il faut être prêt à recevoir cette nouvelle clientèle et à la servir à 100 % pour leur donner envie de revenir. Quant aux commerces bas de gamme dont la clientèle cible est de toute façon bon marché, c’est un excellent moyen de promotion. « Allez-y ! Mais attention, on ne peut pas toujours être en rabais de 40 à 50 %... même si on sait que le client va consommer plus que ce qui est prévu sur le coupon et que plusieurs achètent la promotion sans l’utiliser ! »


« Les adeptes de ces promotions sont de type “économique”, ceux-là mêmes qui épluchent le Publisac à la recherche de coupons et d’aubaines. Ils sont généralement peu fidèles parce qu’ils porteront toujours leur choix sur la bonne affaire du moment. »

Dominic Cayer, président de l’agence Tapage Communication


L’avis des chercheurs universitaires - Un sondage mené par des chercheurs des universités Cornell¹ et Rice² auprès de 273 restaurateurs ayant déjà offert une promotion sur un site d’achats groupés a révélé que 60 % des utilisateurs étaient déjà des habitués de l’établissement. Par contre, la même étude a démontré que 35 % des utilisateurs qui fréquentaient le commerce pour la première fois à la suite de l’achat d’une promotion y retournaient par la suite sans autre incitatif.

L’expérience d’hôteliers et restaurateurs

  • Paul Gagnon, vice-président du Manoir de Tilly, les utilise pour s’offrir de la visibilité. « Je limite mon offre à une chambre bas de gamme avec déjeuner, ce qui incite les gens à profiter de services complémentaires : repas, soins, etc. »
  • Quant à Janick Bouchard, propriétaire du restaurant Janick Cuisine du marché, il fait 80 % de ses ventes l’été. « Avec ces promotions, mon restaurant est toujours plein et je n’ai plus à embaucher de nouveaux employés au printemps. Je ne fais pas d’argent, car les réductions sur la nourriture sont énormes. Heureusement, 95 % des clients achètent une bouteille de vin. »
  • Certains utilisent ces plateformes comme outils de marketing, comme Younes Aouad, du restaurant L’Académie de Québec : « Ces promotions joignent directement le consommateur, qui investit son argent. Nous profitons pleinement de la visibilité et de l’achalandage créés. Et les clients sont agréablement surpris ; ils pourraient bien revenir. »

Les sites d’achats groupés offrent plusieurs avantages aux commerçants qui définissent bien leurs offres. Par-dessus tout, ils ont le potentiel d’augmenter la visibilité et l’achalandage et d’attirer de nouveaux clients. Par contre, l’offre doit respecter les besoins et particularités de l’établissement pour apporter des bénéfices. Il ne tient qu’à vous de bien analyser vos besoins pour moduler une offre à votre mesure et exploiter pleinement ce nouvel outil marketing !


Pour voir l’avis et les conseils des promoteurs de Groupon et Tuango au Québec, voyez l’article complémentaire en ligne sur hrimag.com


¹ Joyce Wu et Sheryl E. Kimes
² Utpal Dholaka

Dans cette édition

Les produits boréaux
Tendance en restauration 2013 : rester ouvert !
Geneviève et Caroline Milot
Hélène Beauchesne
La cuisine tex-mex
Des chiffres qui parlent
Protea : l’excellence africaine
La Pizza
Quel four à pizza choisir ?
Produits en papier
Robots culinaires et outils tranchants
L’utilité du sommelier dans un établissement
Tout est dans les détails



PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.