Nouvelle chronique Hôtellerie internationale

Protea : l’excellence africaine

24 février 2013 - Par Caroline Rodgers

Cette nouvelle série d’articles a pour but de vous présenter de grands groupes hôteliers, leurs bannières et ce qui les distingue sur le marché international de l’hôtellerie.

Avec ses 125 établissements répartis dans 8 pays, ses 11 588 chambres et ses 15 000 employés, le Protea Hospitality Group est sans contredit la plus grande chaîne hôtelière d’Afrique, présente sur le continent depuis près de 30 ans. On trouve ses hôtels en Afrique du Sud, au Kenya, au Malawi, en Namibie, au Nigéria, en Tanzanie, en Ouganda et en Zambie.

Histoire

La chaîne a vu le jour en 1984 en Afrique du Sud, avec l’ouverture de quatre établissements par l’homme d’affaires Otto Stehlik. En 2007, elle était vendue à Stella Hospitality, un groupe australien. Cependant, en 2009, un consortium formé de plusieurs partenaires a racheté 74 % des parts à Stella. Parmi ces partenaires, des investisseurs du Black Economic Empowerment (BEE) détiennent 40 % des parts. Il faut savoir que le BEE est un programme mis sur pied en 2003 par le gouvernement d’Afrique du Sud pour redresser les inégalités économiques causées par le régime de ségrégation raciale d’apartheid en vigueur dans ce pays de 1948 à 1984. Le BEE vise à redonner des avantages économiques aux groupes désavantagés par l’apartheid. Dans cette optique, le ministère du Tourisme et des Affaires départementales d’Afrique du Sud a rédigé une charte selon laquelle les entreprises privées de l’industrie touristique doivent appartenir en partie aux citoyens noirs, et ces derniers doivent également participer à leur gestion. Sur son site Internet, la chaîne hôtelière proclame fièrement son soutien « inébranlable » à ces mesures de justice économique, soulignant que le pourcentage des parts de Protea détenues par le Black Economic Empowerment est largement supérieur au minimum exigé par le gouvernement.

Bannières

Le groupe compte deux bannières : Protea Hotels et African Pride Hotels. Les établissements réunis sous la bannière Protea sontclassés trois ou quatre étoiles. « Chacun d’entre eux est unique par son design et sa finition, qui assurent un séjour confortable et luxueux, indique Nicholas Barenblatt, responsable du marketing. Les voyageurs d’affaires ou de loisirs qui recherchent un établissement branché et innovateur se sentiront au bon endroit en visitant le Protea Hotel Fire & Ice de Cape Town, en Afrique du Sud. » L’autre bannière, African Pride Hotels, est la bannière de luxe qui regroupe des complexes au design moderne, des maisons de campagne élégantes et des « lodges » situés en plein coeur de la brousse. « Le Melrose Arch Hotel, à Johannesburg, réputé pour son élégance et son raffinement, fait partie des meilleurs choix d’hébergement cinq étoiles dans cette ville qui est la locomotive économique du pays », ajoute M. Barenblatt.

En 2012, la chaîne a vu six de ses hôtels apparaître sur la liste de TripAdvisor’s Top 20 Trendiest Hotels in Africa.

La piscine du African Pride Crystal Towers Hotel & Spa, à Cape Town.

Les défis d’un continent

« L’Afrique connaît une croissance économique importante depuis quelques années, et celle-ci est appelée à se poursuivre. L’industrie hôtelière et touristique y est donc en pleine expansion, avecquelque 200 hôtels en construction. Plusieurs d’entre eux sont développés par des entrepreneurs locaux qui souhaitent profiter de la croissance, tandis que d’autres sont implantés par de grandes chaînes internationales qui souhaitent avoir un pied-à-terre sur un continent en pleine ébullition économique », explique Nicholas Barenblatt.

Le Nigéria, par exemple, devrait connaître une croissance de plus de 7 % en 2013. L’est du continent, en dépit des pays instables comme la Somalie et le Soudan, se développe de façon considérable. L’Ouganda, entre autres, prévoit un taux de croissance de 5 % cette année.

« Nous ciblons notre développement dans des pays où nous croyons que la stabilité politique et la croissance économique nous sont favorables, ajoute-t-il. Cependant, tout n’est pas rose. Bien que l’Afrique soit attirante sur le plan économique, le manque d’infrastructures et de chaînes d’approvisionnement de qualité, ainsi que les façons parfois inhabituelles de mener les affaires posent un défi. Pour les chaînes internationales qui ont implanté des hôtels avec succès en Europe, aux États-Unis ou même en Extrême- Orient, l’Afrique est une autre paire de manches. Le fait que Protea ait travaillé en Afrique depuis près de 30 ans, et que nous soyons, de loin, la chaîne la plus importante du continent nous avantage. Cela dit, nous travaillons avec des partenaires locaux dans chaque pays où nous sommes implantés, car c’est la seule façon d’avoir du succès dans l’industrie de l’hébergement en Afrique. Au cours des prochaines années, il sera très intéressant d’observer, pour tous les nouveaux hôtels qui ouvrent en Afrique aujourd’hui, quelle sera la réponse du marché, et comment les habitants de ces localités vont réagir à tous ces développements. Il sera d’autant plus fascinant de voir, parmi tous ces nouveaux hôtels, combien seront encore ouverts dans cinq ans. »

Projets en cours

Protea se développe à un rythme impressionnant. Quatorze nouveaux hôtels ont été ouverts récemment ou le seront prochainement, dans des régions qui connaissent une croissance économique intéressante. En voici quelques exemples :

Afrique du Sud

  • Protea Hotel Fire & Ice, Prétoria (début 2014)

Nigeria

  • L’African Pride Avalon Hotel and Spa, à Lagos, 150 chambres (fin 2013)
  • Le Protea Hotel Select Emotan, à Benin City, 100 chambres
  • Le Protea Hotel Select Ikeja, à Lagos, 120 chambres (en 2013)
  • Le Protea Hotel Asaba, à Asaba, 125 chambres

Ouganda

  • Le Protea Hotel Entebbe, 70 chambres (juin 2012)
  • Le Protea Hotel Mbale, 70 chambres (juillet 2012)
  • Le Protea Hotel Hoima, 80 chambres (en 2014)

Zambie

  • Le Protea Hotel Ndola, 80 chambres (en 2014)
  • Le Protea Hotel Mulungushi, 104 chambres (en construction)

Le Protea Hospitality Group en chiffres

  • 125 hôtels
  • 8 pays en Afrique
  • 11 588 chambres
  • 15 000 employés
  • 7 millions de dollars investis annuellement en stages de formation
  • 71 % du personnel est issu d’un milieu défavorisé
  • 90 % de taux de rétention des employés

Sur la photo en tête d’article, Façade du Protea Hotel Ryalls, à Blantyre au Malawi.

Dans cette édition

Les produits boréaux
Les sites d’achats groupés
Tendance en restauration 2013 : rester ouvert !
Geneviève et Caroline Milot
Hélène Beauchesne
La cuisine tex-mex
Des chiffres qui parlent
La Pizza
Quel four à pizza choisir ?
Produits en papier
Robots culinaires et outils tranchants
L’utilité du sommelier dans un établissement
Tout est dans les détails



PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.