La Belle Province Plus par Olivier Paré

Par Marie-Carole Daigle

18 octobre 2014

Bye bye, comptoirs de restauration minute où la déco se décline en couleurs primaires ! Voici ce qui arrive lorsqu’un designer intrépide comme Olivier Paré reçoit d’un propriétaire du restaurant La Belle Province à l’esprit ouvert le mandat de renouveler la recette pour créer le premier établissement de la bannière La Belle Province Plus.

Situé à proximité du Collège Rosemont à Montréal, le restaurant La Belle Province appartient à Jerry Kivetos, fils du fondateur de cette chaîne québécoise bien connue pour ses aménagements intérieurs en bleu, blanc et rouge. « Notre client était prêt à subir une “transformation extrême” ! C’était tout un défi en soi », se souvient Olivier Paré, le designer d’intérieur du cabinet Gauvreau Design, responsable du mandat.

Les contraintes non négociables ? L’ajout de 25 places, le maintien d’un certain nombre d’écrans de télévision et des délais… très serrés. « Élaboré en une semaine, notre concept a tout de suite été approuvé, relate Olivier Paré. Nous disposions ensuite d’une semaine pour produire les plans, et c’était parti ! Et ce qui nous fait particulièrement plaisir dans tout cela, c’est que notre client n’a aucunement dérogé du plan final ! »

N’oublions pas que le client en question fait partie d’une chaîne. « Malgré la grande latitude dont nous disposions, il y avait quand même une signature à respecter, fait remarquer le designer. Par exemple, dans tous les restaurants La Belle Province, la cuisine est visible. Ici, le client a profité de la rénovation pour la refaire entièrement. Il y a beaucoup investi, et elle est magnifique, mais cette dépense a nécessairement réduit notre budget déco. »

L’équipe de Gauvreau Design a rapidement mis le doigt sur sa ligne directrice : il fallait alléger le décor. « Au départ, tout était occupé visuellement, raconte Olivier Paré, qui est également technologue en architecture. Or, il était difficile pour nous de jouer la carte hyper design, puisqu’une grande partie de la salle était composée de vitrines. Nous avons donc décidé de tout enlever pour miser plutôt sur de petits détails. Dans une palette toute simple de noir et blanc, l’habillage graphique a été notre principal outil. Et, faute de murs, nous avons valorisé le plancher ! » Le résultat est surprenant. Chose certaine, le nouveau look de cette franchise La Belle Province a fait jaser en ville !

« Nous étions vraiment heureux – et chanceux – de trouver ce revêtement qui nous a permis de faire d’une pierre deux coups, se rappelle Olivier Paré. Il fallait en effet donner un maximum de luminosité au lieu, mais nous voulions aussi ajouter du “punch” au sol sans voler la vedette au graphisme créé. Cette céramique dénichée chez Centura répondait à tous nos critères, en plus d’être en stock ! » La trouvaille intègre un motif riche en détails, décliné en deux tons. Les caisses contiennent une quantité aléatoire de morceaux pâles et foncés, que l’installateur agence à sa façon.

Tout local où l’on prépare une grande quantité de mets frits (lire : des frites !) doit être doté de murs faciles à laver, même si la ventilation est adéquate. Et parce que les gens consomment cette friture sur place, il faut aussi prévoir des tables en stratifié qui résiste aux empreintes de doigts.

Le dossier et la base des banquettes sont couverts de la même céramique que les murs adjacents. On a d’abord pensé recouvrir entièrement les banquettes de céramique. Bien qu’esthétique et durable, ce choix a soulevé les doutes du client quant au confort de ses visiteurs, d’où les coussins en cuirette noire. De même, la direction souhaitait installer des prises de courant avec fente USB. « Midi et soir, les cégépiens forment ici des files d’attente, signale le designer. Leur permettre de recharger aisément leur téléphone cellulaire, c’est pour le propriétaire une façon de les remercier de leur clientèle. »

« Un twist de design consiste à acheter des luminaires sur rail, peu coûteux, pour ensuite les dissimuler, ainsi que leur quincaillerie, avec un cadre fait par un ébéniste, souligne Olivier Paré. L’éclairage de la partie centrale exploite cette formule. Quelques touches de bois confèrent de la chaleur à l’aménagement. »

Pour maintenir l’ordre, le mobilier est arrimé au sol. Le restaurant propose banquettes et tabourets. Au centre de la salle, le comptoir de 42 pouces est entouré de tabourets. La proximité des files d’attente en direction du comptoir de commande rend ce choix quasi incontournable. Appuyée par une remontée de plafond, la mosaïque du plancher délimite bien l’espace central.
On souhaitait initialement un menu défilant, mais l’équipe a finalement opté pour un menu rétroéclairé, moins coûteux.


Coup de cœur du designer

Dans ce projet, il est clair que l’habillage graphique est au cœur du concept. « Il a été réalisé par Bivouac Studio, une petite boîte qui fait de superbes réalisations. Nous avons travaillé avec eux à quelques reprises, et ça a été à chaque fois un succès. Nous avons entièrement confiance en leur créativité et leur talent », souligne Olivier Paré.

5425, rue de Bordeaux, bureau 246, Montréal (Québec) H2H 2P9
514 313-1195
bivouacstudio.com


Fiche technique

  • Type de cuisine : Restauration rapide
  • Adresse : 3929, rue Sherbrooke Est, Montréal
  • Téléphone : 514 259-7811
  • Page Facebook : facebook.com/labelleprovinceplus
  • Propriétaire : Jerry Kivetos
  • Nombre de places : 86
  • Superficie : 1 500 pi²
  • Designer : Olivier Paré, gauvreaudesign.com
  • Ouverture : 5 mai 2014

Exemples d’autres réalisations

  • Pâtes bol (rue Beaubien, Montréal)
  • Le Saint-Sau Pub Gourmand (Saint-Sauveur)
  • T-Bar 70 (Mont Saint-Sauveur)
  • Ouverture en octobre : Coco Loco (secteur Griffintown, Montréal)

Photo en tête d’article : « Pour l’habillage graphique, nous voulions un motif pouvant être répété, afin de limiter les coûts, dit Olivier Paré. Nous avons pensé à quelque chose qui semble écrit à la main. Rappelant les gribouillis d’un bloc-notes, la formule retenue véhicule de l’information sur le restaurant, comme son accès Wi-Fi et des illustrations de plats. Occupant tout un pan de mur et une partie du plafond, le tout apporte énormément de détails au lieu. C’est suffisant. »

Photos : © Nicolas Ruel

Dans cette édition

Faites la différence
Claudine Roy
Alexia Douyon
Louer ou acheter l’équipement ?
L’industrie hôtelière au Québec 2013-2015
Pâtes, nouilles, sauces, etc.
Les cuisinières
Comment choisir les produits nettoyants pour les surfaces ?
Épices et assaisonnements secs
Peut-on se servir des photos disponibles sur le Web ?
Le changement et l’innovation : un duo du tonnerre !
Orange, la quatrième couleur du vin
Des chiffres qui parlent



PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.