HRI autour du monde

Boco

Des étoiles plein le bocal !

14 décembre 2011 - Par Redaction Carufel

À mi-chemin entre l’Opéra et le Louvre, un resto nouveau genre a vu le jour en mai dernier à Paris. Fruit de la collaboration des frères Ferniot, le concept Boco conjugue la convivialité du bistro aux exigences de la vie moderne des citadins.

Armé d’un carnet d’adresses bien garni des meilleures adresses gourmandes d’Europe, Vincent, chroniqueur gastronomique à la télévision française depuis plus de 25 ans, s’est adressé à quelques étoilés notoires pour les rallier à son projet. « Offrir un repas complet et bio pour moins de 15 euros », le tout présenté dans des bocaux à l’allure d’une autre époque, faits de verre, consignés et donc recyclables.

La bande à boco

Les petits plats offerts sont les créations de chefs et chefs pâtissiers reconnus qui, pour l’instant, sont au nombre de six… Pour l’instant ! En effet, le concept en soi offre toutes les possibilités de collaborer avec les chefs. « C’est ce que nous adorons dans notre concept : la possibilité de collaborer avec les chefs, tous les chefs que nous aimons et qui adhérent à nos valeurs et qui souhaitent rendre accessible leur cuisine à tous, tous les jours », nous raconte Elise Servan-Schreiber, de chez Boco.


Anne-Sophie Pic, nommée Meilleure femme chef au monde au printemps 2011 et détentrice de trois étoiles Michelin, a été la première à se joindre au projet. Elle propose notamment une vichyssoise d’asperges à l’anis vert (5,10 €) et un plat de tendron de veau confit, chutney de prune et pomme mousseline (8,60 €).

Gilles Goujon est un autre triple étoilé Michelin à faire partie du groupe. Il est aussi Meilleur ouvrier de France et propose une cuisine ensoleillée. À titre d’exemple, mentionnons la recette de tajine de légumes confits et fruits, semoule de blé (6,20 €) et celle de tomate gorgée de chèvre frais et pistou à l’huile d’olive (5,20 €) qu’il a offertes à Boco.

Emmanuel Renaut, également Meilleur ouvrier de France et détenteur de deux étoiles Michelin propose quant à lui des recettes de montagne, comme le risotto de coquillettes au fromage de montagne et jambon blanc (6,60 €) et la lasagne de polenta, champignons aux épinards (6,70 €).

Vincent Ferniot a aussi ajouté quelques recettes au menu, à la demande des autres membres de la bande. Son parcours professionnel l’a amené à développer d’excellentes aptitudes culinaires, et son amour des produits des régions de France, à créer des recettes qu’il partage avec ses clients du Boco. Mentionnons, par exemple, sa soupe de cresson aux noisettes grillées (3,80 €) et la blanquette de poulet comme à la ferme (7,80 €).

Christophe Michalak a remporté la Coupe du monde de pâtisserie en 2005 et travaille aujourd’hui au célèbre Hôtel Le Plaza-Athénée, à Paris. Les clients de Boco sont donc choyés de pouvoir goûter à sa crème caramel au beurre demi-sel (3,40 €) ou à son gâteau au fromage onctueux mangue-passion (3,70 €).

Finalement, l’équipe actuelle est complétée par Monsieur Chocolat lui-même ! Frédéric Bau, notamment créateur de l’École du Grand Chocolat Valrhona et auteur de l’Encyclopédie du chocolat, offre chez Boco ses recettes de mi-cuit noir et « café au lait » (3,80 €), « Ze mousse » au chocolat (3,80 €) et de Namelaka chocolat blanc et fudge caramel (4,50 €).

Les Parisiens peuvent désormais se délecter des créations des plus grands à un coût raisonnable, directement au bistro ou alors pour emporter, dans des contenants qui n’ont certes pas fini de faire jaser ! Bien qu’aucune date ne soit encore annoncée, nous savons déjà que de nouvelles adresses parisiennes porteront le nom de Boco dès 2012.

Comme Obélix dans la potion magique, les frères Ferniot sont, quant à eux, « tombés » dans la gastronomie. En effet, leur père, Jean Ferniot, est un fin gourmet, notamment membre du très fermé « Club des Cent ». Dès leur plus jeune âge, Vincent et Simon sont élevés dans l’amour du beau produit et de la haute gastronomie. C’est en gardant en tête le précepte paternel « Je ne mange que lorsque c’est bon » qu’ils s’associent en 2009 pour créer Boco, qui ouvrira après 18 mois de travail acharné.

Fiche technique

  • Boco (www.bocobio.com)
  • Propriétaires : Vincent et Simon Ferniot
  • Ouverture : 12 mai 2011
  • Nombre de places assises : 55
  • Nombre de « bocos » vendus : Plus de 10 000 par mois, plus 2 500 par semaine, plus de 400 par jour.

Sur la photo en tête d’article, les frères Simon et Vincent Ferniot, concepteurs de Boco.

Dans cette édition

Mal bouffe, sors de ce restaurant !
Samy Rabbat
Gabrielle Fontaine
Module d’enregistrement des ventes
La crème…
Quatre principes gagnants pour générer des ventes additionnelles
Conversations déterminantes
Bistro B
Le mentorat d’affaires
M’as-tu lu ?
Cave à vin ou cellier ?
L’énigmatique « sans gluten »
Comment créer des relations clients durables
La gestion



PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.