brightness_4
 

Le développement durable au cœur de l’industrie hôtelière

 
26 décembre 2023 | Par Gabrielle Brassard-Lecours
Crédit photo: Spa Eastman

Comment mettre de l’avant les initiatives de développement durable sans avoir l’air de faire du green washing ? C’est ce à quoi ont tenté de répondre plusieurs intervenants lors du dernier congrès de l’Association Hôtellerie Québec, qui s’est tenu fin novembre à Sainte-Anne-des-Monts, dans le cadre d’une conférence intitulée « Le développement durable au cœur de vos activités ».

Valéria Landivar, propriétaire de l’Auberge des 21, Daniel Duquette, directeur général du Spa Eastman, Héloïse T. Beaumont, directrice des opérations à l’hôtel Manoir Belle Plage et Josée Lelièvre, VP DD Groupe Luger, Hôtel Ruby Foo’s, ont tour à tour témoigné des différentes initiatives qu’ils ont mises en place pour rendre leurs hôtels plus verts.

Pour Valéria Landivar, de l’Auberge des 21, à La Baie au Saguenay, le développement durable n’est pas qu’une question matérielle, même si tous les produits en plastique à usage unique des déjeuners ont été remplacés par de produits locaux en vrac. « Pour nous, le développement humain et social est aussi important. Nous tenons à nous impliquer dans la communauté de La Baie », explique-t-elle. Cours de langue et soirées dansantes ouvertes à la population locale sont donc offerts gratuitement à l’Auberge.

mail

Abonnez-vous à nos infolettres

Chaque semaine, recevez nos dernières nouvelles dans votre boîte courriel.

Des pavillons écologiques

Le Spa Eastman, en Estrie, fait son propre compost. La cuisine est alimentée par les jardins sur place, et le lieu compte des panneaux solaires un peu partout sur le site. Récemment, le spa a inauguré des pavillons écologiques destinés à la clientèle corporative ; on y retrouve des matériaux tels que le bois FSC, de l’isolation en chanvre du Québec, de l’ardoise et une toiture en tôle qui requièrent peu d’entretien et sont durables de longues années.

L’aménagement paysager extérieur est inspiré des principes de la permaculture. Il inclut un aménagement comestible et une petite forêt nourricière avec des arbres fruitiers et des plantes médicinales, le tout au cœur de la forêt.

À l’intérieur du spa, on trouve une serre solaire. Les surplus de chaleur qui y sont créés sont utilisés pour chauffer l’eau domestique grâce à une thermopompe air-eau ultra performante, ce qui permet une économie d’énergie de plus de 80%. « Nous avons toujours été précurseurs dans le développement durable », affirme Daniel Duquette.

Bannir l’usage unique

« Je me demande vraiment comment communiquer nos initiatives sans avoir l’air de nous vanter », se questionne Héloïse T. Beaumont, directrice des opérations à l’Hôtel Manoir Belle Plage. L’entreprise familiale de Carleton-sur-Mer, qui célèbrera ses 75 ans en 2024, a récemment optimisé ses systèmes de chauffage pour réduire sa consommation, en plus d’utiliser le plus possible l’énergie électrique plutôt que le gaz ou autre.

L’usage unique au déjeuner a aussi été éliminé. « À titre d’exemple, nous utilisions près de 12 000 gobelets de lait à usage unique en saison haute. Ce chiffre est aujourd’hui de 0 », témoigne-t-elle. Même politique pour les produits de toilette, remplacés par des produits québécois en distributeur, comme ceux de la marque Oneka.

Chaque projet de rénovation tente aussi de récupérer et de recycler des matériaux déjà sur place ; on retrouve par exemple des têtes de lit faites à partir d’anciennes portes de salle de bain, agrémentées de bois de mer trouvé sur la grève en face du Manoir. La décoration de l’établissement provient d’artistes locaux.

Talents locaux et potager urbain

C’est en 2019 que Ruby Foo’s a décidé d’opérer une transition durable, concrétisée finalement en 2022 à cause la pandémie. Rénovations faites avec des comptoirs fabriqués au Québec, emploi d’ébénistes locaux, photographes montréalais pour décorer les chambres : les idées durables ne manquent pas.

L’hôtel a aussi le projet d’avoir un potager urbain sur le toit, dont les récoltes seront partagées entre des organismes de charité et le personnel de l’hôtel. « C’est une vision sur plusieurs années que nous mettons en place par rapport à notre désir de réduction à la source », affirme Josée Lelièvre.

Comment communiquer sur ses initiatives ? Les illustrer sur son site web, demander des témoignages de clients ou alors faire remplir des sondages d’après-séjour sont différentes façons de procéder.

Mots-clés: Québec (province)
Développement durable
Hôtellerie

À lire aussi !

f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).