L’été s’annonce chaud… pour les gestionnaires !

13 avril 2011

Les projections d’une étude commandée par le Conseil québécois des ressources humaines en tourisme (CQRHT) indiquent qu’il manquera 4 100 jeunes pour occuper les postes dans l’industrie touristique en 2011. Voici donc de quoi alimenter votre réflexion sur les moyens à prendre pour recruter et conserver du nouveau personnel en vue d’un été chaud.

Par Stéphane Simard

Recrutez dans votre propre établissement

Afin de réduire le nombre d’employés à recruter chaque été, tentez de conserver un lien d’emploi avec vos employés étudiants tout au long de l’année en leur garantissant un nombre d’heures de travail et en leur offrant un incitatif à demeurer à votre emploi. Par exemple, vous pourriez créer un programme de bourses d’études en offrant l’équivalent de 5 % du salaire cumulatif gagné par l’étudiant durant ses années de service, offrir un remboursement partiel ou total des frais de scolarité pour les cours réussis ou assumer en tout ou en partie les frais de déplacement entre l’école et votre établissement. L’École hôtelière des Laurentides offre un programme de spécialisation professionnelle à raison de trois jours par semaine : une belle option à proposer à vos employés avec qui vous voulez garder un lien d’emploi sans pouvoir leur offrir du travail à temps plein à l’année (www.cslaurentides.qc.ca/fp/EHDL). Quant à La cage aux sports, elle favorise la mobilité de la main-d’oeuvre entre ses établissements qui vivent des variations saisonnières différentes afin de maintenir un lien d’emploi. Peut-être cet exemple vous inspirerat- il à établir des ententes de partage d’employés avec d’autres établissements de votre région qui vivent des variations d’achalandage complémentaires aux vôtres ? Selon une étude sur la place de la main-d’oeuvre étudiante dans l’industrie touristique publiée par le CQRHT en 2009, les étudiants préfèrent de plus en plus travailler régulièrement à l’année plutôt qu’intensivement l’été.

Avec ceux qui doivent quitter la région pour aller étudier à l’extérieur, gardez le contact afin de pouvoir les embaucher à leur retour durant les périodes de vacances scolaires : informez-les comme s’ils étaient encore à votre emploi (mémo interne, infolettre ou intranet), invitez-les au party de Noël et envoyez-leur une carte à leur anniversaire.

Recrutez dans les écoles

Des idées :
  • Offrir des stages d’un jour
  • Inviter les étudiants à un « staff night » portes ouvertes
  • Commanditer des activités étudiantes
  • Organiser des concours conjointement avec l’école
  • Tenir un kiosque promotionnel dans le cadre d’une foire
    de l’emploi

Les écoles professionnelles, les cégeps, les universités et les écoles privées (par exemple, les écoles de barman) possèdent tous un service de placement où vous pouvez afficher vos postes disponibles. De plus, certains programmes d’enseignement fonctionnent selon un principe d’alternance travail-études en rendant les élèves disponibles pour le travail trois jours par semaine durant l’année et dans le cadre d’un stage non rémunéré durant l’été. Vous pouvez consulter les guides Choisir pour connaître les établissements d’enseignement secondaire, collégial et universitaire qui offrent de tels programmes (http://ch.monemploi.com).

Peu importe le moyen que vous utiliserez, je vous encourage à faire preuve d’ingéniosité afin d’offrir une véritable valeur ajoutée à la clientèle étudiante. Par exemple, un membre de votre équipe pourrait aller faire une présentation en classe sur la préparation à une entrevue, ou livrer un témoignage sur son parcours professionnel, ou encore animer un atelier de préparation à la recherche d’emploi, tout en profitant de cette tribune pour faire découvrir subtilement les métiers de l’hôtellerie et de la restauration et surtout, ceux que vous avez à pourvoir dans votre entreprise.

Recrutez dans les réseaux sociaux

Selon Socialnomics.net, 96 % des jeunes de la génération Y (20-35 ans) sont inscrits à un réseau social (Facebook, Twitter, LinkedIn…). « Internet est maintenant notre source de recrutement numéro un », affirme Catherine Laramée, directrice des ressources humaines chez Groupe Sportscene. Par où commencer ? Demandez simplement à vos employés et clients de vous aider à recruter via leurs réseaux. À titre d’exemple, les 110 personnes qui figurent sur mon réseau LinkedIn connaissent 18 600 personnes et ces dernières sont en contact avec 1 699 300 autres... Multipliez ce chiffre par votre nombre d’employés et vous avez une idée du bassin de candidats potentiels que vous pouvez joindre à un coût minime. Le recrutement par les employés est de plus en plus utilisé avec succès dans beaucoup d’entreprises avec raison : qui voudrait recommander quelqu’un avec qui il n’aurait pas d’affinités ou qui pourrait nuire à sa réputation ? Vous pourriez décider d’ajouter un incitatif financier pour motiver davantage vos recruteurs internes.

Vous pouvez également encourager vos clients à vous recommander des candidats en ajoutant, au verso de votre carte professionnelle, la procédure à suivre pour recommander quelqu’un. Offrez-leur également un incitatif pour des références (nuitée ou repas gratuit, par exemple).

Bien sûr, vous pouvez continuer d’utiliser des méthodes de recrutement traditionnelles, telles que les annonces dans les journaux, Emploi-Québec, Hotelleriejobs.com ou autres, mais dans un contexte de rareté de la main-d’oeuvre, je vous encourage fortement à être innovateur dans vos approches afin de vous démarquer de la masse.

Recrutez dans un autre bassin

Saviez-vous qu’en moyenne, un employé de 65 ans d’aujourd’hui a un état de santé équivalant à celui d’un employé de 54 ans en 1960 ? C’est du moins un des arguments mis de l’avant par le Défi Travail 50+ du réseau FADOQ, lequel a pour objectif de sensibiliser les employeurs à la richesse de l’expérience détenue par les travailleurs de 50 ans et plus (www.fadoq.ca). À cet effet, le diagnostic sectoriel de la main-d’oeuvre en tourisme rendu public en 2010 par le CQRHT souligne que la proportion d’employés de 55 ans et plus a augmenté de 50 % de 1996 à 2006. Alors, pourquoi ne pas profiter vous aussi de cette main-d’œuvre expérimentée, disponible et dont on dit qu’elle est très orientée vers la qualité du service à la clientèle ? Il y a même un site d’emploi spécialisé pour les 45 ans et plus au Québec où vous pouvez afficher vos postes (www.45plusjob.com).

Les nouveaux immigrants, les handicapés, les décrocheurs, les bénéficiaires d’aide sociale et les étudiants étrangers sont également des sources de candidats à ne pas négliger. À titre d’exemple, l’Hôtel Quality Suites Drummondville a offert à des jeunes ciblés des stages d’été rémunérés subventionnés, en partie grâce à une collaboration avec le Carrefour jeunesse-emploi de la région. Deux années plus tard, deux de ces personnes y travaillent toujours.

Des ressources :

Le collectif des entreprises d’insertion du Québec propose un répertoire en ligne (www.collectif.qc.ca). Vous y trouverez plusieurs ressources pour la grande région montréalaise, mais également pour Québec et certaines régions comme Lanaudière et le Lac-Saint-Jean. À titre d’exemple, Le Piolet est une entreprise d’insertion socioprofessionnelle de la région de Québec qui offre aux jeunes adultes vivant en situation d’exclusion d’acquérir des compétences techniques, personnelles et sociales en milieu de travail dans le secteur de la restauration. Résultat : 60 % de leurs jeunes intègrent ensuite le marché du travail ; pourquoi pas chez vous ?

Le Regroupement des organismes spécialisés pour l’emploi des personnes handicapées (www.roseph.ca) vous offre une gamme de services pour faciliter l’embauche de nouveau personnel : identification des postes, présélection des candidats, accompagnement individualisé et entraînement de l’employé, suivi durant plusieurs mois…


Le programme des travailleurs étrangers temporaires du gouvernement canadien présente clairement les étapes à suivre pour recruter cette main-d’oeuvre (www.rhdcc.ge.ca). Selon le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec, 24 475 étudiants étrangers ont fréquenté les universités de la province en 2009 (une progression de 41 % depuis 2001).

Faites bonne première impression

De nos jours, n’oubliez pas que c’est le candidat qui s’achète une expérience de travail durant l’entrevue et non pas vous qui choisissez le candidat. Vous devez donc tout faire pour lui faire vivre le plus possible ce à quoi ressemble le climat de travail chez vous durant l’entrevue.

Quelques éléments à considérer :
  • Éviter de faire attendre le candidat.
  • Faire des entrevues moins traditionnelles en faisant participer un de vos employés.
  • Informer d’avance tous les membres du personnel de la tenue d’entrevues et les inviter tous à venir saluer personnellement le candidat.
  • Accueillir le candidat comme vous le feriez pour votre meilleur client (salon privé, boisson spéciale, collation, cadeau d’entreprise, etc.)
  • Éviter d’être dérangés.

Afin de mieux vous orienter, pourquoi ne pas demander conseil à vos employés ? Vous pourriez, par exemple, poser les questions suivantes à quelques-uns des membres de votre personnel les plus performants :

  • Qu’est-ce qui t’a attiré ici au début ? (pour vous aider à établir de nouvelles façons de recruter) ;
  • Avec quel genre de personnes aimes-tu travailler en équipe ? (pour vous assurer d’une bonne chimie entre les nouveaux et les anciens) ;
  • Qu’est-ce que tu penses faire mieux que la moyenne ? (pour mieux cerner les qualités requises particulièrement chez vous pour bien performer) ;
  • Qu’est-ce qui te retient chez nous ? (pour vous aider à mieux mettre en évidence vos avantages distinctifs aux yeux des candidats).

Peu importe les moyens utilisés, rappelez-vous qu’un processus de recrutement efficace lance aussi un message clair aux candidats, selon lequel vous êtes un établissement bien structuré et que vous démontrez de l’intérêt pour votre personnel. Bon été !

Stéphane Simard est conférencier et auteur du best-seller Génération Y, finaliste du Prix iGénie 2008 et du Prix du livre d’affaires 2008 ainsi que de la nouveauté Les patrons sont-ils tous des menteurs ? Visitez le www.StephaneSimard.com pour visionner une capsule qui résume les avantages du recrutement 2.0.

Dans cette édition

MEV, le nouveau bavard de l’industrie
Harold Côté
Poissons et fruits de mer : aliments sous haute surveillance
Tableau des principales espèces de poissons issues de la pêche commerciale au Québec
L’approvisionnement local en poissons dans les services alimentaires de milieux institutionnels québécois
Mets à emporter
Connaissez-vous bien les Québécois francophones ?
Le monde est SPA
Le monde est SPA
Augmentation des prix des menus
Proposez une INFOLETTRE qui vous rapportera gros
Poissons
Le Hangar
Technologies en hôtellerie : le mouvement s’accélère
Rue Le Bec, Lyon, France



PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.