Les gras trans, l’ennemi à abattre... chacun à son rythme

27 juin 2007

Le 20 juin dernier, Tony Clement, le ministre de la Santé du Canada, a officiellement demandé à l’industrie alimentaire de bannir les gras trans d’origine industrielle de la chaîne alimentaire canadienne d’ici 2009, à la suite des recommandations comprises dans le rapport publié l’an dernier par le groupe d’étude constitué par le ministère en 2005. Ayant fait partie de ce groupe d’étude, l’association des Produits alimentaires et de consommation du Canada (PACC) a accueilli cette annonce avec contentement, en plus de se réjouir d’une éventuelle nouvelle règlementation qui inclurait les gras trans dans la liste des nutriments listés sur l’emballage des produits. Cependant, selon Nancy Croitoru, chef de la direction des PACC, l’industrie se préoccupe surtout de trouver des produits de remplacement sains en quantité suffisante afin de ne pas être contrainte de revenir aux graisses saturées.

L’annonce de M. Clement a par ailleurs fait l’objet de critiques, Santé Canada ayant accepté de laisser les entreprises se plier à ces mesures seulement de façon volontaire à la suite des pressions du gouvernement des États-Unis, dont l’industrie alimentaire devrait faire face à des complications si le remplacement des gras trans était obligatoire. Ainsi, en contradiction avec les recommandations du groupe d’étude, qui demandait à Ottawa d’établir des limites réglementaires d’ici juin 2008, le ministre a affirmé que celles-ci seraient établies dans deux ans si l’industrie n’avait pas d’elle-même diminué la quantité de gras trans aux plus bas niveaux possible. Pourtant, l’approche volontaire avait été rejetée catégoriquement par le rapport du groupe d’étude, citant l’exemple du Danemark où les gras trans n’ont été pratiquement éliminés de l’alimentation que lorsqu’une réglementation contraignante a été adoptée, après des années de voeux pieux.

Les gras trans sont des composants artificiels utilisés principalement pour solidifier et stabiliser les huiles végétales servant dans la préparation des aliments cuits et frits. Liés de près aux maladies coronariennes, on estime qu’ils causeraient 2000 attaques cardiaques par année au Canada. M. Clement, qui soutient que, sous la pression des consommateurs, l’industrie a d’elle-même diminué de 40 % son utilisation de gras trans dans les dernières années, demande à ce que ces gras soient réduits à 2 % du pourcentage total de gras dans les margarines molles et à 5 % dans tous les autres aliments.

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.