dark_mode light_mode
 

LE COMMERCE DE L’ALIMENTATION ET DE LA RESTAURATION ALIMENTAIRE

La supposition fatale qui est à l’origine de plusieurs faillites d’entreprises dans le domaine de la restauration alimentaire

 
23 janvier 2022 | Par Christian Latour | Chasseur de connaissances | Mérici Collégial Privé

POURQUOI PLUSIEURS PETITES ENTREPRISES ÉCHOUENT

La supposition fatale selon Michael E. Gerber (2017, p. 33-34) [1]

En proie à votre crise créative, vous avez été victime de la supposition la plus désastreuse que peut émettre une personne se lançant dans l’aventure de la création d’entreprise.

Tous les techniciens qui montent leur affaire font cette erreur d’appréciation. Elle trace la voie d’une entreprise — de son inauguration à sa liquidation —, dès qu’elle est émise.

Cette supposition fatale est la suivante : si je comprends le travail technique d’une entreprise, je comprends l’entreprise qui effectue ce travail technique.

Et elle est fatale parce qu’elle n’est pas vraie.

En fait, c’est la cause principale de la plupart des faillites de petites entreprises !

Le travail technique d’une entreprise et une entreprise qui effectue ce travail technique sont deux choses totalement différentes !

Mais le technicien qui monte une entreprise ne perçoit pas cette réalité.

Pour le technicien souffrant d’une crise créative, une entreprise n’est pas une activité, mais un endroit où l’on va travailler.

Ainsi les cuisiniers, les serveurs et les sommeliers deviennent artisans.

Les cuisiniers et les serveurs ouvrent des restaurants. Les sommeliers démarrent des bars à vin.

Tous sont persuadés que, parce qu’ils comprennent le travail technique de l’entreprise, ils sont immédiatement et parfaitement qualifiés pour diriger une entreprise réalisant ce genre de travail.

C’est tout simplement faux !

En fait, leur unique atout (la connaissance du travail technique de leur entreprise) devient leur seule responsabilité.

Si le technicien ignorait comment effectuer le travail technique de l’entreprise, il devrait apprendre à le faire.

Il serait contraint d’apprendre à faire tourner l’entreprise et non à effectuer le travail lui-même.

La véritable tragédie, c’est que lorsque le technicien devient la proie de la supposition fatale, l’entreprise, qui était censée l’affranchir des limites que constitue le fait de travailler pour quelqu’un d’autre, ne fait que l’asservir.

Soudain, la mission qu’il savait si bien exercer [faire de l’excellente cuisine, accueillir, conseiller et servir les clients] devient la mission qu’il maîtrise, accompagnée d’une dizaine d’autres auxquelles il ne connait absolument rien [les activités clés de l’entreprise].

Bien que la crise créative soit à l’origine de la naissance de l’entreprise, c’est le technicien qui va travailler.

Et soudain, le rêve d’entrepreneur se transforme en cauchemar de technicien.


À LIRE ATTENTIVEMENT [2]


MÉDIAGRAPHIE

Manuel de gestion-réflexion / Christian Latour


Pour communiquer avec Christian Latour 😎

• Sur Facebook : Christian Latour
• Sur Twitter : @Christian Latour
• Sur LinkedIn : Christian Latour, MBA


Notes

[1Ce texte est un extrait de : Gerber, Michael E. (2017). E-Myth — Le mythe de l’entrepreneur revisité. Paris : Alisio dans lequel j’ai fait quelques substitutions afin de l’utiliser comme exemple pour le secteur de la restauration alimentaire.

[2L’attention est déterminante dans la façon dont nous exécutons n’importe quelle tâche.

f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).






arrow_right
Semaine #20
0.25 %arrow_drop_up
0.07 %arrow_drop_up
10.04 %arrow_drop_up
De quoi s'agit-il ?
Cliquez ici