« La fermentation ? Un peu de théorie, beaucoup de pratique »

8 août 2019 - Par Pierre-Alain Belpaire

Elles ont, au bout du fil, le ton chantant et enjoué de ceux et celles qui prennent un pur plaisir dans leur quotidien professionnel. Et quand l’une entame une phrase, l’autre s’empresse de la terminer. Au point que l’auteur de ces lignes doit bien avouer avoir eu quelques difficultés à savoir qui lançait telle idée, qui amenait telle précision. « Ce n’est pas bien grave, on travaille à deux sur ce projet, on a tout créé de A à Z », le rassureront Charlotte Boulanger Tisseur et Emmanuelle Poirier.

Ce « projet », c’est le Ferment Fest Montréal, qui se tiendra le samedi 14 septembre prochain au marché Jean-Talon. Malgré la récente et impressionnante vague d’amour qui frappe l’univers de la fermentation, cet événement sera le premier du genre au Québec. « Il y a déjà eu des festivals sur cette thématique à Vancouver, à Boston ou en Ontario, mais rien à Montréal. Pourtant l’intérêt pour la fermentation y est très important et la ville est considérée comme une capitale de la gastronomie », explique Emmanuelle Poirier. Après avoir pris le pouls de leur entourage et contacté diverses compagnies, les deux jeunes femmes décident donc de se lancer. « La plupart des professionnels nous ont confié rêver d’un tel événement mais ils n’avaient tout simplement pas le temps de le mettre sur pied, poursuit Charlotte Boulanger Tisseur. On s’en est donc chargé ! »

Au fil des conférences, dégustations et autres ateliers, ce Ferment Fest Montréal aura pour principal objectif de démocratiser l’univers de la fermentation. Il devra surtout réussir l’exploit de parler tant aux consommateurs avertis et aux professionnels de la restauration qu’aux novices n’ayant aucune idée de ce qui se cache derrière cette appellation. Malgré le succès du kombucha et des bières à fermentation spontanée, une large frange du public ignore encore tout (ou presque) de ce procédé. « Pour expliquer ce qu’est la fermentation, je pense que le plus simple sera de dresser la liste des avantages qu’elle amène : réduction du gaspillage alimentaire, bienfaits pour la santé et notamment pour la flore intestinale … », estime Emmanuelle. Processus complexe, la fermentation souffre également d’une réputation ternie par les coûts relativement élevés qu’elle entraîne. « Pour l’heure, les produits fermentés disponibles sur le marché sont encore assez chers, notamment en raison de la production particulièrement longue. Mais avec le temps, cela pourrait changer et les prix pourraient devenir plus abordables. »

Depuis quelques années, différents chefs, tant à l’international qu’à l’intérieur du Québec, se sont essayés aux joies (et aux déconvenues) de la fermentation maison. Si, sur les menus, les mentions « fermenté ici-même » sont encore assez rares de nos jours, elles devraient se multiplier dans un futur très rapproché, croit le dynamique duo. « La fermentation, c’est un peu de théorie mais surtout beaucoup de pratique, beaucoup d’essais/erreurs, poursuivent-elles. Avec le Ferment Fest, on veut amener les visiteurs, quels qu’ils soient, à se lancer, à essayer, à faire leurs propres expériences. »

Dans une société vantant les bienfaits du « fait maison », des produits locaux, de l’autosuffisance et des pratiques écoresponsables, la fermentation semble avoir de beaux jours devant elle. Au point d’inciter les deux organisatrices à rapidement plancher sur d’autres éditions du Ferment Fest ? « Il y a de l’avenir et il est donc certain qu’on y réfléchira », sourit Emmanuelle. À moins que ce ne soit Charlotte...

Pour suivre le Ferment Fest Montréal :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.