brightness_4
 

Tourisme : la main-d’œuvre retraitée prisée

 
22 février 2024 | Par Bastien Durand
Crédit photo: Pixabay

Le secteur touristique s’intéresse de près aux seniors. Plus expérimentés, flexibles et prêts à s’investir dans une deuxième carrière à temps partiel, ils recherchent le contact avec la clientèle. L’hôtellerie et la restauration pourraient en profiter davantage.

Interagir avec les clients, contribuer au développement de son territoire, rester actif physiquement… Les facteurs de motivation des personnes de plus de 55 ans et des « jeunes retraités » à travailler dans le tourisme sont multiples. Au Québec, cette catégorie représente 21% de la main-d’œuvre dans le secteur, soit environ 95 000 employés selon RH Tourisme Canada.

Pour Xavier Gret, directeur général du Comité québécois des ressources humaines en tourisme (CQRHT), il faut de plus en plus prendre en compte cette « clientèle ». « Ils sont encore actifs, en forme physiquement et ont derrière eux une carrière professionnelle qu’ils peuvent mettre à contribution ».

mail

Abonnez-vous à nos infolettres

Chaque semaine, recevez nos dernières nouvelles dans votre boîte courriel.

Attirés par l’extérieur

Le travail en plein air est un atout non négligeable pour cette catégorie. « Certains peuvent pratiquer leur passion. Par exemple, les postes dans les parcs de la Sépaq ou dans des stations de sports d’hiver les attirent. Ils profitent ainsi d’installations deux à trois jours par semaine tout en travaillant. »

Selon un sondage Léger pour le CQRHT réalisé en 2023, 62% des salariés de 55 ans et plus ont un intérêt à travailler dans le secteur touristique, contre 38% pour le reste de la population. À temps partiel ou avec des emplois saisonniers, 15% d’entre eux sont attirés par les loisirs et le divertissement et en particulier le service à la clientèle.

« Les horaires flexibles ne sont pas un frein, ils leur permettent au contraire de concilier plus facilement leur travail avec d’autres engagements, associatifs ou pour garder leurs petits-enfants », note Xavier Gret.

À Bromont, la station hivernale accepte volontiers les candidatures des personnes de 55 ans et plus. Une campagne intitulée Revenir sur le marché du travail après la retraite, c’est gagnant avait d’ailleurs été menée à l’automne dernier pour attirer les profils seniors.

« Ça s’est fait naturellement. Au-delà du revenu d’appoint, la plupart des candidats recherchent à se divertir et être en contact avec les gens. C’est une façon pour eux de se sentir utiles, souligne Kathy Deschamps, directrice des ressources humaines à Bromont. Cette catégorie vaut de l’or ! » Au total, 15% de la main-d’œuvre de la station a 60 ans et plus. « Et c’est stable depuis plusieurs années. »

Vieillissement de la population

Agent d’accueil, préposé au service d’entretien ménager, caissier dans les cafétérias... Les possibilités sont grandes pour des personnes qui ne veulent plus d’un emploi stressant. « Elles ont généralement fait de longues carrières avant et veulent être en contact avec les gens, et simplement rendre service et se rendre utiles ».

Certaines d’entre elles voient dans la reprise d’une activité salariale une voie pour sortir d’un certain isolement social. Selon l’association Les Petits Frères, qui lutte contre l’isolement des aînés, les personnes de plus de 65 ans compteront en 2030 pour 2,3 millions des habitants de la province, soit 25% de la population. Parmi elles, plus de 30% seront à risque de souffrir d’isolement. Le vieillissement de la population est donc bien un facteur à prendre en compte pour les entreprises qui recrutent.

Si les services publics et les entreprises de plein air attirent cette catégorie, l’hébergement et la restauration sont encore à la traîne. Seulement 10% des 55 ans et plus sont attirés par la restauration et 7% par l’hébergement, selon le même sondage.

En situation de pénurie de main-d’œuvre, « les 55 ans et plus permettent pourtant de réduire le taux de roulement du personnel, note Xavier Gret. Ce sont des postes moins enviables mais aussi méconnus ». Pour lui, les entreprises du secteur HRI sollicitent encore trop peu ce bassin d’emploi.

Mots-clés: Québec (province)
Ressources humaines
HRI - Général

À lire aussi !

f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).






arrow_right
Semaine #15
-0.47 %arrow_drop_down
0.16 %arrow_drop_up
-2.73 %arrow_drop_down
De quoi s'agit-il ?
Cliquez ici