brightness_4
keyboard_arrow_up
 
Point de vue

On mange encore !

 
27 février 2024 | Par Robert Dion

En ce début d’année où les annonces de fermeture se multiplient, il y a un constat qui doit demeurer bien présent : on mange encore ! Des 16 à 21 repas pris par semaine à la maison, il n’y a pas si longtemps, nous sommes maintenant plus près de 2 à 5 repas consommés au domicile. Alors, pourquoi autant de fermetures ?

Si l’on prend le temps d’analyser les sortes de commerces qui jettent l’éponge, on voit bien qu’ils sont de type familial, généraliste, souvent très locaux et offrant uniquement un service en salle. D’une espérance de vie de plus de 25 ans, les établissements sont maintenant conçus pour des cycles de cinq ans maximum ; ils ne doivent pas forcément fermer au-delà de ce cycle, mais ils devront alors trouver un moyen de s’adapter à la nouvelle réalité du moment.

Mais où mange-t-on, si ce n’est plus à la maison ni au resto du coin ? Si vous regardez bien, vous verrez que la nourriture est maintenant partout sur votre chemin : à la banque, au dépanneur, chez le fleuriste, ou bien virtuellement en commandant depuis le lieu où vous vous trouvez. La faute à l’inflation ? Oui, mais non : c’est la faute de la réaction en chaîne provoquée par celle-ci.

Les prix augmentent, les taxes suivent, donc les pourboires explosent. On voit bien que les établissements où les pourboires sont limités ont la cote ; pas juste dans la restauration rapide, mais dans toutes les catégories de cuisine. Du sandwich gourmet aux cafés de spécialité, ils sont les rois de la jungle alimentaire. Sans oublier les dépanneurs, qui sont maintenant des joueurs importants dans les occasions de repas hors domicile.

Que faire ? Il devra y avoir une remise en question des types de services, voire une segmentation de l’offre dans un même établissement. Il faut devenir encore plus professionnel quand il y a une prestation complète de repas, pour créer une expérience positive et offrir plusieurs services au même endroit. Tous ceux à qui je disais de multiplier leurs offres et qui me répondaient « Pas nous, c’est pas notre modèle » doivent maintenant évaluer toutes les pistes pour rester concurrentiels.

Une chose est certaine : les locaux laissés vacants par les fermetures auront rapidement un repreneur qui, on l’espère, aura su trouver la bonne formule.

Robert Dion, éditeur
[email protected]

 
 
Dossier

Déjeuner : le segment qui a tout à gagner

 
29 février 2024 | Par Bastien Durand

Dans un contexte économique difficile, l’offre de déjeuner et de brunch se développe pour répondre à une demande forte, qui s’est accentuée depuis la pandémie.

Au cœur du Vieux-Longueuil, sur la Rive-Sud (Montréal), le Péché Matinal se réveille après sa fin de semaine. L’équipe du restaurant s’active en ce lundi matin. L’établissement propose une cuisine déjeuner et brunch très prisée des Longueuillois. « Nous avons une bonne réputation, et les gens qui franchissent la porte le savent bien », assure Paul Camirand, l’un des trois copropriétaires.

Ouvert en 2010, le Péché Matinal invite au plaisir d’un déjeuner au restaurant. « L’important, c’est que la clientèle puisse vivre l’expérience gastronomique d’un déjeuner. Ce que l’on offre, elle ne le trouve pas ailleurs ; on ne lui sert pas des œufs-bacon, qu’elle peut très bien se faire chez elle. » On trouve ici plutôt des plats raffinés, sucrés ou salés selon les envies, comme ce jambon effiloché maison servi en omelette « mi-baveuse » ou encore ce pain brioché aux pommes, raisins et cannelle. En fin de semaine, le restaurant affiche complet, et il n’est pas rare de faire la file pour déguster un grilled-cheese aux poires.

« L’offre déjeuner-brunch est prisée, et les joueurs sont de plus en plus nombreux, témoigne Martin Vézina, président de l’Association Restauration Québec (ARQ). Le marché se développe principalement avec des restaurateurs indépendants. » Des chaînes locales ou franchises comme Allô mon Coco, L’Œufrier et Ben & Florentine, populaires, offrent une grande variété de choix également proposée en formule livraison.

Une facture moyenne moins salée

En prenant en considération l’augmentation générale des prix, « la facture moyenne dans un restaurant de déjeuner ou brunch reste un peu plus basse que dans un restaurant traditionnel », estime l’ARQ. Paul Camirand et son équipe le constatent au quotidien : « Les gens peuvent plus se permettre de venir chez nous que d’aller dans un restaurant classique. C’est ce que j’entends de la part des clients ».

Avec ses fournisseurs, Paul Camirand tente de magasiner les rabais tout en privilégiant les produits locaux. Voilà un équilibre qu’il parvient à maintenir, même si le contexte actuel rend la chose parfois difficile. « Il n’y aura pas forcément les mêmes fruits dans les assiettes toutes les semaines. Et, on ne va pas mentir, ça nous arrive d’accompagner notre pain brioché de framboises du Mexique. On s’adapte comme on le peut. » Selon lui, la facture moyenne tourne autour de 30 $ dans son établissement, pour « un plat copieux et un très bon café ».

Salle du restaurant le Péché Matinal à Longueuil
Bastien Durand

Au restaurant Matinée de Saint-Jean-sur-Richelieu, François Roy, propriétaire depuis 12 ans, constate également la tendance : « En période d’inflation, le client magasine ses prix, et c’est bien normal. L’offre de déjeuners est intéressante à cet égard, avec ses propositions variées qui débutent à prix abordables ». Dans son établissement, l’offre n’a pas changé et « les prix non plus ». Le gestionnaire cible en particulier les familles et les enfants en réduisant même le prix des déjeuners pour ces derniers. « C’est une stratégie payante si l’achalandage est conséquent derrière. Mais je ne vous cache pas qu’il y a des journées plus difficiles que d’autres… »

Des habitudes qui changent

Dans les restaurants de déjeuners, l’horaire de travail est l’un des principaux avantages pour le personnel. « C’est certain ! Les gens ne veulent plus travailler le soir », abonde François Roy. Selon lui, c’est un atout pour retenir les employés, tout autant que l’atmosphère au travail et les salaires. Ouvert de 8 à 15h, le Péché Matinal offre une semaine de quatre jours à temps plein à son personnel.

« On peut proposer de meilleures conditions à notre équipe, en salle comme en cuisine », affirme Paul Camirand. C’est un plus pour mieux concilier sa vie professionnelle et personnelle. En cuisine, Isaac l’atteste : « Même si on me propose un meilleur salaire ailleurs, je préfère travailler de jour, quitte à commencer plus tôt ». À côté, son collègue approuve.

Isaac (au fond) en cuisine au Péché Matinal
Bastien Durand

Du côté de la clientèle, la pandémie a modifié les habitudes de consommation. En réponse, l’offre déjeuner prend de l’ampleur. « On constate que les gens sont de plus en plus casaniers », souligne Paul Camirand. La sortie de fin de semaine avec les enfants ou les amis se fait de plus en plus en journée.

À Montréal, le restaurant Renoir de l’hôtel Sofitel propose un buffet brunch tous les dimanches. Depuis la réouverture il y a un an et demi, la salle à manger affiche de nouveau complet. « En fait, 90% de la clientèle est locale, soit des gens qui reviennent ; il y a très peu de clients de l’hôtel, insiste Félix Duquet, sous-chef exécutif du Renoir. Plus ça va, et plus les gens viennent de loin. C’est plus facile pour eux de venir en journée, notamment pour fêter un événement familial. »

Des assiettes du brunch du dimanche au Sofitel de Montréal
Sofitel Montréal

Viennoiseries maison, gaufres, œufs bénédictine et contre-filet de bœuf ravissent les papilles des clients. Avec un prix de base à 78 $, « la formule buffet fait que les gens en ont pour leur argent, et c’est ce qu’ils recherchent : avoir le meilleur rapport qualité-prix possible. » Selon le sous-chef, « il est plus facile de remplir un restaurant de déjeuners qu’un restaurant de dîners ou soupers. »

François Roy reste plus nuancé. « Quand il s’agit de la fin de semaine, c’est certain. Mais en semaine, ça reste un peu plus complexe : la sensibilité aux prix est différente », avoue-t-il. Le propriétaire du restaurant Matinée souligne une différence majeure avec le restaurant de dîner ou souper. « Lorsque les gens sortent le soir, ils prennent souvent un drink ou une bouteille de vin, et les marges sont importantes à ce niveau-là. Dans un menu déjeuner, on a moins cette capacité à notre disposition, et la marge de profit est moins élevée. »

Le déjeuner à l’hôtel, un classique

Pour les établissements hôteliers, proposer un déjeuner aux clients constitue un service indispensable. Dans une enquête réalisée par Léger pour l’Association Hôtellerie Québec (AHQ), 76% des Québécois qui se rendent à l’hôtel sont très friands du déjeuner, avec une préférence pour une formule buffet, qui propose un choix plus vaste.

Les hôtels choisissent leur formule : en supplément de la nuit, inclus dans le prix ou seul. Au Sofitel de Montréal, le déjeuner est proposé en option de la chambre pour environ 40 $. « L’offre à la carte fonctionne bien pour les rendez-vous d’affaires en fin de matinée, note Félix Duquet, sous-chef exécutif du restaurant. Cependant, les clients sont souvent pressés et ils n’ont pas forcément le temps de s’attabler longtemps pour prendre un déjeuner. »

Le déjeuner salé du Bed & Breakfast 4 saisons à Québec
4 saisons B&B

Ce n’est pas le cas des hébergements de type Bed & Breakfast, qui font du déjeuner leur marque de fabrique. « Chez moi, le déjeuner est encore plus important que la nuit, assure Joscelyne Parent, propriétaire du B & B 4 Saisons à Québec. Les gens viennent pour ça. » Dans son gîte, qui accueille essentiellement une clientèle touristique locale et internationale, le repas du matin est une tradition.

On réserve deux nuits au minimum pour profiter des déjeuners proposés par l’hôte, un jour salé et le suivant, sucré. Face à l’inflation, Joscelyne Parent a préféré augmenter le prix des chambres plutôt que de réduire la quantité et la qualité de ses déjeuners faits maison. « On sert de bonnes assiettes. Après ça, les gens ne font pas de lunch, je vous le garantis », sourit-elle.

« Depuis la pandémie, un enfant sur trois est à risque d’aller à l’école le ventre vide. » Catherine D’Amours, conseillère principale Programmes et nutritionniste pour l’association Club des petits déjeuners, martèle le message auprès du gouvernement et dans les médias. Routine matinale souvent précipitée par un bus scolaire à prendre, enfants en manque d’appétit ou de moyens dans certains foyers : le repas du matin n’a pas toujours la place qu’il devrait avoir.

À l’école, « le déjeuner ne doit pas être oublié »

« En tant que premier repas de la journée, le déjeuner ne doit pas être oublié. » Créé en 1994, l’organisme aide les écoles à garantir aux élèves l’accès à des aliments nutritifs et diversifiés à travers des programmes ciblés. Au Québec, le Club touche chaque matin plus de 79 000 enfants participant à plus de 500 programmes. « On se rend compte très concrètement d’une amélioration sensible du comportement des enfants en classe lorsqu’ils ont mangé convenablement. Leurs capacités de concentration sont bien meilleures. »

Le Club des petits déjeuners promeut une alimentation locale dans les écoles
Club des petits déjeuners

Pour les repas, l’organisme suit les recommandations du Guide alimentaire canadien, qui préconise de consommer au moins un fruit ou légume, de même qu’un produit céréalier riche en fibres et un aliment protéiné par repas. Le Club tente de s’approvisionner localement et de transformer les aliments sur place lorsque c’est possible. « On essaie de s’adapter aux réalités locales des écoles dans lesquelles on intervient », précise la nutritionniste. Selon l’organisme, 73% des aliments inclus dans les programmes proviennent du Québec.

Le Club des petits déjeuners mène un programme similaire dans les garderies de la province depuis 2018 avec le gouvernement. Le projet, réalisé au départ dans 15 services de garde éducatifs à l’enfance (SGEE) en milieu défavorisé, a été renouvelé jusqu’en 2025 dans 34 garderies, après de premiers résultats concluants.

En s’appuyant sur un réseau de partenaires privés et publics, le Club ne perd pas de vue un de ses objectifs : que le Canada puisse enfin avoir un programme national d’alimentation en milieu scolaire, comme tous les autres pays du G7. « On avance, mais il nous reste du pain sur la planche… »

 
f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).






arrow_right
Semaine #14
-3.90 %arrow_drop_down
-0.26 %arrow_drop_up
-3.71 %arrow_drop_down
De quoi s'agit-il ?
Cliquez ici