dark_mode light_mode
 

Carte de crédit : un restaurateur lance un mouvement contre les frais abusifs

 
11 avril 2024
Crédit photo: Unsplash / Blake Wisz

Le Saint-Bock lance le mouvement Au resto sans ma carte de crédit, lors duquel il offrira à tous ses clients un rabais de 2% si ceux-ci payent avec leur carte de débit ou en argent comptant au lieu de payer par carte de crédit.

Ce mouvement vise à protester contre « l’absence de réglementations gouvernementales adéquates sur les frais des cartes de crédit imposés aux commerçants » et à aider les entreprises de restauration à passer au travers de la période financière difficile causé par le ralentissement économique.

L’établissement invite tous les restaurateurs à se joindre à ce mouvement, qui devrait durer jusqu’à la fin juin. La période du rabais de 2% pourrait être prolongée « si la réponse des clients est positive ».

mail

Abonnez-vous à nos infolettres

Chaque semaine, recevez nos dernières nouvelles dans votre boîte courriel.

Voici la lettre ouverte de Martin Guimond, propriétaire de la brasserie Saint-Bock et initiateur du mouvement :

« Une majorité de gens ne savent pas à quel point les frais de carte de crédit imposés aux restaurateurs nuisent terriblement à leur rentabilité. Bien souvent, les cartes qui offrent des récompenses aux clients imposent des frais de 3,5 à 5% du total de la facture au restaurateur. Pire encore, les restaurateurs doivent également payer ces frais sur la TPS, la TVQ et les pourboires, qui représentent en moyenne un ajout de 32% à la facture des clients. Nous payons ces frais sur de l’argent qui ne nous appartient pas. Cela devient financièrement insupportable.

Par exemple, sur une facture de 100$ plus taxes et pourboire (132,22$) payée par carte de crédit, les restaurateurs peuvent payer en moyenne 5,30$ de frais de carte de crédit. Des sommes qui vont directement dans les poches des grosses multinationales. Ceci représente une grande perte de revenu comparé au paiement Interac, qui est de 0,8 à 0,10$ par facture, peu importe le montant. Ces sommes pourraient rester dans les poches des restaurateurs, leur permettre de survivre et d’éviter la faillite.

Partageons les économies avec nos clients. En offrant 2% de rabais à nos clients, nous partagerons avec eux ce gain financier. Nous croyons qu’il est plus agréable pour un client d’avoir 2% de rabais maintenant directement dans ses poches que d’avoir 1,5% de ses achats en points cadeau à échanger dans plusieurs années sur une carte de crédit qui contrôle la valeur des points selon son désir. Une majorité des cartes qui offrent des récompenses en argent donnent environ 1,5% de remise. Nous offrons 2%. De plus, ce 2% de rabais économise la TPS et la TVQ : un avantage non négligeable pour les clients, qui eux aussi aiment les économies.

À titre d’exemple, le Saint-Bock subit depuis le début de l’année ses pires pertes financières depuis 18 ans. Pendant ce temps, Visa et Mastercard, via l’entreprise PayFacto, empochaient 14 000 $ de frais de carte de crédit simplement pour nous permettre de faire payer nos clients. Payer pour se faire payer : une aberration totale. Dans une réalité où la moyenne des restaurateurs font une marge de profit de 2 à 3%, est-il acceptable que les cartes de crédit fassent 3,5% à 5% ?

Le milieu de la restauration est en crise et les fermetures se comptent par centaines. Les frais des cartes de crédit exorbitants imposés aux restaurateurs n’aident en rien. Au fil des années, les entreprises de cartes ont su rendre les clients prisonniers de celles-ci en développant des programmes de points et de récompenses, le tout financé par les frais payés par les commerçants. Des récompenses auxquelles les clients prennent des années à accéder. De plus, les entreprises contrôlent la valeur des points en réduisant régulièrement leur pouvoir d’échange et en augment le prix des récompenses.

Nous sommes bien conscients tous les clients qui auront les moyens de payer par carte de débit, car la situation économique actuelle rend l’argent comptant plus difficile à conserver, d’où l’utilisation excessive de nos cartes de crédit. Mais ceux qui pourront le faire contribueront à la santé financière et la survie de leurs restaurants préférés, tout en profitant d’une petite économie. »

Mots-clés: Québec (province)
Technologie
Comptabilité
Restauration

À lire aussi !

f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).






arrow_right
Semaine #20
0.25 %arrow_drop_up
0.07 %arrow_drop_up
10.04 %arrow_drop_up
De quoi s'agit-il ?
Cliquez ici