André Duncan : Un barman sherbrookois aux portes de la gloire

9 mars 2017 - Par Pierre-Alain Belpaire

« J’avais oublié d’ajouter le jus de lime avant de shaker. Une erreur technique fatale à ce niveau-là de la compétition. Et le fait de ne pas mentionner durant ma présentation le nom de la marque de rhum, Trois-Rivières, n’a pas aidé, disons... »

Présent à Paris pour la demi-finale du Rhumbellion, un concours prestigieux réunissant 20 mixologues provenant des quatre coins du globe, André Duncan n’aura pas réussi à se hisser parmi les six finalistes retenus pour la grande finale organisée en Martinique en avril prochain. Le barman sherbrookois n’aura pourtant pas démérité. Loin de là. « Je termine tout de même aux portes de la finale », souffle-t-il.

Retenu parmi plus de 200 candidatures initiales, son cocktail, baptisé Invictus, aura marqué les esprits de plusieurs juges lors de l’événement parisien. Hannah Van Ongevalle, l’une des bartenders les plus influentes de la planète, a même versé quelques larmes lorsque le candidat québécois est revenu sur son parcours et sur les sacrifices consentis pour réaliser ses rêves.

« Elle est venue me parler après le concours et m’a confié avoir vraiment apprécié mon cocktail, glisse André Duncan. Ce qui m’a manqué alors ? Peut-être un peu de temps. Nous n’avions par exemple que 6 minutes pour présenter notre boisson. Le facteur stress a joué, c’est certain. Dans une telle compétition, on se retrouve à "sur-réfléchir", à se poser soudainement des questions sur des gestes qu’on fait naturellement d’habitude. »

La déception aura rapidement fait place à la fierté. Loin de se laisser abattre, le jeune homme entend d’ailleurs retenter sa chance dès l’an prochain. « Ces concours, ce sont des expériences en or. Ils te permettent de t’améliorer, de t’inspirer, de voir ce qui se fait ailleurs. À Paris, j’ai rencontré des passionnés, j’ai agrandi mon réseau et découvert de nouveaux produits. »

En attendant d’autres compétitions et rencontres internationales, André Duncan se concentre sur ses nouveaux projets québécois : un livre décrivant l’arrière-scène, les coulisses de l’univers de la mixologie ; l’ouverture prochaine de son propre bar à Sherbrooke ; d’autres épisodes de la - populaire et déjà légendaire - minisérie Bartenders réalisée avec ses complices de l’École du Bar de Montréal… « Je ne peux pas me permettre de relâcher mes efforts. La mixologie québécoise s’est professionnalisée, raffinée. On compte de plus en plus de talents et il faut vraiment travailler fort et innover pour se démarquer. »


(Crédit photo : Audré Kieffer)

Pour suivre l’École du Bar de Montréal :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.