brightness_4
brightness_4
Le média des professionnels de la restauration et de l'hébergement
PUBLICITÉ
 

Aliments du Québec s’attaque à la perception des prix

 
5 octobre 2022
Crédit photo: Mathieu Aulagnon, chef de projets, promotions en lieux de vente pour Aliments du Québec / Capture d'écran

Aliments du Québec a annoncé sa nouvelle campagne publicitaire lors de sa journée annuelle qui s’est déroulée hier à la salle de réception Mouton Village à Saint-Charles-sur-Richelieu. Sous forme de quatre capsules vidéo, Parole de porte-parole, les aliments du Québec sont souvent moins chers qu’on le pense abordera dès la semaine prochaine et jusqu’à la fin novembre la perception des prix associés aux produits locaux

Plusieurs constats ont d’abord été faits à la suite de la campagne réalisée l’an dernier On est tous porte-paroles. Aliments du Québec est très établi : la campagne a atteint un score sans précédent en matière d’attribution à l’annonceur et une hausse de notoriété puisque 84 % des Québécois francophones connaissent les marques. Du côté de l’accessibilité, il note une offre conséquente en magasin et des consommateurs qui prennent l’habitude de chercher les produits locaux.

Par contre, la perception que les produits québécois sont plus couteux reste. Ils sont souvent perçus comme étant davantage des produits frais ou du terroir et moins des produits du quotidien. Avant la pandémie, une étude de Léger révélait déjà que 54 % des Québécois ne pensaient pas pouvoir se permettre de les acheter. En début d’année, Aliments du Québec avait ainsi mandaté l’Université Dalhousie pour réaliser une étude comparative entre les aliments locaux et les autres qui a révélé en juin dernier que dans 70 % des catégories analysées, les prix des produits québécois étaient équivalents ou moins chers.

Donner un second souffle

« Pour donner un second souffle à cette nouvelle et s’attaquer vraiment à la mauvaise perception des Aliments du Québec, nous avons développé une campagne publicitaire adressant ce sujet, a souligné Pauline Faivre, directrice marketing d’Aliments du Québec. On veut qu’ultimement, les Québécois comparent les produits et fassent le constat que c’est possible d’acheter local à prix compétitifs. »

À la question : « Quels sont les arguments qui ont le plus de poids pour vendre les Aliments du Québec ? » Nicolas Duvernois, président-directeur général de Duvernois Esprits Créatifs, a répondu en plusieurs points, dont celui financier : « Trop souvent, on dit que c’est plus cher d’acheter québécois, ce n’est plus vrai ! Et si en plus, on y va macro-économiquement, acheter un produit d’ici est investissement, acheter un produit d’ailleurs est une dépense. On est doublement gagnant à acheter Québécois. »

Une intervention suivie par celle de Pierre-Marc Denault, directeur Initiatives stratégiques pour le Canada chez NielsonIQ qui annonce que 67 % des Québécois trouvent très important d’acheter local, mais pas à n’importe quel prix. Environ 41 % des consommateurs disent ne pas vouloir payer plus et 38 % sont prêts à débourser de 1 % à 5 % de plus.

Pour suivre Aliments du Québec :

Mots-clés: Québec (province)
Aliment / Boisson
HRI - Général
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI (9405-7759 Québec inc.) 2012-2022 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).