Réseau C Hôtels : l’Hôtellerie peut être un rêve éveillé

5 décembre 2016 - Par Marie-Carole Daigle

« Pas plus de cinq ou six par année… » C’est d’un ton étonnamment détaché que le président Jean Grégoire exprime les limites du nombre d’établissements haut de gamme qu’il se dit disposé à créer au sein du Réseau C Hôtels, que l’on peut sans conteste qualifier de réseau hôtelier nouveau genre au Québec. Car c’est véritablement à l’émergence d’un tout nouveau réseau misant sur le concept de la copropriété hôtelière que cet homme nous fait assister.



Le secret de sa formule

Tout a commencé avec La cache à Maxime (vignoble et spa), qu’on ne peut faire autrement que d’admirer (et vouloir visiter !) en faisant la route qui relie Québec à Saint-Georges-de-Beauce. Mais la Cache initiale du petit village de Scott a fait des petits…

Jean Grégoire s’est en effet lancé dans la construction d’hôtels quatre étoiles, selon une formule qui a beaucoup pour séduire. C Hôtels produit l’établissement clés en main, puis reste à proximité des nouveaux hôteliers en leur offrant des services de soutien.

Plus précisément, C Hôtels met à leur service de précieuses ressources qui se veulent autant de gages de rentabilité, dont un fonds commun de publicité, la négociation d’un pouvoir d’achat collectif et l’accès au savoirfaire d’une équipe de gestion centralisée.

« Nous travaillons essentiellement en région, et toujours en réponse à un besoin touristique spécifique, précise Jean Grégoire. La présence d’un attrait distinctif est un critère sine qua non. Par exemple, à Beauceville, La cache du Golf a été entièrement conçue pour répondre aux besoins des golfeurs et des motoneigistes, ces derniers pouvant se préparer au chaud dans un garage souterrain. À Mirabel, la future Cache de la Cité sera davantage une destination mode, puisque nous nous adresserons à la clientèle des outlets. La cache Champlain, qui ouvrira à Venise-en-Québec en 2017, mise sur les amateurs de golf et de nautisme. » Les régions de Lac-Mégantic et du Lac-Saint-Jean sont aussi au programme. « On va en partir quatre avant les Fêtes », précise l’entrepreneur beauceron avec une simplicité désarmante

Rêver

Si le slogan de la chaîne est Créateurs de rêves, une conversation avec Jean Grégoire amène à se demander qui, des clients qui fréquentent l’établissement ou de ses propriétaires-gestionnaires, voient le plus leurs rêves se réaliser grâce à la bannière. « Nous misons sur un mode de financement participatif et nous nous associons toujours à 50 % avec le milieu — des promoteurs locaux ; ça devient alors un projet régional, quasi social et, chose certaine, très valorisant, explique l’homme d’affaires. L’arrivée d’un hébergement de qualité est toujours très bien accueillie, et nous pouvons compter sur chacun des copropriétaires pour faire la promotion de l’établissement, car ils deviennent autant de vendeurs enthousiastes ! »

La formule suscite un tel engouement que le Réseau s’est donné un ambitieux programme appelé VISION 2020 : la construction de 20 complexes hôteliers d’ici 2020 pour totaliser une offre de 2020 chambres !

Photo : Annie Gilbert

X