Cours Amélie, cours !

5 décembre 2016 - Par Marie-Carole Daigle

« En cuisine, on n’a pas d’autre choix que d’être à l’affût de solutions. Il ne faut pas avoir peur du changement… et d’ailleurs tout se transforme à une vitesse impressionnante. Si on dirige un centre de personnes âgées et qu’on dispose de quelques dollars seulement pour faire trois repas par jour, on peut explorer. Bien souvent, le consommateur est tout simplement content de voir du nouveau. »



Amélie Morency a toujours voulu que les choses aillent vite. Et a toujours été entrepreneure. À la vitesse à laquelle les choses changent – et changeront – dans le monde de la restauration, la jeune diplômée de l’ITHQ de 24 ans est incontestablement à la bonne place !

« Quand j’étais très jeune, j’avais toujours hâte au mois de mai : j’organisais des ventes de garage avec ma grand-mère, et c’était mon high de l’année ! Plus tard, j’avais hâte de travailler "pour vrai", mais j’étais trop jeune… Je me suis donc lancée dans la tonte de pelouses, et ça n’a pas été long que j’ai eu besoin de gens pour m’aider. Puis, pendant mes études au cégep, je me suis mise à offrir un service de traiteur. Un jour, je me suis retrouvée sans cuisine alors que j’avais des contrats de banquet à honorer. J’ai décidé d’ouvrir le FoodRoom pour répondre à mon propre besoin. Mais le projet a été tellement long et prenant que mon service traiteur a "pris le bord", et je m’occupe maintenant à temps plein du FoodRoom ! »

Le FoodRoom qu’elle a ouvert est un espace de 9000 pi2 situé dans l’arrondissement Ahuntsic de Montréal. On y trouve une cuisine commerciale parfaitement équipée, mise au service des petites entreprises. On y pratique la véritable économie de partage – une vraie de vraie non greenwashée ! La cohabitation de plusieurs entreprises en un même lieu est en outre positive pour tous : « Tout le monde devient meilleur, et la productivité est au rendez-vous malgré le fait qu’il y ait jusqu’à 20 équipes en même temps sur place ».

Cette synergie est-elle ce qui explique le succès du FoodRoom, qui roulait déjà 24 heures par jour à peine un mois après son ouverture ? « En fait, les gens sont de plus en plus ouverts à participer à des projets en commun, commente celle qui a décroché cet automne le prix Jeune entrepreneure dans le cadre du concours Startup Canada. Ma génération est en train d’apporter plusieurs virages à 180 degrés comparativement à ce qui se faisait il y a quelques années seulement ! Je pense que ma génération, ce sont des gens qui veulent tout, tout de suite. C’est pour cela que je suis rendue là : je voulais tout et je l’ai eu ! »

Photo : Radio-Canada

X