brightness_4
brightness_4
PUBLICITÉ
 

Zones rouges : Des restaurants braveront l’interdit, le gouvernement sévira

 
4 novembre 2020

Alors que l’Ontario s’apprête à relancer, le 7 novembre, ses bars, ses restaurants et ses gyms « avec des mesures strictes », la colère gronde de plus en plus côté québécois. Et plusieurs professionnels semblent prêts à braver l’interdit d’ouvrir les portes de leurs salles à manger.

Michaël Tremblay, chef-propriétaire du Temaki, à Chicoutimi, annonçait ainsi hier, sur les réseaux sociaux, son intention de reprendre son activité ce vendredi, même s’il est bien conscient de s’exposer à des amendes importantes. « En fin de semaine, c’était rempli de monde au [Costco] et les gens touchent à tout et ce n’est pas un problème. C’est la même chose pour les centres commerciaux. De notre côté, on ouvre et on ferme et c’est très difficile alors qu’on est en mesure d’accueillir des gens sécuritairement », dénonce Michaël Tremblay. Cette annonce a été plutôt positivement accueillie par la communauté Facebook de l’établissement.

« C’est clair que si je risque de perdre ma licence, c’est autre chose puisque je viens d’investir 500 000 $ dans mon restaurant. Mais j’aurais aimé voir les grands chefs qui sont toujours à la télévision comme Martin Picard, Normand Laprise ou Ricardo prendre la défense des restaurateurs. Notre industrie est en phase terminale et personne ne prend sa défense. J’ai décidé de ne pas me taire et de contester à ma façon », indiquait encore Michaël Tremblay, dans des propos rapportés par Le Quotidien.

Ce mercredi, l’information continue à faire le tour du Web et semble donner des ailes à d’autres exploitants de restaurants. Les responsables du Pizza Maximum, à La Baie, ont ainsi indiqué qu’ils rouvriraient eux aussi ce vendredi.

Le gouvernement réplique

Lors du point presse tenu ce mercredi, le gouvernement Legault a envoyé un sérieux avertissement aux clients désireux de manger dans des restaurants qui défient les interdictions de la santé publique. Ils seront passibles d’amendes, tout comme les clients des salles de sport réfractaires la semaine dernière, note La Presse canadienne.

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a mis en garde les restaurateurs. Elle a rappelé qu’un décret avait été adopté la semaine dernière en conseil des ministres pour sanctionner les propriétaires d’établissements — comme des salles de sport — qui ouvrent malgré les interdictions, mais aussi leurs clients. « Ce décret serait applicable pour d’autres types de commerce qui ouvrent en zone rouge », a-t-elle précisé. Les clients qui iraient manger dans ces établissements recevraient donc des contraventions salées.

Le chef parlementaire péquiste Pascal Bérubé n’encourage pas la défiance des restaurateurs, mais selon lui, leur geste est un message adressé au gouvernement. En conférence de presse, l’élu péquiste a réclamé davantage de transparence du gouvernement et un meilleur soutien pour les restaurants. « Le gouvernement est incapable de nous démontrer en quoi les restaurants sont des vecteurs de contagion et il ne veut pas nous donner l’avis de la Santé publique qui le prouve. »

(Avec médias et La Presse canadienne. Crédit photo : greissdesign / Pixabay)

Mots-clés: 02 Saguenay-Lac-Saint-Jean
Revue de presse
Restauration
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI 2012-2021 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).