dark_mode light_mode
 

Trudeau écarte un report du délai pour rembourser les prêts COVID

 
16 janvier 2024
Crédit photo: LA PRESSE CANADIENNE / Christinne Muschi

Ottawa ne donnera pas de nouveau sursis aux commerces et entreprises qui doivent lui rembourser les prêts d’urgence qui leur avaient été octroyés durant la pandémie de COVID-19.

Justin Trudeau a clairement fermé la porte à un nouveau report de l’échéance, alors que les prêts octroyés par le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC), mieux connus sous l’appellation de « prêts COVID », doivent être remboursés au plus tard le 18 janvier. Ces prêts ont principalement été consentis à de petites entreprises œuvrant dans des secteurs tels que le commerce de détail, la restauration ou le tourisme.

S’adressant ce mardi à un parterre de quelque 650 gens d’affaires réunis à Montréal à l’invitation de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, le Premier ministre fédéral a été très clair : « Après la période la plus intense de la COVID, il y a d’autres défis. On a prolongé deux fois déjà ces aides-là, mais à un moment donné, il est temps que l’on continue d’aller vers l’avant. »

mail

Abonnez-vous à nos infolettres

Chaque semaine, recevez nos dernières nouvelles dans votre boîte courriel.

Il répondait à une question du président de la Chambre de commerce, Michel Leblanc, qui, à l’instar de nombreuses autres organisations économiques, s’inquiète de voir les bénéficiaires de ces prêts être incapables de rembourser à temps.

De nombreuses grandes organisations, surtout celles représentant les PME, demandaient un autre report en invoquant entre autres le contexte économique marqué par l’inflation et la flambée des taux d’intérêt. Le Premier ministre a balayé ces préoccupations du revers de la main, affirmant que ceux qui avaient reçu ces prêts avaient « bien des options » et que « la majorité des entreprises » étaient à les rembourser pour respecter l’échéance du 18 janvier.

Risque de perte de subvention

Un des éléments importants entourant ces prêts est le fait qu’une part de ceux-ci est sous forme de subvention que les bénéficiaires n’ont pas à rembourser, qui varie de 10 000 $ à 20 000 $ selon l’ampleur de la somme fournie.

Cependant, la subvention sera perdue si le prêt n’est pas remboursé à l’échéance du 18 janvier ou si le bénéficiaire n’a pas obtenu un refinancement de ce prêt auprès d’une banque à la date limite. Il s’agit là d’une des options auxquelles le Premier ministre faisait référence.

« Ils peuvent renégocier avec leurs institutions financières et bénéficier encore de l’avantage des 10 000 $ ou des 20 000 $ qui sont enlevés. » L’autre option : étaler le paiement de leur dette sur trois ans à un taux d’intérêt réduit de 5%, mais en choisissant cette solution, l’entreprise perd la subvention et doit rembourser la totalité du montant de l’argent avancé.

(avec La Presse Canadienne)

À lire aussi : Restaurants Canada prône un remboursement progressif pour le CUEC

Mots-clés: Canada
COVID-19
Comptabilité
HRI - Général

À lire aussi !

f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).






arrow_right
Semaine #28
0.77 %arrow_drop_up
-0.04 %arrow_drop_down
-2.04 %arrow_drop_down
De quoi s'agit-il ?
Cliquez ici