dark_mode light_mode
 

Tim Hortons veut faire croître ses ventes en après-midi et soirée

 
6 novembre 2023
Crédit photo: Tim Hortons

Longtemps associée aux courses de café du matin et au déjeuner, la chaîne de cafés Tim Hortons veut maintenant étendre sa domination à la seconde moitié de la journée. « Nous sommes très enthousiasmés par les occasions qui s’offrent dans le secteur des repas d’après-midi, ce qui nous permet de servir davantage de Canadiens pour le lunch, l’après-midi et le souper, a affirmé le président de Tim Hortons Canada et États-Unis, Axel Schwan. C’est une grande priorité pour nous. »

L’enseigne de restauration détenue par la société mère Restaurant Brands International (RBI) s’est, jusqu’à présent, concentrée sur le renforcement de ses activités en fin de journée en élargissant son offre alimentaire au-delà des sandwichs pour le déjeuner, du café et des beignes. Tim Hortons n’a commencé à vendre des articles de déjeuner toute la journée qu’il y a quelques années, mais propose désormais des bols de riz, de poulet et de légumes, et elle s’est essayée aux hamburgers et aux pizzas.

La chaîne a récemment introduit des torsades, une pâtisserie feuilletée au beurre, et des « biscuits de rêve », garnis d’ingrédients comme des pacanes, des guimauves, des Reese’s et des M&M’s. « Ces pâtisseries ont connu un grand succès auprès de nos clients, a observé M. Schwan. Nous servons des millions de ces biscuits chaque mois depuis que nous les avons lancés en juin. » Tim Hortons a indiqué que les ventes de ses succursales ouvertes depuis au moins un an avaient augmenté de 6,8% au troisième trimestre, alors qu’elles avaient progressé de 9,8% un an auparavant.

mail

Abonnez-vous à nos infolettres

Chaque semaine, recevez nos dernières nouvelles dans votre boîte courriel.

Des consommateurs à la recherche d’aubaines

Mais devenir un poids lourd des après-midi dans le secteur de la restauration rapide comporte des défis. Des concurrents tels que McDonald’s et Wendy’s ont gagné d’énormes parts des ventes du souper et des collations d’après-midi, et ces heures de la journée sont également soumises à la concurrence des restaurants avec service à table, sans parler des gens qui mangent à la maison. Dans le même temps, plusieurs économistes et détaillants ont signalé que les consommateurs étaient plus soucieux des coûts et recherchaient de plus en plus les aubaines, dans un contexte où l’inflation, en particulier dans le secteur alimentaire, reste élevée.

Le chef des services corporatifs de RBI, Duncan Fulton, considère ces conditions comme faisant partie de la nature même du secteur de la restauration rapide. « Il y aura toujours des dynamiques de marché qui changeront, a-t-il fait valoir. Et parce que nous travaillons dans 100 pays à travers le monde, nous constatons de nombreuses dynamiques différentes, parfois même opposées, dans différentes parties du monde. »

RBI, qui détient également les enseignes Burger King, Popeyes Louisiana Kitchen et Firehouse Subs, a aussi mis en garde contre l’augmentation des coûts des matières premières, de la main-d’œuvre et de l’énergie. RBI a souligné que la guerre en Ukraine et la pandémie de COVID-19 avaient déclenché une accélération de l’inflation, la volatilité des taux de change étrangers et la hausse des taux d’intérêt, des éléments qui pourraient maintenant être exacerbés par le conflit au Proche-Orient.

400 millions $US pour Burger King

La société a averti que les tensions géopolitiques pourraient aussi avoir un impact défavorable sur ses activités, si l’entreprise et ses franchisés ne sont pas capables d’ajuster suffisamment leurs prix sans nuire à la demande des consommateurs. Les dirigeants de RBI ont affirmé qu’ils n’avaient pas encore constaté de changements majeurs dans le comportement des consommateurs au Canada. Le président exécutif de RBI, Patrick Doyle, soupçonne que les chaînes de l’entreprise s’en sortiront mieux que les autres en raison de l’accent mis sur la valeur. « Ils ne sont pas à l’abri de la récession, mais ils y résistent », a-t-il estimé.

RBI a souligné que ses revenus avaient progressé à 1,84 milliard $US, après s’être établis à 1,73 milliard $US un an plus tôt. Ces derniers mois, RBI s’est efforcée d’accélérer la croissance des ventes et d’améliorer la rentabilité des franchisés américains de Burger King. Elle leur consacrera plus de 400 millions $US en publicité, rénovations, technologie de restaurant et équipement de cuisine. Chez Popeyes, l’accent a été mis sur la simplification des cuisines pour accélérer l’exécution des commandes et favoriser la fidélisation des employés.

(avec La Presse Canadienne)

Mots-clés: Amérique du Nord
Tendances
Restauration

À lire aussi !

f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).






arrow_right
Semaine #21
-7.44 %arrow_drop_down
0.11 %arrow_drop_up
0.14 %arrow_drop_up
De quoi s'agit-il ?
Cliquez ici