brightness_4
 

Prêts CUEC : La FCEI et Restaurants Canada demandent un nouveau délai

 
18 janvier 2024 | Par La Presse Canadienne
Crédit photo: La Presse Canadienne / Nathan Denette

Les entreprises canadiennes doivent respecter l’échéance de ce jeudi pour rembourser leurs prêts liés à la pandémie et bénéficier d’une remise partielle, une décision qui, selon des groupes d’entreprises, entraînera la fermeture de milliers de compagnies en difficulté.

La directrice des affaires nationales à la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), Christina Santini, soutient dans un communiqué que « le gouvernement regrettera sa décision lorsque les défauts de paiement s’accumuleront ».

Près de 900 000 entreprises et organismes sans but lucratif ont reçu un prêt du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) pendant la pandémie de COVID-19, leur permettant d’obtenir jusqu’à 60 000 $ de prêts sans intérêt pour les aider à survivre. Jusqu’à un tiers des prêts pouvaient être effacés si le montant impayé était remboursé d’ici jeudi. Dans le cas contraire, la dette serait convertie en un prêt de trois ans avec un intérêt annuel de 5%.

mail

Abonnez-vous à nos infolettres

Chaque semaine, recevez nos dernières nouvelles dans votre boîte courriel.

Le premier ministre Justin Trudeau avait clairement fermé la porte à un nouveau report de l’échéance, mardi, en prenant la parole devant un parterre de quelque 650 gens d’affaires réunis à Montréal à l’invitation de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. M. Trudeau a réitéré son message, mercredi, lors d’une conférence de presse à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

« Avec la reprise économique, on est passé au-delà de la pandémie, mais on reconnaissait que les temps étaient quand même difficiles, particulièrement avec l’inflation qu’on a vue au cours des dernières années. C’est pour cette raison qu’on a fait deux extensions déjà au programme. Maintenant, les entreprises ont différentes options. (...) Les soutiens COVID devaient prendre fin un moment donné », a-t-il déclaré.

La restauration touchée de manière disproportionnée

La FCEI et Restaurants Canada ont tous deux demandé que le délai soit à nouveau prolongé. « L’inflexibilité du fédéral pourrait signer l’arrêt de mort de nombreuses entreprises », a déclaré Mme Santini, mercredi. Restaurants Canada a transmis un message similaire dans un communiqué de presse du 8 janvier.

Plus de la moitié des restaurants fonctionnent à perte ou peinent à atteindre le seuil de rentabilité, contre seulement 10% avant la pandémie, a indiqué l’organisation. Le secteur de la restauration a été touché de manière disproportionnée par les confinements liés à la pandémie et est vulnérable en raison de ses marges bénéficiaires traditionnellement faibles, a souligné Restaurants Canada.

Qui plus est, la reprise après la pandémie a été lente en raison de l’inflation, des prix des aliments et des pénuries de main-d’œuvre, a déclaré l’organisation. « Cette décision laisse à nos membres, qui représentent des milliers de restaurants à travers le pays, des options limitées pour éviter la faillite et se remettre des défis financiers persistants survenus pendant la pandémie. »

Un processus de refinancement pas évident

Les entreprises se sont également vu offrir la possibilité de refinancer leurs prêts auprès d’une institution financière, ce qui leur donnerait jusqu’au 28 mars pour mettre en place l’accord tout en restant admissibles à une remise partielle.

Mais le personnel des banques ne maîtrise pas toutes les règles entourant la demande de refinancement, a déclaré la FCEI. Elle recommande à tous les propriétaires de PME qui utiliseront cette disposition d’envoyer immédiatement une demande de refinancement écrite à l’institution financière qui leur a accordé leur prêt et d’en garder une copie.

« Nous demandons au gouvernement d’accorder le bénéfice du doute aux propriétaires de PME advenant des problèmes dans le processus de refinancement étant donné le manque de clarté actuel », a affirmé Jasmin Guénette, vice-président aux affaires nationales à la FCEI.

Les entreprises disposent de plusieurs options si elles font face à des difficultés avec leurs prêts CUEC et ne peuvent pas rembourser avant le 18 janvier, a déclaré M. Trudeau.

« De nombreuses institutions financières sont là pour accorder des prêts à faible coût (...) alors que ces entreprises continuent à les rembourser au cours des années à venir, a-t-il affirmé. Et si elles ne veulent pas s’engager auprès de leurs institutions financières, elles ont encore trois ans pour rembourser la totalité du prêt. »

Mots-clés: Canada
COVID-19
Comptabilité
HRI - Général

À lire aussi !

f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).