Pamplemousse : Concept, décor et produits rafraîchissants

13 juin 2018 - Par Marilyn Préfontaine

  • Ouverture officielle : 10 juin 2018
  • Nombre de places assises : 80
  • Propriétaires : David Schmidt, Graham Warner, Alex San Gregorio, Tino Rizk, Pelo Brisson-Tsavoussis, Jean Philippe Gagné et Grégoire Merlaut.
  • Chef : Pelo Brisson-Tsavoussis
  • Designer : David Schmidt et Sarah Pelletier

Les sept associés du bar à bières Pamplemousse, fraîchement arrivé dans le Quartier des spectacles à Montréal, se sont donné le pari de réinventer l’idée de la brasserie. L’établissement a choisi de proposer 20 options de bières et cidres artisanaux et locaux en fût. Afin de se démarquer, les bières sûres, qui prennent de plus en plus d’ampleur sur le marché, sont mises en vedette.

« On a fait un roadtrip au Québec pour choisir soigneusement les bières qu’on voulait mettre de l’avant », raconte David Schmidt, copropriétaire du bar Pamplemousse. Offrir une aussi large variété de boissons en fût apporte son lot de défis, surtout si, comme ici, on propose des nouvelles bières chaque semaine. « Vingt fûts, c’est un gros travail de gestion. On a un énorme frigo au sous-sol pour y entreposer les barils. C’est un bon travail d’inventaire afin de garder le produit frais. Mais ce n’est pas si différent que de garder une grosse liste de vins. On a développé des techniques pour mettre l’emphase sur un produit qui se vend moins, par exemple », explique David Schmidt.

Un décor rafraîchissant

À l’image de l’agrume emblématique, l’atmosphère du Pamplemousse se veut légère et festive, à des années-lumière du pub traditionnel anglais. « On voulait éviter le look pub, aller plus dans le contemporain. On a choisi des couleurs saumon, corail. On ne voulait pas de bois foncé parce qu’on l’a vu mille fois. On voulait se distinguer assez fortement et réinventer l’idée du beer hall », mentionne David qui cosigne la décoration des lieux avec la designer Sarah Pelletier.

Des matériaux classiques comme le bois de merisier, les tuiles et les tissus texturés ont été utilisés. Ici, le bois clair est préconisé. Un souci du détail permet de remarquer les quelques tables hautes en forme de demi-lune, rappelant volontairement des quartiers de pamplemousse.

« On a aussi voulu rendre hommage au Quartier des spectacles avec quelques éléments ici et là, comme une vieille trompette au mur et un vieux vinyle de Céline Dion corail. »

Polyvalent four à bois

L’endroit propose aussi un menu axé sur les plats à partager, influencé par les saveurs des Caraïbes. Le mode de cuisson privilégié : l’imposant four à bois qui rappelle les cuisines extérieures des pays du sud. Le four provient toutefois de Naples, mais il apporte une saveur particulière aux plats, dont un goût tourbé prononcé. Utile à plusieurs sauces, il permet aussi de fumer des aliments. La haute température apporte aussi des économies.

« Le four monte à 800 degrés, ce qui permet de sortir des plats plus rapidement, c’est une machine de guerre ! Pour être honnête, ça aide avec le payroll, car on peut composer avec moins de gens en cuisine », précise le copropriétaire.

Le four à bois a son lot d’avantages, mais il a impliqué un important investissement financier. « On a dû engager un ingénieur pour qu’il conçoive un plan structurel, car le four fait près de trois tonnes et on a dû arracher les fenêtres pour le faire entrer ».

(Crédit photo : Pamplemousse)

Pamplemousse , 1579 Boul St-Laurent, Montréal :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.