brightness_4
 

LE COMMERCE DE L’ALIMENTATION ET DE LA RESTAURATION ALIMENTAIRE

La méthode de l’amortissement dégressif à taux constant

 
8 septembre 2022 | Par Christian Latour | Chasseur de connaissances | Mérici Collégial Privé

L’AMORTISSEMENT DÉGRESSIF À TAUX CONSTANT

Pour certaines catégories d’immobilisations, cette méthode d’amortissement produit sans aucun doute le meilleur rattachement des charges aux produits.

La méthode de l’amortissement dégressif à taux constant est basée sur le principe selon lequel plus un actif vieillit, moins il devient performant ce qui justifie un amortissement plus important dans les premières années d’utilisation et de moins en moins important au fur et à mesure qu’on avance dans le temps.

Le calcul de la charge d’amortissement

Le calcul de la charge d’amortissement selon la méthode de l’amortissement dégressif à taux constant doit être effectué en prenant comme base la valeur comptable de l’actif à la fin de l’exercice financier. Cette valeur correspond au coût d’acquisition de l’actif moins l’amortissement cumulé à la date du calcul. On multiplie ensuite cette valeur par le taux d’amortissement choisi par l’entreprise.

La formule pour le calcul de la charge d’amortissement

Valeur comptable de l’actif (le coût non amorti) X Taux d’amortissement = Charge d’amortissement annuelle

Le choix du taux d’amortissement

Selon Girard et al. (2018, p. 307) : « Le taux d’amortissement est souvent le double de celui utilisé pour l’amortissement linéaire. »

Par exemple, si l’on estime qu’un l’actif a une durée de vie utile de cinq ans, alors le taux obtenu avec la méthode de l’amortissement linéaire sera de 20 %, c’est-à-dire (100 % / 5 ans).

« Donc, avec la méthode de l’amortissement dégressif à taux constant, le taux devient 40 %. Ainsi plus l’actif dure longtemps, plus le taux est petit. L’entreprise peut aussi choisir d’utiliser le même taux que pour l’amortissement fiscal ou estimer le pourcentage selon son expérience. » — Girard et al. (2018, p. 307)

L’AMORTISSEMENT DÉGRESSIF À TAUX CONSTANT SELON SAKAITIS, VEILLETTE, BRIEN ET SENECAL (208, p, 241)

« La méthode de l’amortissement dégressif à taux constant entraîne des charges d’amortissement décroissantes d’un exercice à l’autre. Le taux utilisé lors de l’application de cette méthode est fixé par l’entreprise. »

« D’un point de vue fiscal, c’est cette méthode qui est utilisée par revenu Québec et par l’Agence de revenu du Canada pour le calcul de l’amortissement des immobilisations corporelles. »

« […] il est important de mentionner que, même si une entreprise utilise les mêmes taux d’amortissement que le fisc, de légères différences subsistent, dans l’application de cette méthode entre les règles fiscales et les normes comptables. »

« Pour certaines catégories d’immobilisations, cette méthode produit le meilleur rattachement des charges aux produits parce que les charges d’amortissement décroissent à mesure que l’actif vieillit. Ainsi, avec l’âge, certains actifs deviennent moins productifs, et il est plus juste d’enregistrer une charge d’amortissement qui décroît avec le temps. »

À LIRE ATTENTIVEMENT [1]

MÉDIAGRAPHIE

Manuel de gestion-réflexion / Christian Latour

Pour communiquer avec Christian Latour 😎

• Sur Facebook : Christian Latour
• Sur Twitter : @Christian Latour
• Sur LinkedIn : Christian Latour, MBA

Notes

[1L’attention est déterminante dans la façon dont nous exécutons n’importe quelle tâche.

f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).