CRWC : « Faire respecter les normes de base »

 
17 décembre 2020

Si la première vague de la pandémie a vu naître dans l’urgence des organisations pour porter secours aux travailleurs de l’industrie de la restauration dans le besoin, elle aura aussi permis à ses acteurs de se poser et prendre du recul. Alors que les salles à manger sont pour la plupart à nouveau fermées en raison de la deuxième vague qui sévit, certaines de ces organisations en ont profité pour former une coalition afin de corriger les inégalités et injustices qui persistent dans le secteur.

Lancée en octobre dernier, la Coalition canadienne des travailleurs de la restauration (CRWC) a publié au début du mois une pétition pour demander une action immédiate du gouvernement sur des problèmes déjà existants, mais exacerbés par la crise. Son objectif : « s’assurer que les normes de travail de base » soient respectées pour les travailleurs de la restauration au Canada. La pétition a déjà recueilli près de 3 000 signatures.

« La pandémie a révélé les faiblesses de notre industrie. Toute personne qui a déjà travaillé dans un restaurant peut vous dire qu’à un moment ou un autre elle s’est retrouvée dans une situation inconfortable. Que ce soit du harcèlement, des pourboires manquants ou des heures non rémunérées », racontait Sarah Bailey, cofondatrice de CRWC lors d’une entrevue accordée au Eater Montréal. Sarah Baily est également fondatrice de The Full Plate, un organisme de Toronto offrant un accès aux services de santé mentale, à l’aide juridique et à d’autres ressources pour les travailleurs de la restauration.

L’autre cofondatrice de CRWC, Kaitlin Doucette, également vice-présidente du Fonds de secours des travailleurs de la restauration de Montréal (MRWRF), croit qu’une série de solutions systémiques serait la seule façon de réduire la précarité de cette main-d’œuvre, par opposition à des solutions de courte durée.

Pour son premier ordre du jour, le CRWC présentait ces 3 requêtes :

  • des changements permanents à l’assurance-emploi actuelle qui désavantage les travailleurs de la restauration avec un revenu basé sur leurs pourboires et donc exclus des prestations ;
  • des salaires et des horaires équitables et normalisés, ainsi que des mécanismes en place pour en garantir le respect ;
  • des protections sanitaires adéquates pour se protéger des risques de propagation du virus fournies par l’employeur et des congés maladie payés par le gouvernement fédéral pour tous les employés de la restauration.

(Crédit photo : Pixabay)

Pour suivre la Coalition canadienne des travailleurs de la restauration :

Pour suivre Le Fonds de secours aux travailleurs de la restauration de Montréal :

Mots-clés: Rémunération / Salaires
Revue de presse
Restauration

À lire aussi !

© HRI 2012-2021 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).