Anne-Marie Gauthier, gardienne des Clefs d’Or canadiennes

13 février 2018 - Par Pierre-Alain Belpaire

Lors du congrès de l’Union internationale des Concierges d’Hôtels (qui se tiendra à Séoul du 5 au 10 avril prochain), 16 candidats s’affronteront et tenteront de briller lors de la 11e édition des très convoités Clefs d’Or Awards. Depuis l’annonce de sa sélection en novembre dernier, Anne-Marie Gauthier, souriante concierge du Ritz Carlton Montréal, sait qu’elle aura la lourde responsabilité de représenter le Canada au pays du Matin Calme. Formée à l’ITHQ et passée auparavant par l’Hôtel Germain Montréal et le Marriott Château Champlain, la jeune femme de 34 ans se prépare donc avec minutie pour cet événement exceptionnel.
 
 
HRImag : Anne-Marie-Gauthier, en quoi consiste exactement cette compétition ?

Une bonne partie du concours se passe avant le congrès, via un examen effectué à livre ouvert et comptant pour une majorité du pointage. Puis, une fois sur place, nous sommes évalués sur notre comportement et notre apparence tout au long de l’événement. Nous rencontrons également le comité de sélection dans le cadre d’une entrevue.

Que représente ce concours aux yeux des professionnels de votre industrie ?

Il a pour objectif de mettre en lumière les futurs leaders de la conciergerie mondiale. À nous de tout faire pour y briller, pour montrer le meilleur de nous-mêmes et espérer être élu meilleur jeune concierge international de l’année.

À deux mois du congrès, êtes-vous stressée ?

Disons que je me prépare le plus sérieusement possible... Ce sera ma première participation à ce congrès. C’est d’ailleurs l’un des prérequis pour concourir aux Clefs d’Or Awards. Lorsque j’ai appris ma nomination l’automne dernier, j’étais fière, bien sûr, mais l’événement semblait encore assez éloigné. Là, plus les semaines passent, plus la tension monte. Depuis que nous avons reçu les sujets de l’examen, c’est devenu encore un peu plus concret. Et un peu plus stressant, également. Cette épreuve demande énormément de recherche et de préparation.

Que peut apporter une victoire lors de cette compétition ? Un insigne supplémentaire à côté des clefs d’or que vous portez déjà ?

Non, il n’y a aucun insigne de ce genre remis au lauréat. Mais remporter les Clefs d’Or Awards, c’est une incroyable reconnaissance de nos pairs, un motif de fierté personnelle, une certaine visibilité offerte à l’établissement dans lequel on travaille et, enfin, l’occasion d’élargir notre réseau de contacts.

Comment entre-t-on dans la grande famille des concierges d’hôtels ?

Dans mon cas, un peu par hasard. J’étais étudiante à l’ITHQ lorsque l’hôtel de l’Institut a rouvert ses portes. Les responsables ont constitué des équipes, j’ai appris qu’ils cherchaient un concierge à temps partiel. J’étais curieuse, intriguée par ce poste. J’ai appliqué, j’ai été embauchée … et j’ai adoré.

Depuis plus de 10 ans, vous exercez ce métier avec un évident plaisir. Quels aspects de la profession vous séduisent et vous motivent ?

C’est tout d’abord un véritable amour pour ma ville, Montréal, pour la clientèle, pour les équipes de l’hôtel. Être concierge, c’est aussi faire partie d’une communauté exclusive, ça permet de développer un beau réseau d’amitiés. On échange, on partage énormément avec les autres concierges et ce, même si nos établissements respectifs sont concurrents.

Une des particularités de ce poste, c’est qu’il vous faut vous tenir au courant de toutes les nouveautés montréalaises. Comment gérez-vous cet aspect du métier ?

Ça demande beaucoup de débrouillardise et de curiosité. On se documente, on fouille, on apprend. Il faut absolument s’informer de manière autonome, sans attendre qu’un client nous pose une question sur un sujet spécifique.

Cette curiosité, est-ce la qualité n°1 d’un bon concierge ?

En partie, mais je dirais qu’il faut surtout avoir de l’empathie. On doit être à l’écoute du besoin de chaque client, gérer chaque cas comme s’il s’agissait du seul invité de l’hôtel. Il faut aussi être capable d’organiser nos tâches par ordre de priorité.

Comme dans plusieurs autres secteurs de l’industrie, les responsables d’établissements hôteliers peinent à trouver une relève en conciergerie. Quel message délivreriez-vous à un jeune intéressé par ce métier ?

Je lui dirais que c’est un poste passionnant, qui vous pousse à vous dépasser et à vous informer, qui vous enrichit. Et si vous n’aimez pas le travail répétitif, c’est parfait !
 
 
(Crédit photo : Gaëlle Vuillaume Photography)
 
Pour suivre le Ritz-Carlton Montréal :

Pour suivre les Clefs d’Or Canada :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.