Région sous influence

Les Cantons-de-l’Est cultivent et partagent l’art de vivre

9 septembre 2016 - Par Catherine Maisonneuve

La région des Cantons-de-l’Est se trouve tout au sud de la province et partage la frontière des États-Unis sur près de 300 km. Ses principales municipalités sont Bromont, Granby, Magog, Sherbrooke et Sutton.



Les Cantons, c’est le paradis des montagnes, collines et vallées : 80 % du territoire est composé de forêts. De par sa géographie, la région se démarque notamment par son grand nombre de vignobles, cidreries et fermes d’élevage. On y retrouve donc une offre agrotouristique intéressante et variée. Les produits agroalimentaires de cette région identifiés par l’étiquette Créateurs de saveurs sont cultivés, transformés ou cuisinés dans les Cantons-de-l’Est. Les Cantons ont ainsi développé leur propre marque distinctive afin d’identifier et de promouvoir leurs produits locaux.

Destination de villégiature par excellence depuis près de 150 ans, les Cantons cultivent l’art de vivre et le partagent avec les visiteurs qui les fréquentent. On y trouve d’ailleurs une vingtaine de restaurants portant l’étiquette « Chefs créateurs » pour illustrer les tables gastronomiques qui mettent le terroir à l’honneur. L’offre d’hébergement est vaste, variant de la simple yourte à l’hôtel cinq étoiles ; les visiteurs ont en fait le choix entre plus d’une centaine d’options d’hébergement.

LE VOYAGEUR INFLUENT
JPEG - 38.5 ko
Jason Stafford
(Crédit photo : Manoir Hovey)

Jason Stafford est directeur général du Manoir Hovey, l’un des deux seuls établissements hôteliers au Québec à détenir la prestigieuse certification Relais & Châteaux. Lorsqu’on dirige un hôtel si réputé et surtout pour réussir à maintenir des normes de qualité aussi élevés, il faut chercher à se dépasser continuellement et s’inspirer de ce qui se fait dans les meilleurs hôtels du monde. M. Stafford voyage plusieurs mois par année pour faire la promotion de son hôtel et de sa région et pour rester au fait des meilleures pratiques hôtelières à l’international. Les Cantons-de-l’Est, c’est chez lui ; et le Manoir, c’est une histoire de famille. Effectivement, les Stafford ont fait l’acquisition de l’établissement en 1979, mais c’est en 2008 qu’ils obtiennent la prestigieuse classification Relais & Châteaux. Depuis, des millions ont été investis dans les infrastructures du lieu. La grande passion de la famille Stafford pour la gastronomie et pour leur région a permis au Manoir Hovey de devenir un haut lieu de villégiature reconnu mondialement, tant pour la qualité de son hébergement que pour sa fine cuisine. Les efforts de Jason Stafford semblent porter fruit, car le Manoir Hovey a été nommé « Meilleur hôtel de l’Est du Canada » par Condé Nast en 2014 et, cet été, premier Resorts & Inns au Canada (World’s Best 2016) par Travel + Leisure.

LA VISIONNAIRE
JPEG - 28.4 ko
Jocelyna Dubuc
(Crédit photo : Spa Eastman)

Lorsque Jocelyna Dubuc, PDG et fondatrice du Spa Eastman, a ouvert son établissement en 1977, le terme « spa » n’était même pas encore connu au Québec ! La femme d’affaires visionnaire fut donc une précurseure dans son domaine. En plus d’être considéré comme le premier spa au Québec, l’endroit est également le seul spa de destination de la province. C’est effectivement le seul établissement québécois affilié depuis les années 2000 au prestigieux regroupement Destination Spa Group, une fierté pour la propriétaire et la région ! Ce qui différencie le Spa Eastman des autres ? « Ici, tout part de l’alimentation. Par exemple, l’aménagement paysager a été pensé en fonction de ce que l’on sert au restaurant. Notre chef est nutrithérapeute, car nous croyons fortement que le bien-être part de l’intérieur. Tout ce que nous servons est bio, sans gluten, sans produits laitiers et écoresponsable. On s’approvisionne chez les producteurs locaux et on fait pousser tout ce qu’on peut sur le terrain », explique l’inspirante propriétaire.

LE CHEF PROPRIÉTAIRE QUI SE DÉMARQUE
JPEG - 35.9 ko
Luc Vaillancourt
(Crédit photo : Antidote FoodLab)

Luc Vaillancourt est chef propriétaire du restaurant Antidote FoodLab, situé à Sherbrooke. Ouvert il y a trois ans, le restaurant a su se démarquer tant dans sa région – c’est d’ailleurs l’établissement Coup de cœur de la majorité des personnes rencontrées en préparant cette chronique – qu’au Canada. Cette année, il figure à la prestigieuse liste Canada’s 100 Best. Luc Vaillancourt a fait ses classes avec Laurent Godbout à Montréal (Chez l’Épicier) avant de revenir dans la région et d’être engagé au Manoir Hovey. Par la suite, après un stage au mythique restaurant Alinea de Chicago, le chef originaire de Sherbrooke décide d’ouvrir son propre restaurant dans sa ville natale. Pour lui, c’est une façon d’offrir aux gens de sa région une cuisine qui lui ressemble et qui combine toutes les techniques apprises au cours de sa carrière. La décision fut payante, puisque l’adresse Antidote FoodLab est maintenant un incontournable pour le public gourmet comme pour les gens de l’industrie, qui admirent le travail de Luc Vaillancourt. Une source de fierté pour la région !

L’IMPLIQUÉ INFLUENT
JPEG - 31.2 ko
Benoît Sirard
(Crédit photo : Château Bromont)

Benoit Sirard est directeur général du Château Bromont depuis trois ans et, plus récemment, il est devenu président de l’Association Hôtellerie Québec (AHQ). Lors des quelques années passées à représenter la région des Cantons-de-l’Est au conseil d’administration de l’AHQ, M. Sirard a su se démarquer par son enthousiasme, son amour de la région et ses idées visionnaires. Il y a un peu plus d’un an, il a accédé au poste de président. « Mon idée pour l’AHQ était de coordonner les activités et objectifs de tous les hôtels du Québec… que les régions soient traitées de la même façon que les grandes villes. » Originaire de Montréal, il a adopté les Cantons-de-l’Est lorsqu’il s’y est installé en 2010. Selon lui, Les Cantons forment une région très dynamique qui a un potentiel de développement immense et qu’il souhaite mettre davantage à profit. Depuis son arrivée à l’AHQ, la région a connu un second souffle. Grâce aux nombreuses activités de promotion, elle a été visible partout dans la province. Benoit Sirard vise à repositionner les Cantons-de-l’Est dans l’industrie, et cet objectif semble avoir été atteint puisque, l’an dernier, la région a connu un achalandage record.

LE TOUCHE-À-TOUT DE L’INDUSTRIE
JPEG - 80 ko
Ghislain Lefebvre
(Crédit photo : Laurie-Anne Dubeau)

Ghislain Lefebvre est directeur du Conseil de l’industrie bioalimentaire de l’Estrie, organisme responsable de la marque distinctive Créateurs de saveurs Cantons-de-l’Est qui vise à identifier et promouvoir les produits de la région. La marque se veut un moteur de développement économique et social bien ancré dans son milieu. « Nous travaillons avec les producteurs auprès de quatre clientèles : détail, agrotourisme, marchés publics et restauration. Chaque année, nous organisons une activité qui vise à favoriser les échanges et les rencontres entre les producteurs et les restaurateurs de la région, explique-t-il. Cette année, Créateurs de saveurs a organisé, pour les restaurants, une dégustation de vins de la région. Les deux objectifs derrière cette activité : faire tomber les préjugés qui persistent sur les vins québécois et favoriser les rencontres entre gens d’affaires pour que plus de vins de la région soient servis dans les restaurants de l’Estrie. L’organisation se fait un devoir de rendre plus visibles et surtout plus accessibles les produits de la région. »

LA JOURNALISTE QUI FAIT RAYONNER LES ARTISANS
JPEG - 43.7 ko
Karine Tremblay
(Crédit photo : La Tribune, Jessica Garneau)

Karine Tremblay écrit depuis 20 ans dans La Tribune, le quotidien de Sherbrooke et des environs. La journaliste était attitrée aux Arts et Spectacles, mais c’est son intérêt pour l’alimentation, les producteurs locaux et la restauration qui lui a donné envie de plutôt écrire sur la gastronomie régionale. Elle signe donc depuis un an la chronique En cuisine dans La Tribune. On y traite de tout ce qui touche au monde culinaire : entrevues avec des restaurateurs, nouveaux produits, recettes, livres, etc. Bien que la chronique parle de cuisine au Québec, Karine Tremblay se fait un point d’honneur de mettre l’accent sur la région. « Récemment, j’ai parlé de l’entreprise Miso Massawipi, un petit producteur de la région. Leur produit est assez unique au Québec : ils sont les seuls à faire ça. Après la publication, les producteurs m’ont appelée pour me dire qu’ils avaient reçu beaucoup d’appels de lecteurs. Ça fait toujours plaisir d’entendre ça et d’aider les producteurs du coin ! » La gastronomie est une passion pour cette journaliste qui se fait un devoir de promouvoir sa région et ses produits au-delà de sa chronique dans le journal.

À lire aussi, les Questions à la carte posées aux personnes influentes des Cantons-de-l’Est.

Photo en tête d’article : Le Manoir Hovey est l’un des fleurons de l’hôtellerie dans les Cantons-de-l’Est. (Crédit photo : Manoir Hovey)

X