Design

Le Renaissance Montréal Centre-Ville et Pierre Brousseau, de Camdi

9 septembre 2016 - Par Marie-Carole Daigle

C’est un hôtel où l’on appelle les clients par leur prénom, où une surprise vous attend jusqu’au fond de la penderie et dont le concierge pourrait fort bien vous faire découvrir un bistro sympa caché dans une petite rue du Mile End. Il fallait nécessairement en confier l’aménagement à quelqu’un qui allait sortir des sentiers battus. C’est ici que Pierre Brousseau et son équipe de designers, de CAMDI Design, entre en jeu.

« Nous sommes le premier établissement hôtelier au Québec de la prestigieuse marque Renaissance de la famille Marriott, signale d’emblée Alexandre Tessier, directeur des ventes et marketing du Renaissance Montréal Centre-Ville. Si certaines chaînes souhaitent reproduire la même expérience-client d’une ville à l’autre, c’est l’opposé du côté de Renaissance. Notre hôtel de Montréal devait offrir une expérience inédite. »

Le président et directeur artistique de CAMDI Design, Pierre Brousseau, a plongé dans l’aventure au tout début. « Nous avons décidé de tout mettre en œuvre pour rendre hommage à la créativité qui imprègne Montréal – à son talent musical, audiovisuel et pictural, explique-t-il. Nous voulons y accueillir ce que j’appelle les "explorateurs urbains", c’est-à-dire les visiteurs curieux de découvrir les habitudes et la faune locales. Or, Montréal dispose de l’un des plus grands réseaux souterrains d’Amérique du Nord. Comme les touristes gravitent par le métro et émergent au centre-ville, nous avons décidé de nous laisser guider par ce Montréal souterrain. »

Montréal tatouée sur… les murs !

Dès le hall de réception du Renaissance dont le plafond fait deux étages, une énergie distincte est palpable. Cette entrée n’est pas un lieu que l’on traverse rapido en tirant sa valise. Installé sur une balançoire ou dans l’un des nombreux poufs que l’on peut déplacer à sa guise, on s’y attarde et y vit. La projection sur le mur de vidéos présentant Montréal plonge les lieux dans le beat de la métropole.

Culture musicale

Pour solliciter tous les sens, on fait aussi place à la musique. Surtout qu’avec des activités comme son Festival international de jazz et Osheaga, Montréal se démarque sans contredit par sa musique. Du haut d’une plateforme métallique, un DJ anime le hall d’entrée quatre soirs par semaine.

W.-C. underground chic

« Renaissance nous demandait d’être innovateurs, rappelle Pierre Brousseau. Eh bien, au rez-de-chaussée, nous nous sommes éclatés dans les salles de bains ! D’abord, elles sont toutes individuelles. Ensuite, chacune a son propre thème : un plan d’époque de Ville-Marie, un habillage mural de type "bande dessinée", une autre avec un assemblage de miroirs jusqu’au plafond… Les gens adorent ! »

JPEG - 326.1 ko
(Crédit photo : Susan Moss)
Chambres en ville

Réalisés sur place, les graffitis de l’artiste montréalais Scaner se découvrent partout dans l’hôtel. Ils s’invitent jusque dans les chambres, où ils font un clin d’œil jusqu’au fond des penderies ! « Au-dessus des lits, Scaner a aussi créé un par un des visages qui, parfois, s’entrelacent », signale Pierre Brousseau. Le mobilier et l’éclairage des chambres ont été dessinés sur mesure par CAMDI.

Astuce au plafond

Les salles de réunion sont au sous-sol, mais on ne se sent pas… dans un sous-sol ! Bien que les plafonds soient très bas, l’utilisation de toiles tendues Extenzo laquées en noir donne un effet miroir aux pièces. Aux murs, une murale représente des éléments architecturaux de Montréal, notamment l’iconique enseigne de Farine Five Roses.

Faire des affaires autrement

Même l’incontournable « centre d’affaires » fait le pied de nez aux traditions. Ici, il évoque un studio d’artiste à l’agréable atmosphère de loft et se dote d’une bibliothèque riche en ouvrages traitant de Montréal, notamment de livres d’art.

COUP DE CŒUR DU DESIGNER

« L’artiste designer Scaner a parfaitement exprimé notre thématique, que j’appelle l’Underground Eruption. Il y a en effet une éruption de talents créatifs qui marque Montréal. Les œuvres réalisées live par Scaner un peu partout dans l’hôtel ajoutent un zeste de folie et d’humour à nos murs. Parfois d’un simple trait, parfois par une exécution très recherchée ou même en trompe-l’œil, il est parvenu à nous étonner d’un mur à l’autre ! Certains graffitis se répondent même d’une sortie d’ascenseur à l’autre ! »
– Pierre Brousseau

DAVE MALONEY
Scaner.ca

(Crédit photo : Renaissance Montréal Centre-Ville, à moins de mention contraire)

X