brightness_4
brightness_4
PUBLICITÉ
 

Xavier Gret, le « concierge des établissements hôteliers »

 
25 août 2021 | Par Sophie Poisson
Crédit photo: Association Hôtellerie Québec

Le président-directeur général de l’Association Hôtellerie Québec (AHQ), Xavier Gret, se prononce aujourd’hui sur le projet de loi 100 sur l’hébergement touristique, qui est mis à l’étude en commission parlementaire à l’Assemblée nationale. Il s’agit de l’une de ses dernières représentations, alors qu’il a annoncé, au début du mois, son départ de l’association pour devenir directeur général du Conseil québécois des ressources humaines en tourisme.

L’AHQ veut abolir la classification telle qu’elle est présentement, à savoir rattachée au gouvernement. Elle pense que le milieu peut se prendre en main en créant une structure qui répondrait mieux aux consommateurs et aux hôteliers.

« Les hôteliers sont obligés de respecter des grilles qui datent de 2012 plutôt que les besoins des clients, insiste Xavier Gret. Ce qu’on dit, c’est qu’on doit respecter les besoins des clients et être réactifs, donc les grilles doivent évoluer très rapidement. Quand on me rétorque que ça permet de convaincre les investisseurs, je réponds : "Ils font comment à Toronto, à Paris, à New York ?". Je vais certainement poser la question en commission parlementaire : "Est-ce que les hôtels y sont plus désuets qu’au Québec ?". Souvent, la réponse est "non" et pourtant, ils n’ont pas de classification obligatoire. »

« Remettre sur pied l’AHQ »

De coordonnateur à gestionnaire du service aux membres en 2011 à l’AHQ, Xavier Gret est passé directeur général par intérim en 2016 avant d’être confirmé dans son titre quelques mois plus tard, puis de devenir président-directeur général. « L’AHQ n’était pas reconnue à sa juste valeur, pourtant c’est une vieille association qui date de 1949. Il fallait la remettre sur pied aussi bien financièrement que politiquement. Je me suis attelé à la tâche pour ça », affirme Xavier Gret, serein à quelques jours de son départ.

Un audit a été fait sur l’association, l’adhésion a été revue tant du côté des membres hôteliers que des membres fournisseurs et des projets qui se veulent novateurs ont été mis en place, comme l’hôtel virtuel en Commission des normes de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail qui sert à faire de la formation. Des ententes ont également vu le jour avec des associations hôtelières régionales, telles que l’Association des Hôtels du Grand Montréal et l’Association hôtelière de la région de Québec, dans le but de parler d’une seule voix et de mieux se faire entendre.

Trois défis majeurs

Xavier Gret a recentré la mission de l’AHQ autour des défis de l’époque : « L’économie collaborative avec Airbnb, c’est depuis une "mission accomplie". On a été la première province au Canada et le premier endroit dans le monde à réglementer pour l’ensemble d’une province, généralement ça se fait par ville. La réglementation a évolué en partant du projet de loi 67 et presque chaque année, elle est modifiée. »

Des actions ont également été menées vis-à-vis des agences de voyage en ligne comme Expedia et Booking. Si Xavier Gret reconnaît leur valeur pour des touristes étrangers, il souhaite que la réservation en direct soit privilégiée à l’intra.

« On voulait que les hôteliers puissent afficher un tarif plus bas sur leur propre site internet, soutient le président-directeur général. Ça s’appelle la fin de la parité tarifaire et ça se fait en Europe, notamment en France. On n’a pas réussi à ce que ça aboutisse ici, mais des grandes bannières peuvent par exemple le faire par le biais d’un système de fidélisation. On a aussi travaillé sur l’icône du pouce en l’air sur Booking, qui est un peu trompeur parce que ça ne veut pas dire que l’hôtel est meilleur mais que l’hôtelier paie plus d’argent. Si on clique dessus, maintenant, il y a une annotation qui le précise et c’est le résultat de plaintes qu’on a faites au Bureau de la concurrence. »

Quant à la main-d’œuvre, il s’agit du dossier principal de l’association. Plusieurs initiatives ont été prises comme des missions de recrutement, des stagiaires à l’étranger ou encore des partenariats avec l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec. La présence de l’AHQ à différentes tables s’est accrue, par exemple à Kéroul et sur le conseil d’administration de l’Association des hôtels du Canada. Xavier Gret est aussi trésorier du Conseil québécois des ressources humaines en tourisme et il est l’un des fondateurs du Forum des hôteliers francophones.

Concentrer son énergie sur la pénurie de main-d’œuvre

À partir du 7 septembre, il occupera donc le poste de directeur général du Conseil québécois des ressources humaines en tourisme. « La main-d’œuvre, c’est le défi de l’heure. On a besoin de revaloriser un secteur d’activité qui est en perte de vitesse. Je regarde beaucoup ce qu’il se fait ailleurs et je vois beaucoup de possibilités. Je veux surtout apporter du concret aux entrepreneurs... »

Le président de l’AHQ dit s’inquiéter lorsqu’il voit des propriétaires faire des déjeuners ou des chambres, et il se demande s’ils vont avoir le personnel nécessaire pour pouvoir remplir leurs établissements hôteliers. « Je suis content d’aller au CQRHT, d’avoir une autre mission pour aider les entrepreneurs et de mettre toute mon énergie à faire ça. J’ai la chance de faire un métier que j’adore et de pouvoir être au service des autres. À l’AHQ, je me considère toujours comme le concierge des établissements hôteliers. Je pense qu’on a un bel avenir et que ça va repartir parce que les gens voudront toujours se retrouver. »

À lire aussi : Xavier Gret quitte l’AHQ

Pour suivre l’AHQ :

Mots-clés: Québec (province)
Portraits
Hôtellerie
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI (9405-7759 Québec inc.) 2012-2021 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).