brightness_4
 

« Tendances et solutions 2023 » : vers une industrie de pointe

 
21 septembre 2023 | Par Léa Villalba
Crédit photo: Caroline Devillers

Cette semaine avait lieu une des soirées Conférence & Réseautage Tendances et solutions 2023, présentée par Robert Dion, fondateur et éditeur de HRImag. Pour l’occasion, plus d’une cinquantaine de professionnels de la restauration étaient au rendez-vous aux Archives nationales à Montréal. Au programme notamment, des réflexions sur un milieu en (r)évolution qui a de nombreux défis à relever. La conférence, présentée dans plusieurs villes du Québec, vise à donner des pistes de solutions et, surtout, à ouvrir le dialogue entre les professionnels de l’industrie.

« Qui a utilisé une carte routière pour venir ici ? », questionne d’emblée Robert Dion. Évidemment, personne. À travers cette question, le conférencier évoque le manque de technologie qui existe encore dans la restauration. Il la compare aussi à l’hôtellerie où, depuis déjà quelques années, tout peut se faire de façon autonome. Les réflexes des consommateurs ont changé, mais la restauration est restée traditionnelle.

Avec de multiples analogies, Robert Dion démontre à quel point l’industrie gagnerait à innover et à réfléchir davantage à ses façons de procéder, de gérer et d’agir. Parmi les exemples, il évoque le code QR, rapidement mis en place et redevenu à la mode pendant la pandémie, puis abandonné. « Si on propose un code QR qui amène à un simple PDF, ce n’est pas une expérience », affirme-t-il.

mail

Abonnez-vous à nos infolettres

Chaque semaine, recevez nos dernières nouvelles dans votre boîte courriel.

Clientèles et pénurie de main-d’œuvre

Selon le fondateur de HRImag, aujourd’hui à la tête de la maison d’édition VRTKL.media, le milieu de la restauration doit aussi apprendre à connaître ses clientèles. Pour cela, Robert Dion préconise de simplement poser les bonnes questions. « On ne parle plus aujourd’hui d’une clientèle, mais des clientèles : ceux qui mangent végétarien, ceux qui sont bons avec la technologie, ceux qui veulent manger rapidement, ceux qui veulent prendre leur temps, etc. On doit savoir qui ils sont pour personnaliser le service et les fidéliser », développe-t-il.

Enfin, pour le conférencier, l’important est aussi de visualiser et de penser la restauration comme une industrie de pointe et non de services. « Aujourd’hui, nous avons des clients avertis. Avant de venir au restaurant, ils connaissent déjà le menu, les prix, les heures d’ouverture, etc. Il faut donc apprendre à le traiter en fonction de ça », poursuit-il.

Robert Dion évoque aussi la pénurie de main-d’œuvre. Il a d’ailleurs invité sur scène Xavier Gret du Conseil québécois des ressources humaines en tourisme (CQRHT) et Mathieu Chenel de Gespra/Quasep. « On a 1000 francophones qui peuvent travailler aujourd’hui dans vos établissements », a promis Xavier Gret. En effet, grâce à un de leurs programmes, le CQRHT forme des travailleurs venus de l’étranger. Chaque année pendant trois ans, 1000 candidats pourront passer par cette initiative afin d’être prêts à travailler dans les restaurants du Québec.

Robert Dion explique que lorsqu’un employé cherche un lieu de travail, il privilégie désormais la fiabilité de l’employeur, c’est-à-dire le fait qu’il tienne ses promesses, ainsi que le programme écologique de l’établissement. Deux critères à prendre en compte donc, et à appliquer de façon créative et authentique pour attirer et retenir des travailleurs. À l’issue de la conférence, Marie-Line Beauchamp, vice-présidente du Groupe MTY et invitée spéciale de l’événement, est venue commenter et questionner les différents sujets abordés.

Les six axes du restaurateur

Depuis maintenant quelques années, Robert Dion martèle qu’un restaurant doit élaborer une stratégie sur six axes pour espérer arriver à un chiffre d’affaires convenable et surtout compétitionner avec les épiceries et autres vendeurs de nourriture. « De nos jours, on parle de consommation alimentaire hors domicile (CAHD), car le client ne consomme plus seulement au restaurant, mais au dépanneur, à l’épicerie, dans un café… L’offre est beaucoup plus grande qu’avant. Il faut donc s’adapter », dit-il.

Les six axes sont les suivants : la salle à manger, qui demeure le lieu « traditionnel » du restaurant, où la clientèle s’assoit et mange son repas ; la livraison et les repas à emporter, qui ont tous deux explosé depuis la pandémie ; le prêt-à-manger et les aliments préparés vendus sur place (kit de crêpe, de pizza, de spaghetti ou produits sous vide) ; le service traiteur (le 4 pour 4 au Saint-Hubert par exemple) ; et enfin le détail (la pizza Mikes vendue en épicerie, le pâté au poulet Cora, etc.).

En plus des six axes et de plusieurs pistes de réflexion, la soirée offre aussi un espace de réseautage entre professionnels qui permet à la fois de poursuivre la discussion et de créer des opportunités d’affaires, mais aussi d’échanger sincèrement sur nos milieux d’affaires. Suivez notre agenda de l’industrie pour rester informé des dates et lieux de nos prochaines conférences !

Mots-clés: Événement
Tendances
HRI - Général

À lire aussi !

f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).