Tangia : Voyage culinaire dans le Maroc moderne

28 août 2017 - Par Véronique Harvey

  • Ouverture : juin 2017
  • Chef-propriétaire : Dan Medalsy
  • Nombre de places : 70
  • Cuisine : marocaine

Après plusieurs années à œuvrer en restauration et exploiter différents restaurants montréalais, Dan Medalsy a ressenti le besoin de renouer avec ses origines marocaines. C’est ainsi qu’en juin dernier, il a ouvert un tout nouveau restaurant honorant ses racines, le Tangia. Pour offrir une expérience typique à ses clients, le restaurateur s’est offert une « immersion » de quinze jours au Maroc. Sur place, il s’est imprégné des traditions culinaires de ce pays d’Afrique du Nord, qu’il a ensuite adaptées à la sauce nord-américaine.

« Là-bas, ils n’ont pas vraiment d’outils, donc c’est très simple. Même les grands restaurants sont équipés le plus simplement du monde : des bols, des couteaux et des poêles. C’est surprenant ! J’ai essayé d’adapter ce qu’ils font… à la cuisine d’aujourd’hui. Je prends donc les recettes classiques marocaines que je travaille selon les techniques modernes. » Au menu de Dan Medalsy : des recettes de sa mère, de sa grand-mère, de sa femme, dont la tchouchouka, les pastillas, le couscous et la tangia de bœuf braisé. Bref, des plats mijotés qui hument le safran, la cannelle, le citron confit et la fleur d’oranger, pour un voyage culinaire au pays du soleil couchant.

Même idée du côté déco. Le chef-propriétaire est allé chercher les principaux éléments qui font la réputation du design marocain, qu’il a saupoudré avec parcimonie dans cette charmante bâtisse du début du siècle, avec ses murs en pierre d’origine. « Je ne voulais pas que ce soit trop marocain, parce que les salons traditionnels ont des décors très, voire trop lourds. Beaucoup de drapés, de dorures et de couleurs mélangées. Moi, j’ai fait ça de manière plus épurée. En fait, j’ai suivi la nouvelle tendance beaucoup plus clean du Maroc », poursuit Dan Medalsy.

On retrouve donc des cousins brodés de fils dorés sur l’imposante banquette, des mosaïques de cadres aux couleurs vitaminées, des luminaires marocains qui donnent une ambiance tamisée, sans oublier les magnifiques tajines et tangias, qui décorent magnifiquement les tables.

À son retour du Maroc, Dan Medalsy avait un surplus de bagages de 100 kilos. Et l’homme a fait envoyer une autre cargaison de 375 kilos par avion. « J’avais acheté la plupart de ma marchandise chez des artisans locaux, mais l’artisanat marocain a besoin d’un permis d’export pour sortir du pays… que lesdits artisans n’avaient pas ! » Il a fallu faire des pieds et des mains pour réussir à avoir sa marchandise, mais le jeu en valait la chandelle. Il faut voir ses verres à thé faits à la main, de manière artisanale, par l’artiste Amandakal et ses théières parfaitement polies : de toute beauté !

Impossible, enfin, de ne pas s’enthousiasmer devant la magnifique cour intérieure, ensoleillée été comme hiver. Une vraie petite oasis immaculée !
 
 

(Crédit photos : Tangia)
 
 
Tangia , 2072, rue Drummond, Montréal :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.