Sondage ARQ : Des restaurateurs (très) inquiets et (très) impatients

 
14 mai 2020 | Par Pierre-Alain Belpaire

L’Association Restauration Québec a dévoilé ce jeudi matin les résultats d’un large sondage mené auprès de 1 217 gestionnaires de la restauration.

Voici quelques enseignements de cette enquête, dont les résultats complets sont disponibles ici :

  • Deux tiers des répondants (67 %) ont indiqué être « très inquiets ou extrêmement inquiets quant à leur capacité à payer leur loyer, fournisseurs et employés, ne serait-ce qu’au cours des prochaines semaines », analyse l’ARQ. Seuls 7 % affirment n’être pas du tout inquiets.
  • Les restaurateurs consultés font preuve d’une réelle impatience d’accueillir à nouveau les clients en leurs murs : près des trois quarts d’entre eux (72 %) sont favorables à une réouverture prochaine « même s’ils devaient réduire de 50 % la capacité réelle de leur salle à manger ». Une majorité des répondants indiquent pourtant qu’opérer seulement à la moitié de leur capacité ne serait pas viable économiquement : 22 % évoquent un taux d’accueil minimal de 60 % d’occupation et 39 % estiment qu’il faut occuper la salle aux trois quarts pour que leur activité soit viable !
  • Si, par contre, le gouvernement ne devait pas, à court terme, décider de rouvrir les salles à manger, 66 % des exploitants indiquent qu’ils devraient mettre définitivement la clé sous la porte endéans les six mois. Seuls 16 % se disent capables de tenir plus d’un an.
  • 3 % des gestionnaires interrogés ont indiqué que leur établissement avait déjà définitivement fermé ses portes. Durant la crise, 48 % ont, par contre, mis en place un service de livraison ou de repas à emporter. Mais cette dernière solution peine très largement à juguler les pertes : trois quarts des répondants (76 %) estiment que ces ventes leur ont permis de générer moins de 30 % des revenus habituels. Et seuls 4 % des restaurateurs interrogés confient avoir subi moins de 20% de pertes en avril 2020 par rapport à avril 2019.
  • « Sans surprise, ils sont nombreux à avoir utilisé une ou plusieurs mesures d’aide offertes par les gouvernements provincial et fédéral, note l’ARQ. La plus populaire est sans contredit le Compte d’urgence pour les entreprises (prêt de 40 000 $), qui a été demandé par plus de 80 % des personnes sondées, suivi par la Prestation canadienne d’urgence (PCU), dans 46 % des cas. Quant à elle, l’Aide d’urgence du Canada pour le loyer commercial (AUCLC) n’aurait été utilisée que par près de 15 % des restaurateurs au moment du sondage. »

« Notre sondage démontre que les gestionnaires de la restauration du Québec sont résilients face à la situation et qu’ils seront prêts à ouvrir leur salle à manger de façon sécuritaire pour les travailleurs et la clientèle en respectant les normes exigées par la Santé publique quand ils auront le feu vert pour le faire, commente, dans un communiqué, François Meunier, vice-président aux affaires publiques et gouvernementales à l’ARQ. Par contre, comme les chiffres le démontrent, ils sont très inquiets et vivent une situation économique particulièrement difficile qui perdurera pour plusieurs mois encore. Dans les circonstances, il est nécessaire que les entreprises de restauration puissent avoir droit à de l’aide financière directe des gouvernements. »

(Avec communiqué. Crédit photo : cottonbro / Pexels)

Pour suivre l’ARQ :

Mots-clés: Québec (province)
Statistiques
Santé et sécurité
Communiqués
Restauration

À lire aussi !

© HRI 2012-2020 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).