Plastiques à usage unique : L’ARQ veut des alternatives « disponibles » et « abordables »

17 juin 2019 - Par Pierre-Alain Belpaire

L’annonce faite la semaine dernière par le gouvernement Trudeau de bannir les plastiques à usage unique dès 2021 a déjà fait couler beaucoup d’encre. Outre les partis d’opposition (qui ont d’une même voix dénoncé une manœuvre pré-électorale) et les principaux acteurs du combat écologiste (certains dénonçaient un « manque d’ambition »), elle aura notamment amené les observateurs de diverses industries à se prononcer sur les aspects pratique et réaliste d’une telle mesure.

Immédiatement concernée, puisque grande utilisatrice de ces diabolisés plastiques, l’industrie de la restauration pourrait-elle s’en passer d’ici deux ans à peine ? L’Association Restauration Québec, qui répète vouloir participer de manière positive autant que constructive aux futurs débats, « juge qu’avant d’interdire quoi que ce soit, il faut s’assurer que des solutions de remplacement existent, et ce, à des coûts raisonnables. Une interdiction trop rapide et trop drastique sans avoir mis en place des alternatives facilement disponibles et à des prix abordables aurait des répercussions sur l’industrie. »

Pour suivre l’ARQ :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.