brightness_4
 

Payer pour avoir une réservation au restaurant

 
17 juillet 2007

Imaginez que quelqu’un fasse une réservation dans votre restaurant et qu’il la vende ensuite alors que c’est complet. Impossible, dites-vous ? C’est pourtant ce qui se passe à New York où on peut obtenir, seulement quelques heures avant le repas, la réservation d’une table dans un restaurant branché où autrement il faudrait réserver un mois à l’avance. En effet, moyennant un abonnement de 450 $ ou 600 $ américains, selon le nombre de réservations en banque, les New-Yorkais peuvent faire appel aux services de PrimeTime Tables, lancé par Pascal Riffaud, un ancien concierge ayant entre autres travaillé au Ritz-Carlton de Paris. L’homme d’affaires, désormais établi dans la Grosse Pomme, a eu l’idée de lancer ce service Internet après avoir conçu Personal Concierge International, un site privé de réservations diverses destiné exclusivement aux concierges.

Son entreprise a connu une expansion fulgurante lorsque plusieurs blogs, notamment le célèbre Eater, se sont mis à parler de ses services, le plus souvent en des termes peu élogieux. Tandis que le nombre d’abonnés explosait, les restaurateurs de New York hurlaient au scandale, outrés que l’on ose faire du profit en vendant des réservations chez eux. Nombreux étaient les clients qui, après avoir réservé par PrimeTime Tables, ne se présentaient pas, ne donnaient pas le nom donné lors de la réservation ou même arrivaient passablement en retard. M. Riffaud devait donc jouer au chat et à la souris avec les restaurateurs, se camouflant derrière plusieurs noms d’emprunt lors de la prise de réservations afin de continuer à offrir ses services.

Interrogé par la revue Hôtels, Restaurants & Institutions, M. Riffaud s’est réjoui en soulignant qu’un dialogue s’est enfin établi avec les restaurateurs tandis qu’un ménage a été fait dans les 5000 abonnements afin de reprendre le contrôle et d’éliminer de fâcheuses erreurs. « Un lien de confiance avec le milieu s’est créé », a-t-il affirmé, notant que cela lui permet aujourd’hui de jouir d’un partenariat avec nombre de restaurants qui, lorsqu’ils ne lui réservent pas de table de façon spontanée, sont néanmoins enclins à faciliter la collaboration.

mail

Abonnez-vous à nos infolettres

Chaque semaine, recevez nos dernières nouvelles dans votre boîte courriel.

Constituée principalement d’avocats et de gens d’affaires issus du monde de la finance, la clientèle de PrimeTime Tables, qui compte aujourd’hui environ 300 membres, a accès à une liste de réservations disponibles sur le site Internet, non remboursables une fois achetées. Une seule table par restaurant par jour est retenue. L’entreprise sert ainsi d’intermédiaire entre le restaurant et le client, y compris en cas d’annulation, afin de garder le contrôle et de conserver une relation harmonieuse avec les restaurateurs.

Ce concept d’entreprise a bien entendu été copié par d’autres, sans connaître le même succès. En effet, M. Riffaud, bien connu des restaurateurs, veut s’assurer que PrimeTime Tables jouisse d’une précieuse crédibilité auprès de ceux-ci. Après avoir mené à bien le projet d’augmenter sa clientèle à 750 ou même 1000 membres à New York, le Français audacieux, qui ne rejette pas l’idée de vendre des franchises de son entreprise, songe à implanter PrimeTime Tables dans plusieurs autres villes, surtout aux États-Unis où un marché existe pour ce type de services.

Mots-clés: États-Unis
Réservation
Restauration

À lire aussi !

f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).






arrow_right
Semaine #15
-0.47 %arrow_drop_down
0.16 %arrow_drop_up
-2.73 %arrow_drop_down
De quoi s'agit-il ?
Cliquez ici