Manifestation des travailleurs de l’hôtellerie : « Le dernier secteur à reprendre vie »

 
10 novembre 2020 | Par Laurence-Michèle Dufour

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et ses syndicats affiliés dans l’industrie de l’hôtellerie unissaient leurs voix ce mardi matin pour faire entendre l’appel à l’aide des travailleuses et travailleurs de l’industrie. Si les propriétaires peuvent enfin se réjouir d’avoir trouvé écho auprès du gouvernement fédéral avec l’adoption du projet de loi C-9, c’est maintenant au tour des employés de faire entendre leur message.

Dans un centre-ville plutôt désert en cette journée de novembre aux allures estivales, une centaine de travailleurs et de délégués syndicaux (et tout autant de drapeaux aux couleurs de chacun) se sont rassemblés devant le Centre Sheraton, situé sur le boulevard René-Lévesque. Une petite foule bien ordonnée et masquée. Les organisateurs, soucieux de respecter les normes sanitaires et de ne pas incommoder la clientèle, ont préféré garder l’évènement modeste. « On est calme aujourd’hui, explique Denis Bolduc secrétaire général de la FTQ. Ce n’est pas l’objectif, de faire du bruit. »

Ponctué toutefois de quelques klaxons de voitures et autres cannettes à air comprimé, le message est clair : une aide d’urgence pour les travailleuses et travailleurs de l’industrie ainsi qu’un plan de soutien à long terme sont réclamés. « On regarde vers l’avant et ce n’est pas encourageant du tout, se désole Denis Bolduc. Les experts parlent de 18 à 24 mois, même davantage avant que se relève l’industrie. Les employeurs craignent de perdre leur personnel. Plusieurs secteurs souffrent, mais l’hôtellerie sera le dernier secteur à reprendre vie. »

Le secrétaire général en appelle surtout à l’aide du gouvernement du Québec. Il se dit satisfait de l’implication du fédéral par ses programmes de prestation d’urgence et d’assurance-emploi et souhaite évidemment que ces derniers perdurent. « Il faut que ce secteur soit encore en santé lorsqu’il sera temps de rouvrir. Il fait partie d’un écosystème, il faut le protéger. Et qu’est-ce qu’il y a de pire que la fermeture d’un hôtel à Montréal ? C’est la fermeture d’à peu près tous les hôtels au Québec. »

(Crédit photo : HRImag)

Mots-clés: 06 Montréal
Hôtellerie

À lire aussi !

© HRI 2012-2020 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).