La Baleine endiablée : Quand père et fils unissent leurs passions

12 juillet 2019 - Par Marie-Ève Garon

L’auberge et microbrasserie La Baleine endiablée ouvrira incessamment ses portes dans le petit village de Rivière-Ouelle, situé dans la magnifique région du Bas-Saint-Laurent. Fruit de la vision commune d’un père, Sylvain Tremblay, et de son fils, Jérémie, ce projet rassembleur a pour objectif principal de créer un lieu décomplexé et de provoquer les rencontres et les discussions inattendues.

Aubergiste depuis déjà 10 ans, le paternel remarquait un besoin de plus en plus criant en hébergement dans cette région, notamment durant la période estivale. Son fils, pour sa part, parachevait sa formation de brasseur. Les deux hommes décidèrent donc d’unir leurs univers et leurs passions et de faire renaître au passage la légende locale de la baleine endiablée.

« Nous avons converti une ancienne résidence de personnes âgées, qui possédait un énorme potentiel, en auberge et microbrasserie, mentionne Jérémie Tremblay. Comme il s’agit d’un bâtiment divisé en deux sections distinctes, ça nous permettait de créer une partie comprenant 35 chambres d’hôtel de type standard et une autre où on retrouve 22 habitations doubles, plus près de ce qu’on retrouve en auberge de jeunesse et où le visiteur pourra simplement louer un lit. » Outre la clientèle touristique « classique » et celle voyageant seule, le duo songe également à ceux qui souhaiteraient ne pas reprendre la route après un abus de breuvage houblonné. « Nous créons un lieu très convivial car nous souhaitons que nos clients, d’ici et d’ailleurs, tissent des liens. »

La route de la bière

L’offre brassicole bas-laurentienne connaît une croissance sans précédent et on voit poindre dans cette région une toute nouvelle clientèle, friande de bières artisanales et d’ambiance décontractée. « Il y a une belle route à explorer de Québec jusqu’en Gaspésie pour les amateurs de microbrasseries. Le Bas-Saint-Laurent fait maintenant partie de ce chemin puisque plusieurs nouvelles adresses se sont ajoutées à la liste dans les dernières années. » Malgré ce constat, l’entrepreneuriat demeure ardu dans le Kamouraska, regrette Jérémie Tremblay, et la relève peine encore à se lancer tête première dans la réalisation de projets d’envergure. « Mais paradoxalement, cette réalité nous a avantagés car le prix du bâtiment jouait en notre faveur. Tout est parti de là ! Sans l’achat de cette ancienne résidence, notre projet n’aurait probablement pas vu le jour », confie-t-il.

L’équipe de La Baleine endiablée développera peu à peu son offre de restauration. Pour l’heure, elle se concentrera sur son menu déjeuner. Les produits locaux tiendront assurément la vedette de ce brunch uniquement végétarien. « Comme il n’y a pas de restaurant dans le village et que les établissements des alentours sont saturés en haute saison, il fallait absolument proposer une alternative. » En termes de design, la pièce maîtrise du décor demeure sans conteste l’imposant bar central signé Arbol, un artiste-ébéniste de Rivière-Ouelle. « C’est une véritable œuvre d’art », se félicite le brasseur.

À la veille de l’ouverture officielle, père et fils se disent ravis de ce projet pour le moins novateur. Et ils s’estiment heureux de pouvoir compter sur une équipe dévouée et disponible en ces temps de pénurie de main-d’œuvre. « Notre projet emballe tout le monde ici. Notre équipe est incroyable, chacun est fier et investi à 100 % dans cette aventure. Si on est en mesure d’ouvrir enfin les portes, c’est grâce à tous ces gens qui veulent faire partie de la réussite de ce projet-là. »

(Photos fournies par La Baleine endiablée)

(Photos fournies par La Baleine endiablée)

La Baleine endiablée , 229, Route 132, Rivière-Ouelle :

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.