dark_mode light_mode
 

L’offre brunch, pour maximiser son restaurant du matin au soir

 
17 avril 2024
Crédit photo: Piel Canela

Ouvert cet automne sur le Plateau Mont-Royal, le restaurant mexicain Caifan Mtl se destinait au départ au segment du souper. C’est pour optimiser sa salle à manger que l’endroit propose depuis le début du mois une offre brunch.

« Caifan Mtl jouit d’un immense local que nous voulions maximiser et auquel nous voulions donner vie du matin au soir, explique Fidel Vasquez, le copropriétaire. L’idée nous est venue d’y ouvrir un restaurant spécialisé dans les cafés, pains artisanaux et les brunchs. »

Opéré par le groupe Barranco Partners (qui gère aussi le Barranco et le Nikkei), le restaurant dispose en effet d’un grand espace de 4500 pieds carrés sur deux étages, avec une salle privée au sous-sol pour accueillir les groupes de 40 à 70 personnes.

mail

Abonnez-vous à nos infolettres

Chaque semaine, recevez nos dernières nouvelles dans votre boîte courriel.

Deux marques distinctes

« On veut développer deux marques distinctes ayant chacune leur propre identité », insiste le copropriétaire. Piel Canela ne s’affiche donc pas comme la deuxième offre culinaire du Caifan Mtl, mais bien comme un restaurant à part entière, situé sous le même toit. L’ambiance sera « complètement différente » le matin du soir, assure-t’on, grâce à un changement d’accessoires, l’ajout de fleurs et de coussins colorés, entre autres.

Piel Canela se spécialise dans la cuisine latino-américaine « avec une twist montréalaise » : on y trouve des plats traditionnels revisités tels que le Tlatoyo de canard, le Molito amarillo à la Montréalaise, les huevos Shakshouka ou encore le pain doré Piel Canela. Le restaurant propose également des pains de la boulangerie artisanale mexicaine Carlota, des cafés « avec une touche latine » et des cocktails aux saveurs exotiques.

Côté cuisine, le chef du Caifan Mtl Eduardo Acosta laisse place le matin à Karla Guzman (Tapeo, L’Express, Pujol), accompagnée du sous-chef Edgard Trujillo et de la cheffe pâtissière Victoria de Oliva. « Je vais cuisiner des plats de mon enfance qui apaisent la nostalgie de mon pays natal et les offrir aux gens de ma ville d’accueil en guise d’offrande », indique la cheffe d’origine mexicaine.

Un menu dans le même esprit que le soir

À quelques kilomètres au nord, dans le Centropolis de Laval, le restaurant Babacool a lui aussi annoncé un nouveau menu brunch offert en fin de semaine. « Festive et amicale, l’expérience Babacool est faite pour se vivre en groupe, pour souligner un anniversaire ou une occasion spéciale », déclare Marco Benattar, un des copropriétaires, et ce quelle que soit l’heure.

Dans le même esprit que le menu du soir, ce brunch veut faire découvrir la cuisine moyen-orientale : tour de saumon fumé avec pitas maison, latkes et sauce labneh, toast halloumi avec kale et noix confites, pain doré babka avec sirop d’érable et petits fruits, shakshouka… À boire, on se voit offrir des cocktails créés spécifiquement pour le brunch (espresso martini, mimosa margarita, « babalini », etc.).

Avec un système de son et une playlist travaillés, Babacool s’annonce comme « une bonne adresse pour fêter du matin jusqu’à tard le soir ». Les 105 places assises sont séparées en trois sections par des cloisons basses, de sorte que les groupes peuvent avoir un espace plus intime réservé. En outre, le restaurant, inauguré à l’automne, ouvrira prochainement sa terrasse de 80 places.

Utiliser son expertise

Même chose au Lloyd, le restaurant du Château Champlain qui a ouvert ses portes à l’automne 2022 dans le Vieux-Montréal, qui double son offre de souper d’un buffet de brunch les dimanches. Le restaurant profite ainsi de sa renommée pour attirer, en plus d’une nouvelle clientèle matinale, ses réguliers sur un autre horaire.

L’avantage d’avoir une solide équipe du soir, c’est aussi de pouvoir proposer la belle carte de cocktails du restaurant en matinée, ce qu’on a moins l’habitude de voir dans ce segment.

Bref, alors que le brunch gagne en popularité, d’autant plus dans un contexte d’inflation, les restaurateurs suivent la tendance. En plus de répondre à la demande, ce créneau culinaire permet de rentabiliser des espaces à des horaires où ils étaient vides, tout en attirant une main-d’œuvre moins intéressée par des horaires de soir.

À lire aussi : Déjeuner : le segment qui a tout à gagner

Mots-clés: Québec (province)
Restauration

À lire aussi !

f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).






arrow_right
Semaine #20
0.25 %arrow_drop_up
0.07 %arrow_drop_up
10.04 %arrow_drop_up
De quoi s'agit-il ?
Cliquez ici