dark_mode light_mode
 

L’échelle du Michelin

 
7 mars 2024 | Par Robert Dion
Crédit photo: Pixabay / Elevate

C’était un secret de polichinelle dans le monde de la restauration haut de gamme : une quinzaine de chefs de la région de Québec ont demandé à la Ville de contacter le Guide Michelin pour faire évaluer sa restauration par le célèbre groupe.

Dans plusieurs destinations culinaires du monde, le guide fait office d’étalon pour évaluer et faire rayonner les meilleurs chefs et restaurateurs depuis 1900. Une idée qui ne plaît pas à tous. Depuis que des membres de l’industrie ont eu écho de la démarche à Québec, il y a dissension. Mais pourquoi ?

Le Michelin n’est pas réservé à l’Europe ; Toronto et Vancouver ont déjà leurs étoiles. Pourquoi pas le Québec ne les a-t-il pas encore ? Des organismes comme le CAA AAA, Relais & Châteaux sont pourtant déjà bien ancrés dans la province. L’impact économique et touristique des consommateurs attirés par ces reconnaissances est important.

mail

Abonnez-vous à nos infolettres

Chaque semaine, recevez nos dernières nouvelles dans votre boîte courriel.

Il y a belle lurette que notre prestation en restauration n’a pas été évaluée par des experts qui ont une vision mondiale. Notre identité « Big Bill » et chemises à carreaux a son charme et témoigne de notre différence, mais est-elle assez pour se démarquer sur la planète gourmande ?

Les temps sont durs pour la haute voltige culinaire, qui doit couper dans les coûts et revoir son offre. Il reste très peu de restaurants nappes blanches chez nous. Mais pour rester au sommet de notre art et être en tête des destinations prisées, est-ce que se comparer entre nous suffit vraiment ?

Les Formule 1 de l’industrie doivent sans cesse évoluer pour rester dans la course. En soutenant les plus spécialisés, il y a une chance que le reste de l’industrie suive le pas et se professionnalise encore plus. En outre, la main-d’œuvre qualifiée - qui manque plus que jamais - recherche ce genre d’établissements pour continuer son évolution dans des endroits qui valorisent l’apprentissage et l’excellence.

Je sais que la pression du Michelin est grande et que des incidents en marge de l’évaluation ont été ébruités - ils représentent cependant des cas isolés. Mais si le Québec et, plus largement, le Canada veut vraiment se positionner à la hauteur de son statut autoproclamé, il doit y avoir du changement maintenant, sans quoi on risque de rater le train.

Mots-clés: Québec (province)
Restauration

À lire aussi !

f i i
© VRTKL.media (9405-7759 Québec inc.) 2012-2024 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).






arrow_right
Semaine #29
-9.99 %arrow_drop_down
0.00 %arrow_drop_up
1.77 %arrow_drop_up
De quoi s'agit-il ?
Cliquez ici