brightness_4
brightness_4
PUBLICITÉ
 

Brrr...

 
21 août 2007

Un soir de la semaine dernière, des amis et moi avons découvert un charmant nouveau petit restaurant. La bouffe était excellente, le service agréable, mais on ne peut pas en dire autant de la température ambiante ! Il faisait environ 15°C dehors et les deux grandes fenêtres ainsi que la porte de l’établissement étaient ouvertes aux quatre vents.

Nous ne sommes que quatre tablées dans le petit resto, ce qui ne réchauffe pas l’atmosphère. Je m’informe auprès de mes voisins de table de leur degré de confort et ceux-ci me confirment que, sans geler, ils ne trouvent pas la température confortable. Je jette un coup d’œil discret aux autres tables pour m’apercevoir qu’une voisine tente de réchauffer ses mains en les mettant sous ses cuisses, qu’une autre a les bras croisés près du corps et les frotte vigoureusement avec ses mains alors que d’autres ont tout simplement gardé leur manteau. Quant à moi, j’ai froid malgré mon chandail en laine à col roulé et je fais des mimiques qui veulent communiquer mon désagrément.

Comme le serveur n’a pas remarqué tous les signes évidents d’inconfort chez ses clients, je finis par le héler :

  • Pardon, est-ce possible de fermer les fenêtres ?
  • Bien sûr, Monsieur !

Le serveur s’éloigne et, cinq minutes plus tard, ferme la fenêtre de droite, mais laisse ouvertes la fenêtre de gauche et la porte. « Sans doute pour indiquer aux passants que le resto est ouvert », se dit-on, tout en continuant à claquer des dents. Finalement, le serveur ferme le tout environ 45 minutes plus tard. Je suis sûr que, bien que la nourriture ait été excellente, l’expérience d’une bonne partie des convives a été gâchée par une mauvaise température.

Il m’est arrivé quelquefois de ne jamais remettre les pieds dans un restaurant à cause du froid. Il y a environ 15 ans, je fréquentais un restaurant de fruits de mer bien connu et, chaque fois que j’y allais, l’air climatisé m’agressait et faisait figer mon beurre à l’ail. J’ai fini par ne plus y retourner.

Un restaurant très tendance ouvert ces dernières années m’a aussi fait promettre de ne plus jamais le fréquenter. En hiver, on nous avait parqués tout près des immenses fenêtres donnant sur la rue, sans doute pour montrer aux passants qu’il y avait des clients. Un vilain courant d’air nous a fait geler jusqu’à l’os, ceci en plus de subir un service pourri et une nourriture plutôt moche. Bye bye le resto trendy !

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI (9405-7759 Québec inc.) 2012-2021 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).