Marie-Line Beauchamp : Siffler en travaillant

8 mai 2017 - Par Pierre-Alain Belpaire

« LA JOURNÉE PARFAITE ? DES DOSSIERS PASSIONNANTS, DES RENCONTRES INTÉRESSANTES ET DU PLAISIR. BEAUCOUP DE PLAISIR. MES EMPLOYÉS ET MES PROCHES LE SAVENT : J’AIME M’AMUSER. » MARIE-LINE BEAUCHAMP A LE SOURIRE COMMUNICATIF, L’HUMOUR ÉLÉGANT… ET UN CV PARTICULIÈREMENT ÉLOQUENT. AVANT DE DEVENIR CHEF DE L’EXPLOITATION AUX RESTAURANTS MIKES, LA DIRIGEANTE AVAIT NOTAMMENT PRÉSIDÉ AUX DESTINÉES DES RÔTISSERIES ST-HUBERT ET OCCUPÉ UN POSTE DE VICE-PRÉSIDENTE AU DÉVELOPPEMENT DURABLE AU SIÈGE PARISIEN DE SODEXO.



Voici plus de 30 ans que Marie-Line Beauchamp évolue dans l’industrie de l’alimentation. « Mon premier emploi, c’était dans une fromagerie. Au suivant, je vendais du chocolat et des crèmes glacées. Et ainsi de suite… Je n’ai finalement jamais quitté cet univers. Et je n’en ai jamais vraiment eu l’intention. »

Malgré ces impressionnants états de service, la responsable estime qu’elle en apprend encore tous les jours. « Heureusement d’ailleurs », soufflet-elle. Pour rester « éveillée et connectée », Marie-Line Beauchamp s’intéresse donc aux nouvelles technologies, aux équipements de pointe, aux évolutions du menu. « Et même à la chimie alimentaire ! Savoir écouter et avoir envie d’apprendre, ce sont les deux clés pour réussir. »

Si elle a exercé de hautes responsabilités et géré des dossiers de première importance, c’est de l’aspect humain de sa carrière dont Marie-Line Beauchamp est aujourd’hui le plus fière. « J’ai rencontré tellement de belles personnes, travailleuses et courageuses ! De voir des collègues et employés travailler dur pour atteindre leurs objectifs, c’est quelque chose de réellement inspirant », confesse celle qui se définit comme une « rassembleuse harmonieuse ». « Je ne pourrais concevoir ma vie professionnelle autrement que sous l’angle collectif. »

La responsable estime également que si cette industrie la passionne toujours autant après trois décennies, c’est parce que l’indispensable nécessité de se nourrir vient ajouter une pression supplémentaire, permanente. « Tout être humain est un client potentiel. À nous de nous adapter, de rehausser la qualité de nos produits, la fraîcheur de nos aliments, dans un seul et unique but : satisfaire notre clientèle. C’est un immense défi. »

Pour améliorer encore un peu plus ses services, l’industrie québécoise pourrait sans doute s’inspirer davantage de ce qui se fait ailleurs. Marie-Line Beauchamp retient ainsi, de son passage en Europe, l’intelligente utilisation des espaces restreints et le bon usage des technologies. « Mais attention, précise-t-elle, ils ont leurs forces, nous avons les nôtres. Dans le domaine de la restauration, le Québec n’a rien à envier au reste du monde. De plus, les gestionnaires québécois ne doivent pas se concentrer sur ce qui plaît aux clients français, britanniques ou chinois : ils doivent garder en mémoire que leurs clients, ce sont les Québécois. »

Les restaurants Mikes et les dirigeants d’Imvescor pourront bénéficier des précieux conseils de leur souriante capitaine au long cours tandis que se multiplient les grands chantiers. Rénovation des restaurants, révision du design, amélioration des services en ligne, développement de formations pour les franchisés et employés… « Les défis ne manquent pas. Et ça tombe bien : j’adore ça ! »

X