LE COMMERCE DE LA RESTAURATION ALIMENTAIRE

Selon Jean Coutu… les jeunes tiennent trop à leur qualité de vie pour faire de bons entrepreneurs

13 décembre 2011 - Par Christian Latour

La grande importance que les jeunes accordent à la conciliation travail-famille nuit au développement de l’entrepreneuriat, estime Jean Coutu.

« Il y a des choses qui sont fondamentales. Et je suis sincère quand je dis ça : pour être un entrepreneur, il ne faut pas que la vie soit trop facile », a lancé le fondateur de la chaîne de pharmacies qui porte son nom en marge d’un événement organisé par le cabinet comptable RSM Richter Chamberland.

« Quand on est gâtés, on ne peut pas être un entrepreneur, avait-il dit plus tôt devant la centaine de participants réunis. [...] Un entrepreneur n’est jamais satisfait de ce qu’il fait. Il est fier, mais il n’est pas satisfait. »

Trop souvent, a déploré M. Coutu, les jeunes s’attendent à ce que leur diplôme leur donne droit rapidement à une bonne qualité de vie sans avoir à trop travailler.

« Il va falloir que ça soit enseigné dans les cours […], que ça soit imprégné dans l’esprit des garçons et des filles : comme d’autres professions, la pharmacie [la restauration] n’est pas là pour les faire vivre. Ce sont eux qui sont là pour donner à la société les services qu’eux seuls peuvent donner. »

Les pharmaciens se réjouissent des pouvoirs additionnels que le gouvernement s’apprête à leur confier, a noté l’homme de 84 ans. Or, a-t-il relevé, beaucoup de jeunes pharmaciens [de jeunes cuisiniers et restaurateurs] refusent de travailler les soirs et les fins de semaine, périodes pendant lesquelles la demande pour leurs services est pourtant importante.

« Il ne faut pas dire aux gens ’’ vous viendrez me voir quand je suis là ’’ ! Il faut dire aux gens ’’ je serai là quand vous aurez besoin de moi ’’. »

Pour Jean Coutu, il y a clairement un clivage générationnel.

« [Les jeunes] veulent avoir la qualité de vie avant de l’avoir méritée », a-t-il tranché, avant d’ajouter, presque cinglant : « Aujourd’hui, il y a tellement de possibilités de ne pas travailler et d’être rémunéré quand même... Je pense que ça rend la vie un peu trop facile. »

C’est sans compter que les Québécois ont tendance à « quémander » des services à l’État, ce qui ne favorise pas l’éclosion d’entrepreneurs, a-t-il ajouté.

M. Coutu a assuré que pour réussir, un entrepreneur n’a pas besoin de devenir un bourreau de travail, même si lui-même l’a été par moments. À ses yeux, un bon entrepreneur doit être muni de deux personnalités fortes, mais autonomes : une au travail et l’autre dans sa vie familiale.

« Il ne faut pas devenir un esclave du travail, a-t-il affirmé. Quand on travaille, il faut donner une mesure extraordinaire, mais on reste quand même des êtres humains. Il faut savoir se freiner pour reprendre son souffle. »

Interrogé sur le rôle du gouvernement dans le développement de l’entrepreneuriat, M. Coutu a d’abord lancé, un peu en boutade : « le moins qu’il y en a, le mieux c’est », suscitant les applaudissements de la foule. Il a aussitôt reconnu qu’il avait « exagéré un peu ».

« Le gouvernement se doit de nous donner un espace [pour faire des affaires], mais il ne faut jamais laisser le gouvernement meubler cet espace-là », a-t-il précisé.

Restaurateurs, restauratrices, futurs restaurateurs et futures restauratrices, qu’en pensez-vous ?

Source : http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/337767/jean-coutu-prescrit-une-dose-d-ardeur-aux-jeunes

MÉDIAGRAPHIE

Manuel de gestion-réflexion / Christian Latour ☺

Pour communiquer avec Christian Latour :

• Sur Facebook : Christian Latour
• Sur Twitter : @Christian Latour
• Sur LinkedIn : Christian Latour MBA, Adm. A.




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.