Mimi la nuit par Louis Béliveau

3 septembre 2015 - Par Marie-Carole Daigle

Si vous pensiez qu’un éclairage tamisé pouvait suffire à créer un bar à succès, détrompez-vous ! Chaque pouce de l’aménagement de Mimi la Nuit a été songé et resongé afin de produire exactement l’atmosphère recherchée. L’adage disant que « Le génie, c’est 5 % d’inspiration et 95 % de transpiration » n’a jamais été aussi véridique que dans ce chantier.

« Un bar, c’est comme un corps humain, illustre Pierre-Martin Tremblay, copropriétaire du bar Mimi la Nuit : il n’y a pas que les yeux et les cheveux… Il faut des milliers de détails pour créer une identité. »

Voilà pourquoi la boîte de nuit a choisi Louis Béliveau, du cabinet La Firme, pour donner une âme à son concept. « Nous voulions du design – pas seulement un décor, précise Pierre-Martin Tremblay. Louis venait de signer le magnifique aménagement de La Ferme (NDLR : maintenant l’Hôtel Le Germain Charlevoix), et dès nos premiers entretiens, j’ai vu qu’il pouvait partager notre vision. »

Le projet avait de quoi faire saliver un designer : évoquer l’atmosphère secrète et feutrée des speakeasys en misant notamment sur un personnage plus ou moins fictif, madame Mimi !

UN SEUL NIVEAU

« Le principal défi consistait à regrouper les sections buvette et restaurant dans un même espace », signale Louis Béliveau.

En fait, l’établissement est constitué de deux locaux voisins qui ont évolué séparément durant 150 ans. Afin de gérer la nouvelle superficie, on a fait le nécessaire pour pouvoir ouvrir et fermer une grande porte entre chaque section. L’unification des planchers, ainsi rendue nécessaire, a demandé un travail colossal, notamment la pose d’une chape de béton d’environ trois pouces d’épaisseur.

L’aménagement a ensuite été réparti sur trois niveaux : « Avec Atelier M.O., nous avons conçu une demi-douzaine de sièges différents pour que toutes les assises se retrouvent au même niveau, relate le designer. Ce fut un vrai casse-tête technique et trois processus différents ont d’ailleurs été tentés avant d’obtenir la bonne recette. Mais maintenant, tout le monde est à la même hauteur : où que l’on se trouve, on ne voit jamais un dessus de tête ! »


UNIVERS MARIN

On a beaucoup misé sur le cuivre par exemple pour le dosseret des comptoirs et les montants des bars – afin de rappeler l’univers des bateaux. L’acier, le bois, le béton et le cuir y ont aussi une grande place. L’armature de béton armé a quant à elle été détournée pour donner un look industriel au cellier.

TOILETTES MIXTES

Le peu d’espace réservé aux toilettes représentait un autre défi. « Nous avons décidé d’installer trois cabines fermées et trois cabines ouvertes et de n’avoir qu’un grand comptoir-lavabo pour tout le monde. Résultat ? Les femmes retouchent leur maquillage dans une zone où tout le monde se croise, et cette section est en quelque sorte devenue un hall faisant partie intégrante de l’espace d’animation !

MATÉRIAUX NOBLES

Le marbre au sol de l’entrée va se tacher progressivement, tout comme le cuivre qui s’oxydera et prendra peu à peu une teinte vert-de-gris. « Nous avons choisi des matériaux qui vont prendre élégamment les marques du temps. »


ENTRÉE SECONDAIRE

On voulait créer une entrée à l’intention des habitués désireux d’accéder au restaurant sans avoir à traverser le bar. L’astuce aura été d’utiliser une ancienne issue de secours. Il a fallu des trésors d’ingéniosité pour la rendre non seulement praticable, mais aussi théâtrale, en façonnant six alcôves dans son long corridor doté d’un mur en pierres centenaire. Dans ces alcôves éclairées, on a placé divers objets (porte-cigarette, flacon de parfum et même un papillon de nuit québécois !) représentant l’énigmatique madame Mimi. Au mur, une ligne d’éclairage guide les visiteurs. « C’est comme si quelqu’un les prenait par la main pour monter l’escalier menant au resto », explique Louis Bilodeau.



VERRE ET ÉCLAIRAGE

Atmosphère oblige, il n’y a aucun éclairage direct, allant des lampes accrochées aux solives à celles qui gèrent la circulation au sol. « Avec Denis Lévesque, qui fait partie de l’équipe de spécialistes en éclairage Rosco, nous avons développé des produits hyper spécifiques qui procurent un éclairage chaleureux. Le rétroéclairage du bar a nécessité des dizaines de tests, tout comme le travail fait avec l’équipe d’Aluvertech pour que le verre laminé de l’entrée présente la gradation d’opacité désirée. »


Coup de cœur du designer

« L’architecte Michel Lemieux a carrément fait des miracles avec nos idées ! se rappelle Louis Béliveau. Malgré les contraintes liées à la réglementation, celui-ci est brillamment parvenu à les rendre viables. »

michel-lemieux.com

514 705-9500


FICHE TECHNIQUE

- Type d’établissement : Boîte de nuit servant une cuisine décoiffée
- Adresse : 22, rue Saint-Paul Est, Vieux-Montréal
- Téléphone : 514 507-5449
- Site Web : mimilanuit.com
- Propriétaires : Pierre-Martin Tremblay, Edward Zaki, Eric Lefrançois et Jeff Stinco
- Chef : Eloi Dion
- Nombre de places : 95
- Superficie : 2 100 pi²
- Designer : Louis Béliveau (lafirme.ca)
- Ouverture : Novembre 2014

Photos : © Randall Brodeur, pour La Firme

Dans cette édition

Les temps changent (la restauration et les clients aussi) !
Double vie
Michelle Doré
Brenda Poirier
Le saumon
Les œufs
Les services de restauration de congrès
La boulangerie en cuisine
Le nuage dont tout le monde parle
Pourquoi franchiser ?
Délais pour s’opposer à des cotisations
Un splash de plaisir
La santé et sécurité au travail pour le personnel du secteur hôtelier



PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

La Revue HÔTELS, RESTAURANTS & INSTITUTIONS est un magazine francophone qui offre de l’information de pointe sur le milieu HRI (hôtels, restaurants et institutions).