Tour du monde des hôtels capsules

11 septembre 2013 - Par Caroline Rodgers

Inventés au Japon, les hôtels capsules ou microhôtels sont une solution de rechange économique et de moins en moins marginale aux chambres d’hôtel standards. Depuis l’ouverture du premier kapuseruhoteru dans les années 1970, des formules plus modernes et confortables ont vu le jour.

Depuis quelques années, ces microhôtels apparaissent dans les aéroports pour dépanner les voyageurs fatigués qui peuvent même les louer à l’heure pour faire la sieste. Petit tour du monde d’un mode d’hébergement quelque peu excentrique.

Le modèle original

Le Capsule Inn Osaka, premier hôtel capsule du monde, a été ouvert à Osaka en 1979. Son inventeur, l’architecte Kisho Kurokawa, voulait en faire « un hôtel pour l’année 2001 ». Au départ, la clientèle, très majoritairement masculine, est constituée de salariés japonais trop fatigués ou ivres pour rentrer chez eux, ou de personnes ayant raté leur train. Les hôtels capsules originaux, faits d’un module de plastique ou de fibre de verre, mesurent environ 2 mètres de long sur 1 mètre de large, et 1,25 mètre de haut, et sont empilés les uns sur les autres. La porte étant vitrée, un rideau assure l’intimité du client. Ils sont généralement équipés d’un petit téléviseur, d’une radio, d’un réveille-matin et de l’air climatisé. Les bagages sont entreposés à l’extérieur de la chambre. On estime qu’il y a autour de 300 établissements de ce genre au Japon, certains ne comptant qu’une cinquantaine de cabines, d’autres, jusqu’à 700.

Aéroports

Flairant la tendance, différentes entreprises ont lancé des cabines facilement transportables qu’elles vendent ou louent aux aéroports, gares ferroviaires et autres lieux publics.

États-Unis : Minute Suites

Aux États-Unis, les « Minute Suites », des cabines de repos insonorisées et équipées pour le travail, sont déjà en place dans trois aéroports, à Philadelphie, Atlanta, Dallas et bientôt, Chicago. Le marketing mise sur les bienfaits de la sieste en réponse au stress et à la fatigue causés par les voyages. Les premières cabines ont été ouvertes en 2009, à Atlanta. Les coûts de location sont de 34 $ pour une heure, et de 8,50 $ pour chaque période additionnelle de 15 minutes, ou de 125 $ pour une nuit complète.

Allemagne : Napcabs

En Allemagne, la compagnie Napcabs a pris les devants dans le marché des cabines de repos. On retrouve déjà des unités louables en libre-service à l’aéroport de Munich.

France : CabinOtel et Break Box

En 2010, la firme française Cabins Hotels Company lançait des microcabines de repos faites de matériaux composites et équipées d’un lit, d’une table de chevet intégrée, d’un emplacement pour les bagages et de prises électriques. Elles sont destinées aux marchés de l’événementiel et des aéroports. Trois modèles sont offerts, soit le Relaxcabin, le Sleepcabin et le CabinOtel, pour permettre aux voyageurs de s’isoler pour dormir ou travailler. Question de tout optimiser, les murs extérieurs peuvent même servir de supports publicitaires !

Une autre entreprise française, Break Box, a lancé des microcabines l’an dernier.

Russie : Sleepbox

« Offrez à vos employés un endroit pour dormir ». C’est l’une des formules-chocs que l’on peut découvrir sur le site de Sleepbox, une entreprise russe qui fabrique et commercialise des cabines de repos qu’elle destine non seulement aux aéroports et aux gares, mais aussi aux chantiers de construction, aux événements sportifs, aux organismes d’aide en cas de catastrophes humanitaires, aux hôpitaux, aux universités, aux ports et même aux musées. Les Sleepbox sont vendues avec un, deux ou trois lits (superposés). Une cinquantaine de Sleepbox sont maintenant offertes aux voyageurs à l’aéroport de Moscou. Selon Arch Group, la firme d’architectes qui a conçu les Sleepbox, ces dernières peuvent constituer une source de revenus intéressante pour les aéroports ou autres lieux achalandés, pouvant aller jusqu’à 24 000 $ par unité par année.

Dubai : Snoozescubes

L’aéroport international de Dubai, le quatrième plus grand du monde, a aussi ses microcabines, les SnoozeCubes, qui sont conçues et fabriquées en Nouvelle-Zélande.

Chine : un premier hôtel capsule à Xi’an

Étonnamment, le premier hôtel capsule a ouvert ses portes en Chine seulement l’an dernier, à Xi’an, mégapole qui attire un grand nombre de touristes, notamment grâce à son attraction touristique principale : l’armée de soldats de terre cuite grandeur nature de l’empereur Qin. Situé dans la gare ferroviaire, l’hôtel de 86 unités de couleur orange attire surtout les jeunes voyageurs et les étudiants. Détail insolite : l’hôtel est divisé en zones portant le nom des signes du zodiaque ! Ainsi, les visiteurs que l’on soupçonne d’être des ronfleurs (soupçons basés sur leur poids et leur âge) sont relégués sous le signe du Lion. Il est prévu que d’autres hôtels capsules ouvrent prochainement leurs portes dans des villes chinoises, dont Hong Kong et Shanghai.

Yotel

La chaîne Yotel, fondée en 2007 par deux Britanniques, propose une version spacieuse et de luxe des hôtels cabines dans différents aéroports à Londres (Heathrow, Gatwick), Amsterdam, ainsi qu’en plein Manhattan, à Time Square. Les cabines de Yotel ne sont pas des capsules, mais bien des petites chambres. Dans les aéroports, elles ont une dimension de 100 pieds carrés et comportent une salle de bain.
Le Yotel Time Square, établissement de 669 chambres ouvert en 2010, est un endroit moderne et très tendance. Ses cabines de 170 pieds carrés ressemblent à une version high-tech d’une cabine de navire, où chaque pouce d’espace est ingénieusement optimisé. On y trouve la connexion Internet gratuite, un coffre-fort à ordinateur portable, un lit qui se convertit automatiquement en fauteuil et un support à serviettes chauffant, entre autres. À l’arrivée, un impressionnant système de « concierge robotisé » se charge de prendre les bagages et de les entreposer. Les formalités d’arrivée et de départ sont également automatisées. Les aires communes comportent des stations de travail avec imprimantes, des comptoirs de mets à emporter, un bar lounge, des salles offertes en location et une très grande terrasse extérieure.

X