Les toilettes : reflet de votre établissement ?

22 mai 2007

On dit souvent qu’on peut se faire une idée juste d’un restaurant en visitant ses toilettes. Plusieurs établissements soignent particulièrement bien leur décor et leur cuisine, mais quand on se rend aux lieux d’aisance, on peut constater un certain laisser-aller. En plus des classiques odeurs persistantes d’urine et autres odeurs désagréables, qui peuvent être enrayées par un nettoyage fréquent et par l’utilisation d’un parfum discret, voici quelques-uns des principaux reproches que je peux faire aux salles de toilette de restaurants, ainsi que des commentaires récoltés auprès de mon entourage.

Les économies, oui mais...

Quand j’ai questionné une collègue de travail sur ses expériences dans les toilettes de restaurant, elle a évoqué une situation qui, j’en conviens, m’irrite moi aussi : celle de tirer sur un énorme rouleau de papier hygiénique « économiseur » duquel le premier morceau se détache sans qu’on puisse dérouler d’autres feuilles d’un seul coup. Déjà que souvent on a de la difficulté à trouver la feuille à l’extrémité du rouleau ! On a beau tirer doucement pour avoir quelques feuilles de ce très mince papier, et crac !, un seul morceau nous reste dans les mains. On doit tirer deux, trois, quatre, cinq fois. C’est long et frustrant ! Si au moins une seule feuille pouvait être suffisante pour essuyer un besoin minime ! Mais qui pourrait bien s’essuyer complètement avec ça ? Un hamster ?

Les dames sont pénalisées

Les commentaires des dames de mon entourage ont été abondants lors de ma petite enquête. Je pourrais écrire un livre à ce sujet ! Par exemple, la semaine dernière, une amie m’a dit avoir dû déposer son sac et son manteau par terre parce qu’il n’y avait pas de crochet dans sa cabine de toilette… Et le plancher n’était pas des plus propres !

Par ailleurs, un grand voyageur de ma connaissance m’a confié qu’il ne comprenait pas pourquoi les restaurants qui accueillent des bus de touristes n’ont pas la présence d’esprit de construire plus de toilettes pour les femmes que pour les hommes. Il a constaté que, lors des arrêts de ces autobus, d’importantes files persistaient du côté des toilettes des dames alors que les toilettes des hommes étaient à moitié vides.

Il y a aussi les bruits... Une amie un peu timide m’a avoué récemment que parfois elle bloquait parce qu’elle n’aimait pas qu’on l’entende faire ses besoins. Elle finit souvent par se retenir jusqu’à la maison. J’avais déjà lu quelque part que les Japonais ont tendance à tirer la chaîne plus que de raison pour enterrer leurs bruits. Pour régler le problème, un peu de musique d’ambiance me semble la solution tout indiquée, sans toutefois assourdir la clientèle, bien sûr !

Mon ex, elle, n’arrêtait pas de se plaindre qu’elle ne pouvait pas déposer son sac à main sur un comptoir de salle de bain de resto sans qu’il soit trempé. Il n’y a pas moyen d’installer des tablettes, des crochets ou dieu sait quoi pour éviter d’abîmer les précieux sacs en cuir véritable ?

Hygiène et développement durable pas toujours au rendez-vous

Pour ma part, ce que je n’aime pas, c’est quand je me lave les mains et que je dois utiliser des serviettes en papier qui sont empilées sur le comptoir. Évidemment la serviette que je m’apprête à prendre est déjà à moitié mouillée parce que les mains du gars qui a passé avant ont dégouliné dessus. En plus, pas moyen de prendre seulement une serviette, le paquet vient au complet. Pas très économique pour les restaurateurs ! Pas très écologique non plus !

Par contre, de plus en plus de commerces semblent avoir compris certains principes d’hygiène, comme la contradiction qu’il y a entre se laver les mains et de devoir ensuite retoucher aux robinets qu’on vient d’ouvrir avec les mains sales. Ou bien le non-sens de sortir des toilettes en poussant sur une porte que d’autres ont touché sans s’être lavé les mains. Heureusement, les robinets et séchoirs à mains automatiques sont toujours plus présents, et les salles de bain dont l’entrée n’est qu’une ouverture sans porte font de plus en plus partie des plans de design des nouveaux restos. Bravo à tous ceux qui ont compris !

Et vous, qu’avez-vous fait pour améliorer le confort de vos clients dans vos toilettes ? Avez-vous eu des commentaires positifs ou négatifs de leur part ?

Commentaires des lecteurs archivés :

16 octobre 2007
Je ne veux pas nécessairement du cachemir comme papier de toilette, mais SVP je ne veux pas non plus du papier SABLÉ !

1er juin 2007
Vive le papier 100% recyclé !!

29 mai 2007
Le papier de toilette mince comme du papier de soie, c’est vraiment l’ENFER !! Quelle économie vaut une pareille cochonnerie ?

À lire aussi !




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

La Revue HÔTELS, RESTAURANTS & INSTITUTIONS est un magazine francophone qui offre de l’information de pointe sur le milieu HRI (hôtels, restaurants et institutions).