Virage santé

à l’Institut de Cardiologie de Montréal

27 septembre 2006 - Par Catherine Baril Dt.P.

Nous sommes de plus en plus conscients
que l’alimentation joue un rôle important sur la
santé.

Sur la photo, on peut voir le comité chargé de la révision du menu à l’Institut de Cardiologie de Montréal. De gauche à droite, à l’avant, Gisèle Cyr, Lucie Racicot et Anne-Marie Ducharme, à l’arrière, Patrice Laporte et Michèle Olivier.

Une bonne partie de la population adopte des habitudes
alimentaires plus saines à la maison, mais il s’avère
souvent plus difficile de bien manger à l’extérieur. Au restaurant, les repas santé sont souvent rares au menu ou peu mis en valeur. À la cafétéria d’un centre hospitalier, nous nous attendons à un menu plus équilibré, donc à des
plats à teneur réduite en gras, en sucre, en sodium et en calories. L’Institut de Cardiologie de Montréal (ICM), un centre hospitalier ultra spécialisé en soins cardiovasculaires, a entrepris un virage santé en offrant à ses employés et à sa clientèle une alimentation saine et équilibrée.

À l’automne 2003, la direction de l’ICM manifeste le désir
d’entreprendre un virage santé et reconnaît le rôle
prépondérant de l’alimentation dans les facteurs de risque des maladies cardiovasculaires. L’Institut de Cardiologie de Montréal choisit d’avoir un personnel en santé. Un
comité formé d’employés des services de nutrition clinique
et d’alimentation, sous la direction de Lucie Racicot,
chef du service des activités d’alimentation, entreprend alors la révision du menu en place afin d’améliorer la qualité et la variété des mets offerts. Il était primordial que le nouveau menu corresponde aux besoins de la clientèle desservie. Le comité s’est inspiré des recommandations de l’alimentation méditerranéenne afin d’offrir un menu réduit
en lipides et en sodium tant aux patients qu’à la clientèle
de la cafétéria. La grosseur des portions servies a aussi
été uniformisée.

Le nouveau menu est maintenant composé de gras de meilleure qualité. Les gras trans sont pratiquement éliminés du menu, les gras saturés ont été considérablement réduits et l’utilisation de bons gras est privilégiée dans toutes
les recettes. Comment réussir tous ces changements ? En utilisant des huiles de canola et d’olive ou de la margarine
non-hydrogénée, en choisissant des coupes de viandes
maigres et en cuisinant plus souvent avec les légumineuses,
la volaille et le soya. Aussi, pour augmenter l’apport en
acides gras oméga-3, des mets à base de poisson sont servis
trois fois par semaine. On utilise maintenant des bases
réduites en sodium, que ce soit pour les soupes ou les sauces. Les légumes prennent plus d’importance dans ce nouveau menu, une plus grande variété est offerte et les méthodes de cuisson sont contrôlées. Le
nouveau menu comprend maintenant des aliments à teneur élevée en fibres alimentaires : céréales de grains
entiers, pâtes alimentaires de blé entier, légumineuses, etc.

Tout ce travail a été réalisé en collaboration avec certains
manufacturiers de produits alimentaires afin de trouver
des aliments correspondants aux besoins. Ce travail a exigé
beaucoup de recherche et de temps. Une certaine période
d’adaptation a été nécessaire pour la clientèle, mais aujourd’hui le nouveau menu est grandement apprécié.

Voilà un exemple démontrant qu’offrir un menu plus sain et
équilibré tout en conservant le plaisir de bien manger peut
être possible. Cette démarche est la preuve qu’il est possible d’apporter des changements alimentaires... même dans les restaurants !

Dans cette édition

Liste des formateurs accrédités par le MAPAQ
Interdiction de fumer depuis le 31 mai : une bonne chose selon les restaurateurs
KnowFat ! Lifestyle Grille
Ding dong !
Le compostage
Paradores de Turismo - Espagne
Bernard Fortin
L’excellence en restauration, une question de service
Hygiène et salubrité
Cahier Faits Saillants 2006



PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.