brightness_4
brightness_4
PUBLICITÉ
 

Vente d’alcool : Des restaurateurs choisissent la désobéissance civile

 
10 décembre 2020 | Par Laurence-Michèle Dufour

« Aujourd’hui j’encourage mes collègues restaurateurs de la province du Québec à vendre une bouteille de vin, sans être accompagnée d’un plat ; un acte de désobéissance civile dans l’espoir de démontrer notre découragement face au médiocre renoncement du gouvernement Legault à modifier les réformes de nos permis d’alcool dans les circonstances actuelles. Publiez une photo sur vos médias sociaux avec le #ouvreznoscaves », peut-on lire ce jeudi sur les médias sociaux du restaurant montréalais Joe Beef.

Plusieurs restaurateurs à bout de souffle ont répondu à l’appel et partagé la publication. Les restaurants Satay Brothers, Elena, Le Mousso, Mon Lapin et Marconi, entre autres, ont emboité le pas au Joe Beef.

« Plus on est à se rallier, plus on aura la chance d’être entendus, considère Molly Superfine-Rivera, copropriétaire du restaurant Marconi. C’est une action simple que le gouvernement pourrait prendre qui nous donnerait un petit coup de pouce et une meilleure chance de survivre. Toutes les petites ventes peuvent faire la différence. »

Dans une lettre ouverte dans The Montreal Gazette hier, le copropriétaire des restaurants Joe Beef, Liverpool House et McKiernan David Hayfield McMillan dépeignait la situation actuelle des restaurateurs, qu’il juge freinés par une loi vétuste. Il déplore notamment qu’en pareille situation il demeure illégal de vendre du vin à emporter ou par livraison sans l’accompagner d’un repas.

« Lorsque la pandémie s’est installée au Québec en mars dernier, le gouvernement aurait dû laisser les détenteurs de permis de restaurant opérer immédiatement en mode "caviste" (vente d’alcool seulement). Le fait qu’ils ne l’ont pas fait a paralysé l’industrie ; le fait de ne pas avoir accès à un inventaire dormant dans nos caves nous a obligés à être plus dépendants des loyers et des subventions salariales, nous rendant finalement mendiants. » La lettre se termine par une requête claire au gouvernement : « Monsieur Legault : Déverrouillez nos celliers et ne faites pas de nous des criminels. »

(Avec médias / Crédit photo : Restaurant Marconi)

Mots-clés: 06 Montréal
Alcool
Lois, règlements et permis
Restauration
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI (9405-7759 Québec inc.) 2012-2021 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).