Une solution durable à un besoin urgent

5 avril 2019

RARETÉ DE MAIN-D’ŒUVRE, BAISSE DÉMOGRAPHIQUE, SAISONNALITÉ : VOILÀ LA RÉALITÉ DE LA MAJORITÉ DES RESTAURANTS ET HÔTELS DE LA PROVINCE. MAIS SAVEZ-VOUS QUEL EST LE MÉTIER POUR LEQUEL ON COMPTE LE PLUS DE POSTES VACANTS AU QUÉBEC ? CELUI D’AIDE-CUISINIER !

  • Le Québec disposait d’un peu plus de 71 000 aides-cuisiniers en 2016, dont 75 % qui travaillaient dans le secteur du tourisme.
  • Au troisième trimestre de 2018, le nombre de postes vacants était de 8315, ce qui représente une hausse de 129 % en deux ans. Ces fortes augmentations sont observées dans toutes les régions, plus particulièrement en Montérégie, dans le Bas- Saint-Laurent, en Outaouais, dans les Laurentides et dans les Cantons-de-l’Est.
  • On note, à ces postes, une faible représentation de personnes immigrantes (sauf à Montréal) : 16 % dans le secteur de la restauration, 21 % en hébergement et 9 % dans le secteur des loisirs et divertissements (attractions touristiques, stations de ski, parcs, etc.).(1)
  • Alors que les différents secteurs s’appuient beaucoup sur les jeunes pour combler leurs besoins, le nombre d’habitants de 15-24 ans continuera de diminuer au Québec jusqu’en 2021, et il faudra attendre 2028 pour qu’ils soient aussi nombreux qu’en 2015.

C’est pour répondre de façon durable à ce besoin criant que le Conseil québécois des ressources humaines en tourisme (CQRHT) et l’Association Restauration Québec (ARQ) s’associent pour recruter, intégrer et former 90 nouveaux aides-cuisiniers.

Un projet avantageux pour tous

Le projet du CQRHT et de l’ARQ vise à permettre à une clientèle éloignée du marché du travail d’obtenir un emploi rémunéré selon le principe de l’alternance travail-études. Ainsi, le participant étudie dans un centre de formation professionnelle (CFP) pendant la basse saison touristique et travaille pendant la haute saison.

De leur côté, les restaurateurs et les hôteliers qui prendront part au projet profiteront de nombreux avantages, notamment :

  • soutien à l’embauche d’un aide-cuisinier stagiaire ;
  • aide financière pour le salaire du stagiaire durant toute sa formation de 13 semaines ;
  • présence d’un employé disponible à temps plein durant la haute saison touristique ;
  • formation d’un membre de l’équipe pour agir à titre de compagnon à l’interne (ce dernier sera bien préparé afin d’accueillir, d’intégrer et de former le nouvel employé) ;
  • aide des ressources du CFP de la région pour assurer la réussite du stagiaire ;
  • outil d’investissement dans le recrutement et la rétention du personnel.

Les stagiaires qui réussiront le programme obtiendront une attestation d’études professionnelles (AEP) en cuisine de restauration rapide comportant les compétences de base à l’intégration en cuisine. Ils auront acquis de solides assises pour travailler efficacement. De plus, à la basse saison, ceux qui le désirent pourront poursuivre leur formation (toujours en alternance travail-études) afin d’obtenir un diplôme d’études professionnelles (DEP) en cuisine d’établissement.

Comment participer au projet ?

Ce projet est possible grâce à l’aide financière du Fonds de développement et de reconnaissance des compétences de la main-d’oeuvre. Il débutera dès ce printemps dans les régions suivantes : Mauricie, Centre-du-Québec, Abitibi-Témiscamingue, Côte-Nord, Gaspésie, Lanaudière et Montérégie.

Attention : les places sont limitées ! Seulement 10 entreprises par région pourront y participer. Vous aimeriez accueillir un stagiaire aide-cuisinier et participer à sa formation ? Votre entreprise se situe dans l’une des régions ciblées ? Pour obtenir de l’information supplémentaire, communiquez rapidement avec Audrey Bolduc par courriel (audrey.bolduc@cqrht.qc.ca) ou téléphone (450 651-1099, poste 230).

Dans cette édition




PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2019
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.