brightness_4
brightness_4
Le média des professionnels de la restauration et de l'hébergement
PUBLICITÉ
 

Une première foire commerciale pour les produits du Saint-Laurent

 
18 janvier 2022 | Par Sophie Poisson
Crédit photo: Farhad Ibrahimzade / Pexels

Le complexe d’activités axé sur le milieu marin du Saint-Laurent Exploramer organise les 22 et 23 février le premier Salon Fourchette bleue – poissons et fruits de mer à Rivière-du-Loup. Depuis 12 ans, son programme Fourchette bleue vise à soutenir la saine gestion des ressources marines du Québec afin d’encourager les poissonniers et les restaurateurs à les présenter aux consommateurs. « Les professionnels veulent bien offrir ces espèces, mais ils n’ont pas la capacité de mettre la main dessus parce que tout est vendu à l’étranger, rapporte la directrice générale d’Exploramer, Sandra Gauthier. On a essayé différentes approches, et cette année on a décidé de faire le grand saut en organisant un salon qui va devancer la rencontre annuelle internationale du Boston Seefood Show. »

Exploramer estime que 80 % des prises sont écoulées à l’extérieur du Québec, principalement en Asie, en Europe et aux États-Unis. « Ça fait partie de notre histoire : notre poisson est parti vers l’Europe depuis les débuts de la colonisation. On est capable de trouver des vestiges basques, notamment à Terre-Neuve et au Labrador, car ils venaient y remplir leurs bateaux de poissons. Quand on a commencé à s’installer en Amérique, des usines de poissons se sont rapidement construites, par exemple le Banc de pêche de Paspébiac », rappelle Sandra Gauthier.

L’une des raisons qui expliqueraient la constance du chiffre est l’organisation du marché étranger : les usines et transformateurs réussissent à vendre au Boston Seefood Show la quasi-totalité de ce qu’ils achètent, transforment et revendent. 20 % de ce qui est gardé dans la province concerne majoritairement le crabe des neiges, le homard américain et la crevette nordique ; d’autres espèces pourraient s’ajouter, comme le concombre de mer, l’oursin vert, le turbot, le crabe commun ou encore le merlu. L’objectif de cette première édition est donc d’accueillir quelques centaines de participants, d’enclencher un mouvement pour renverser la tendance et de diversifier l’alimentation des consommateurs.

S’adapter à la différence des marchés

« Je n’ai aucune crainte de la réaction de l’international, assure la directrice générale. C’est un marché, donc c’est au plus fort la poche. » Elle fait toutefois remarquer que l’industrie devra s’adapter aux différences du marché québécois. Si les poissons sont vendus entiers à l’international, ici, il s’agit surtout de poissons en filets ou en darnes, donc l’étape de transformation additionnelle requiert plus de personnel ou une présence de plus longue durée. Autre exemple, les produits sont généralement vendus à des distributeurs internationaux, alors que dans la province il faudrait sans doute multiplier les clients. Sandra Gauthier entrevoit des facilités en ce qui a trait à l’empaquetage et la distribution.

Le Salon Fourchette bleue – poissons et fruits de mer aura lieu au Centre des congrès de l’Hôtel Universel de Rivière-du-Loup, à mi-chemin entre les marchés de production et les marchés de consommation. « Le pêcheur doit ramener à quai certaines espèces appelées “prises accessoires”, l’usine doit les acheter, puis le distributeur, le poissonnier ou le restaurateur, et enfin le consommateur. S’il y a une faille quelque part, on a du gaspillage alimentaire et une perte économique », insiste la directrice générale.

La journée d’ouverture commencera par un marché public où les vendeurs présenteront leurs variétés de produits. À midi, les étudiants de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec feront découvrir quatre espèces émergentes du Saint-Laurent. L’après-midi, un marché à huis clos permettra aux vendeurs et aux acheteurs d’avoir des rendez-vous de 15 minutes durant lesquels ils négocieront les transactions. En soirée, des chefs locaux mettront de l’avant quatre autres espèces lors d’un cocktail de bouchées. La deuxième journée donnera lieu à des conférences et panels de discussion sur les possibilités de développement économique du secteur des pêches.

À lire aussi : Où est passé le fleuve dans nos assiettes ?

Pour suivre Exploramer :

Mots-clés: 01 Bas-Saint-Laurent
Achats / Ventes
Produits du terroir
Restauration
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

À lire aussi !

f t i i
© HRI (9405-7759 Québec inc.) 2012-2022 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).