Une pizza collective et solidaire : « Si on ne se serre pas les coudes maintenant… »

 
25 juin 2020 | Par Pierre-Alain Belpaire

Pepperoni maison, saucisse italienne au pollen de fenouil, tomates confites, cheddar vieilli de la fromagerie Riviera, émulsion d’huile de persil : la Collective a de quoi intriguer et allécher plus d’un amateur de pizza. Comme son nom l’indique, elle est le fruit de la collaboration des équipes de quatre enseignes : la bannière No.900, GEMA, Vesta et Morso. Disponible depuis quelques jours, elle figurera sur les menus de ces établissements durant, au minimum, les deux prochains mois. Surtout, pour chaque Collective achetée, 3 dollars seront immédiatement remis au Fonds de secours aux travailleurs de restauration de Montréal.

« L’idée est née mi-avril, explique Gabrielle Hamelin, chef de marque chez No.900. Stefano Faita (GEMA et Vesta) et Alexandre Brunet (coprésident de No.900) se connaissent ; Mirko D’Agata (chef exécutif des No.900 et du Morso) avait déjà été invité par les équipes de GEMA pour des projets spéciaux… On sait qu’on fait partie des chanceux qui ont pu rouvrir rapidement leurs salles à manger, mais on tenait à faire quelque chose ensemble pour soutenir les autres travailleurs. Si on ne se serre pas les coudes maintenant… »

Et c’est donc tout naturellement autour d’un projet de pizza que se sont retrouvés ces passionnés au grand cœur. Rapidement, ils décident que leur Collective devra mettre à l’honneur les produits locaux. Et ils optent pour des tons vifs et attirants et des ingrédients réconfortants. « Il fallait que cette pizza soit joyeuse, lumineuse. »

Une pizza positive, avec un message qui l’est tout autant : en ces temps de relance et alors que les experts s’attendent à des milliers de fermetures à travers la province, les initiateurs du projet souhaitaient aider l’industrie. Outre le 3 $ remis au Fonds sur chaque vente (« Un montant assez conséquent ! »), les acteurs tenaient à tirer l’alarme et à mettre l’accent sur une triste conséquence de la terrible tempête COVID-19. « On l’oublie parfois mais derrière les fermetures, il y a des gens, des humains. Et même dans les établissements qui ont rouvert ou qui vont le faire, il y aura des heures réduites, des capacités revues à la baisse… et donc des employés impactés. » Pour « éduquer » et informer le public, trois vidéos ont été diffusées au cours des derniers jours : la première revient sur la genèse de ce projet collaboratif, la deuxième décrit les étapes de la recette et la dernière permet d’identifier le rôle et les objectifs du Fonds de secours aux travailleurs.

Bien que l’idée de collaborer avec des compétiteurs directs puisse surprendre, elle s’explique par le fait que la scène de la pizza napolitaine reste un « petit milieu » dans lequel tout le monde se connaît. « Il n’y a pas vraiment d’esprit de concurrence. On se tient serrés. On travaille tous très fort pour faire connaître ce produit souvent mal compris des Québécois », assure Gabrielle Hamelin. Et la différence de statut entre les restaurants participants n’a en aucun cas constitué un écueil. Bien au contraire : la bannière No.900, forte de 25 restaurants, aura par exemple permis à la Collective d’être proposée en dehors de la région métropolitaine. « C’est toujours plaisant de travailler avec des gens qui aiment autant le produit que nous. Ce n’est pas notre première collaboration et ce ne sera sans doute pas la dernière ! »

(Sur la photo : Stefano Faita, Mirko D’Agata et Michele Forgione. Fournie par No.900)

Mots-clés: Québec (province)
06 Montréal

À lire aussi !

© HRI 2012-2020 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).