Tourisme d’affaires : Gilber Paquette prend la tête de l’APCQ

 
3 mars 2020 | Par Marie-Ève Garon

L’Association des professionnels de congrès du Québec (APCQ), qui célèbre cette année son 40e anniversaire, a annoncé voici peu la nomination de Gilber Paquette au poste de directeur général, succédant ainsi à Ginette Bardou qui avait assumé ce rôle pendant 20 ans. Parmi les moments déterminants qui ont jalonné le parcours du dirigeant, son expérience de neuf ans à la tête d’Hebdos Québec, l’association de la presse locale indépendante québécoise, fut pour le moins marquante. Il y a notamment piloté le virage numérique et instauré une vaste coalition de journaux qui a obtenu un programme de soutien financier pour l’industrie de la presse d’information au Québec totalisant plus de 100 $ millions.

L’entrée en poste de Gilber Paquette dans ses nouvelles fonctions coïncide avec un moment charnière dans l’histoire de l’Association. « Je compare l’APCQ actuellement à une véritable start-up, mentionne-t-il, c’est-à-dire qu’on rebâtit l’entreprise de l’interne tout en profitant de l’occasion pour effectuer un certain virage. » Cette révision du modèle d’affaires s’inscrit dans la démarche stratégique annoncée au printemps 2019 par la ministre du Tourisme Caroline Proulx, d’apporter des changements dans l’industrie du congrès au Québec, notamment afin de mieux documenter ce secteur d’activité. « Un de mes premiers mandats est d’ailleurs d’implanter une technologie nous permettant de centraliser le mode de cueillette et de traitement des données afin d’analyser les retombées directes et indirectes du tourisme d’affaires au Québec. Après 40 ans, il faut s’assurer de demeurer pertinent. Les enjeux ne sont plus les mêmes qu’auparavant. »

Un secteur en pleine santé

Ce remaniement actuel de l’APCQ concerne, entre autres, la structure du membership et la création de services axés sur les nouveaux besoins de ses 146 membres dans le but d’améliorer les pratiques d’affaires. « Dans une démarche stratégique, il s’avère important de tout mettre sur la table ! Même le branding et le nom de l’Association se verront remanier afin de correspondre davantage à notre identité qui porte souvent à confusion. Contrairement à ce que plusieurs pensent, on agit en tant que facilitateur et non tel un organisateur. » L’expertise du DG en matière de repositionnement d’entreprise lui donne pleinement confiance en ce mandat qui le mènera à concerter les actions des différentes parties prenantes afin de créer un ensemble cohérent.

Gilber Paquette se veut par ailleurs fort rassurant concernant la question du développement durable, qui se trouve au cœur des bonnes pratiques en matière de congrès, pour la simple et bonne raison que les entreprises requièrent de plus en plus une organisation écoresponsable. « Dans le domaine du tourisme en général, le développement durable fait partie des grandes tendances. De notre côté, nous évaluons le type d’accompagnement dont chaque membre a besoin pour aller encore plus loin dans ce processus. »

Selon le gestionnaire, le tourisme d’affaires se porte très bien au Québec. Ce marché connaît une croissance de 4 % à 5 % par année. Pour bon nombre d’établissements, dont plusieurs situés en région, ce secteur d’activité représente entre 55 % et 60 % de leur chiffre d’affaires annuel. « Ça permet aux hôteliers de prolonger la saison touristique. Chaque région a d’ailleurs intérêt à développer son identité afin de devenir une destination où les rencontres d’affaires représentent un prétexte au voyage d’agrément et au séjour gourmand. Il y a une véritable opportunité dans le tourisme d’affaires québécois. »

(Photo fournie par l’APCQ)

Pour suivre l’Association des professionnels de congrès du Québec :

Mots-clés: Québec (province)
Nominations
Tourisme
Hôtellerie

À lire aussi !

© HRI 2012-2020 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).