keyboard_arrow_up
 

Les médias

Thierry Daraize : « Je veux me sentir utile ! »

 
3 février 2020 | Par Alexandra Duchaine

On le connaît pour ses expériences de chef, ses critiques culinaires au Journal de Montréal, ses interventions radiophoniques au 98,5 FM ou à CKAC 730, ses apparitions à Salut Bonjour ou encore ses animations à Recettes en vedette. Thierry Daraize revêt toutefois aujourd’hui un tout autre chapeau : celui de conseiller en restauration.

« Je suis arrivé à un stade de ma vie où il faut que tout ce que j’ai appris durant ma carrière serve aux autres, sinon tout est vain », rigole-t-il. Le grand sage est au fait de la réalité des cuisines, mais également de celle du consommateur : 50 fois par année, pendant 15 ans, il s’est assis dans les restaurants dans le but de rapporter son expérience client. « J’étais sur le terrain, je discutais avec les autres visiteurs et aussi avec mes lecteurs afin de comprendre leurs attentes, leurs envies, leurs déceptions », explique celui dont les articles ont été maintes et maintes fois commentés.

Si bien qu’il peut aujourd’hui aider les artisans de la table à créer un concept, un décor, une ambiance, une carte qui sauront plaire au public et être rentables. Fort d’une longue carrière de communicateur, Thierry Daraize sait articuler et défendre ses idées et dispose d’un vaste réseau de contacts dont il fait profiter les entrepreneurs qui le sollicitent. « Je peux trouver le chef qu’il te faut ; je suis un marieur ! » dit-il à la blague.

PRODUITS ET SAVOIR-FAIRE

Le Montréalais souhaite délaisser le milieu du service pour contribuer au rayonnement des aliments du Québec. Veiller à ce que les produits d’ici soient mieux identifiés, plus facilement disponibles, plus accessibles et consommés par tous : voilà son objectif de l’année 2020. « Le Québec est un laboratoire d’excellence : on a les denrées, les artisans, les talents, mais personne ne le sait, personne n’en profite, au sein de la province comme à l’international », s’attriste-t-il. Les petits producteurs n’ont pas les moyens de se promouvoir, croit le passionné. Leurs bénéfices sont modestes, et investir dans les initiatives de visibilité et de notoriété demeure un luxe. Il faut donc aider les petites industries à se faire voir, travailler à ce qu’elles obtiennent du soutien financier auprès des gouvernements, des organismes, des ministères, veiller à ce que les lois et les réglementations facilitent leur mise en valeur.

« Je ne veux plus m’adresser uniquement aux acteurs des secteurs agroalimentaires ; je veux me sentir utile et servir directement le consommateur, sans intermédiaire, qu’il soit à l’épicerie ou n’importe où et qu’il puisse se procurer notre savoir-faire sans difficulté et en toute connaissance de cause. » Le timing est parfait, soutient-il. Les Québécois remettent maintenant en question leurs habitudes alimentaires, s’inquiètent de la composition de leur assiette et visent à manger local par souci de protéger l’environnement. Ils sont prêts à payer plus cher pour bien s’alimenter, de manière responsable. « Et plus les produits locaux seront achetés, plus les prix seront bas », glisse Thierry Daraize, nous rappelant la règle de l’offre et la demande.

Depuis six mois, des institutions et des organismes gouvernementaux de tous les paliers font appel à ses services-conseils. « Beaucoup d’initiatives et d’investissements sont lancés, en ce moment. Tout le monde semble avoir reçu le même courriel ou s’être donné le mot. Il y a un véritable boom. Le problème, c’est que chacun se consacre à son petit projet, isolé dans son coin. Il faut que les ministères du Tourisme, de l’Agriculture et de la Culture travaillent de concert pour mettre en évidence et démocratiser notre excellence agroalimentaire, gastronomique, culinaire, touristique en instaurant des politiques, en organisant des événements, etc. Ailleurs, ça se fait, et ça fonctionne. » Une fois de plus, Thierry Daraize se retrouve dans le rôle du marieur, de l’entremetteur, du rassembleur.

© HRI 2012-2020 Tous droits réservés.
HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions).