Swartland

Au cœur du renouveau vinicole sud-africain

31 août 2014

Par Jean-Sébastien Delisle, sommelier, enseignant et importateur chez Symbiose vins et cies

J’arrive tout juste d’un voyage viticole en Afrique du Sud. J’avais entendu parler et lu longuement sur la « nouvelle génération » de vignerons de ce pays, et je voulais vérifier par moi-même la légitimité de ces nombreux échos voulant que la qualité des vins issus de ces producteurs soit exceptionnelle. Je reviens bien sûr avec la beauté de cette contrée plein les yeux, mais également avec la certitude que la rumeur est bel et bien fondée. J’y ai rencontré des dizaines de vignerons, tous dans la trentaine ou à l’aube de la quarantaine, qui sont en train de véritablement redéfinir la carte viticole sud-africaine. Explications.

Un coup de barre nécessaire

À la chute du régime de l’apartheid au début des années 1990, les sanctions économiques contre l’Afrique du Sud ont été levées. Les producteurs de vin ont donc eu accès quasi instantanément à un énorme nouveau marché, qu’ils ont cherché à alimenter, avec un certain succès. Il y a une quinzaine d’années, le Canada était d’ailleurs son plus gros marché d’exportation. Or, à vouloir approvisionner rapidement ces nouveaux clients, les wineries ont péché par excès. Trop de rendement dans les vignes et un processus de vinification en accéléré allaient devenir les standards pour les producteurs, donnant ainsi naissance à une pléiade de vins sans âme et insipides. Les exportations se sont alors mises à décroître rapidement. C’est alors que sont arrivés les premiers vignerons indépendants, travaillant dans l’ombre des plus gros joueurs. Un premier nom a commencé à circuler dans les cercles des initiés du vin, celui d’Eben Sadie. Il s’est forgé une solide réputation internationale, en travaillant à la fois dans l’hémisphère nord et dans l’hémisphère sud. Au début de la quarantaine, il compte déjà quarante vendanges et vinifications ! Il est rapidement devenu une icône pour une jeune génération de vignerons qui suit ses traces, ces derniers allant même jusqu’à lui donner le surnom de « Baby Jesus ».

Source de la carte : Swartland Independent

L’épicentre du renouveau : le Swartland

C’est là qu’est installé Eben Sadie, mais également Adi Badenhorst, Craig Hawkins et Chris Mullineux, tous des vignerons de premier plan. Accompagnés d’une dizaine d’autres producteurs, ils ont fondé un regroupement, le « Swartland Independant », afin de promouvoir leurs valeurs et leur façon de faire du vin. Les règles de cette association sont très strictes : une culture du sol prohibant l’usage de produits chimiques (sans toutefois exiger la certification bio), des vinifications naturelles (fermentations en levures naturelles, pas d’acidification ou de désacidification, ni de désalcoolisation) et un usage très modéré des sulfites et des fûts de chêne ; exactement les principes qui guident les meilleurs producteurs européens aujourd’hui. Le résultat de cette rigueur est perceptible dès la première dégustation : les vins sont certes ensoleillés, mais sont éminemment digestes et possèdent une personnalité et une âme… « A sense of place », comme ils se plaisent à le dire. Le grand avantage de cette région sauvage du Swartland, sans véritable grande agglomération et dotée de très peu de routes pavées, c’est que l’on y retrouve de grandes étendues de vieilles vignes de plus de 60 ans : entre autres du chenin blanc, de la syrah, du grenache... Et lorsque les fruits de ces ceps se retrouvent entre de bonnes mains, on obtient des vins d’une très grande qualité. Je peux même vous dire que plusieurs fioles dégustées là-bas sont de classe mondiale.

La révolution se propage

L’approche prônée par le Swartland Independant fait des petits, particulièrement à l’est de la région du Cap. Vers Bot River et dans Elgin, de nouveaux vignobles poussent çà et là avec l’idée de produire du vin de la même manière. La révolution a commencé et se goûte déjà. Je vous le dis, j’ai été vraiment impressionné par la qualité générale des vins. Reste à espérer que la vague se rende jusqu’à nous rapidement, pour que vous puissiez également en profiter !

Jean-Sébastien Delisle est sommelier, enseignant, importateur et il offre les services suivants : conférence, formation, conseils d’achat, évaluation de cave, accords mets et vins.
jsdelisle@symbiosevins.com 418 906-7677

Sur la photo en tête d’article, Bush Vines dans la région de Paardeberg. Au loin, on peut voir Lammershoek et le cellier de Sadie Family Wines.

Photo : Swartland Wine & Olive Route

Dans cette édition

Une industrie qui se bonifie
Jean-Louis Thémis
Isaac Millian Valladares
Comment gérer les « no-shows » ?
Tendances fromagères en cuisine
Les tables réfrigérées
Unique Thaï par Stéphanie Lavoie
Vérification par Revenu Québec : comment réagir ?
Comment choisir balais, vadrouilles et aspirateurs ?
Concepts pop-up
La créativité : levier de l’innovation
CANARD et FOIE GRAS
Des chiffres qui parlent
Palmarès des chaînes de restaurants au Québec et au Canada
Le chouchou du chef Sylvain Levaillant



PROPOSEZ UNE
NOUVELLE !


© HRI 2012-2018
Tous droits réservés.

HRImag est un média francophone (site Web et magazine papier) qui offre de l'information de pointe sur l'industrie des HRI (hôtels, restaurants et institutions.